Thylacoleo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les lions marsupiaux (Thylacoleo) forment un genre éteint de mammifères carnivores ayant vécu en Australie del a fin du Pliocene à la fin du Pléistocène, de 2 millions d'années à - 46.000 ans.

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

  • Thylacoleo carnifex a été trouvé dans l'État australien de Victoria et certains avaient la taille d'un petit lion[réf. nécessaire].
  • Thylacoleo crassidentatus a été découvert dans le Queensland. Ce fossile a été daté du Pléistocène, d'autres fossiles incomplets ont été trouvés dans ces deux États australiens. Certains ont été datés d'une période plus ancienne, à partir du Piacenzien.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Longueur : 1,5 mètre
  • Hauteur : 0,75 mètre
  • Poids : 150 kilogrammes
  • Nourriture : mammifères et grands mammifères préhistoriques
  • Lieu de vie : Australie uniquement (selon les fossiles retrouvés)

Les Thylacoleo présentaient une denture très particulière, avec deux grandes incisives, comme les Wombats, ce qui permet - de même que d'autres caractéristiques corporelles[1] - de les classer parmi les superprédateurs[1]. C'était également un très bon grimpeur. Il se cachait dans les arbres et sautait sur sa proie quand celle-ci s'aventurait au mauvais endroit.
Les dernières espèces ou sous-espèces de ce genre font partie des quelques superprédateurs qui ont « récemment » disparu (depuis la préhistoire), peut être suite aux actions de chasse par les aborigènes.


Image de synthèse du Thylacoleo carnifex

Biologie[modifier | modifier le code]

Contrairement au lion qui est social dans ses activités de chasse, on pense que le lion marsupial chassait seul.
Il pouvait chasser un grand mammifère comme le diprotodon. Le « lion » plantait ses dents dans la gorge de sa victime et lui sectionnait la trachée et les artères carotides et/ou lui brisait la colonne vertébrale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Notes et autres références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Wroe S, Lowry MB, Anton M, How to build a mammalian super-predator ; Zoology (Jena). 2008;111(3):196-203. Epub 2008 Mar 3 (résumé)