Megalania prisca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Megalania prisca
Description de cette image, également commentée ci-après

Megalania prisca, vue d'artiste par Arthur Weasley.

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Reptilia
Ordre Squamata
Sous-ordre Lacertilia
Infra-ordre Platynota
Famille Varanidae

Genre

 Megalania
(Owen, 1859)

Nom binominal

 Megalania prisca
(Owen, 1859)

Megalania prisca est une espèce éteinte de varan, un lézard d'environ 6 à 8 mètres de long à l'âge adulte, ressemblant au dragon de Komodo. Il vivait en Australie durant le Pléistocène, il y a environ entre -2,6 millions d'années et -40 000 ans. Il est d'ailleurs fort probable que les premiers Aborigènes aient pu en côtoyer.

C'est la seule espèce reconnue du genre Megalania.

Classification[modifier | modifier le code]

Crâne de Megalania prisca.

L'existence du genre Megalania est remise en question par de nombreux auteurs (Molnar, 2004). Pour ceux-ci il s'agit d'une espèce rattachée au genre Varanus sous le nom de Varanus priscus (notez la masculinisation du terme prisca, Varanus étant masculin alors que Megalania féminin). Son nom entier signifie « ancien boucher géant ».

Taille[modifier | modifier le code]

Cet animal atteignait apparemment une longueur totale de 6 à 8 m à l'âge adulte et un poids maximal de 700 kg.

Taille de Megalania prisca comparée à celle d'autres Varanidés.

Possible descendance ?[modifier | modifier le code]

Il est possible que le dragon de Komodo, une espèce actuelle de varan, soit le descendant de Megalania, ou en tout cas un de ses proches cousins.

Megalania en cryptozoologie[modifier | modifier le code]

Certains cryptozoologues pensent que Megalania n'est pas totalement éteint et que quelques spécimens auraient subsisté jusqu'à nos jours au cœur des montagnes sud-australiennes. En Nouvelle-Galles du Sud, plusieurs personnes ont en effet déclaré avoir aperçu des varans de près de mètres (voire 10 mètres dans certains récits), ce qui a conduit les cryptozoologues à penser à Megalania prisca. Le cryptozoologue australien Rex Gilroy affirme qu'il ne s'agit plus que d'une question de temps avant que l'un d'eux ne soit capturé.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  • Molnar, R. 2004. Dragons in the Dust: The Paleobiology of the Giant Monitor Lizard Megalania. Indiana University Press.
  • Owen, R. 1859. Description of Some Remains of a Gigantic Land-Lizard (Megalania prisca, Owen) from Australia. Philosophical Transactions of the Royal Society of London. 149: 43-48. [1]
  • Pianka, E.R., King, D. and King, R.A. 2004. Varanoid lizards of the world. Indiana University Press, 588 pp.
  • Wroe, S.: A review of terrestrial mammalian and reptilian carnivore ecology in Australian fossil faunas, and factors influencing their diversity: the myth of reptilian domination and its broader ramifications. Australian Journal of Zoology 50: 1–24. DOI:10.1071/ZO01053