Thrène à la mémoire des victimes d'Hiroshima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thrène à la mémoire des victimes d'Hiroshima
Genre Musique contemporaine
Musique 52 instruments à cordes
Durée approximative 8'37
Dates de composition 1960-1961

Tren ofiarom Hiroszimy (en français Thrène à la mémoire des victimes d'Hiroshima), qui à l'origine devait s'appeler 8'37, est une composition musicale de 52 instruments à cordes (24 violons ; 10 altos ; 10 violoncelles ; 8 contrebasses) composée en 1960 par Krzysztof Penderecki, compositeur polonais (né en 1933) qui a reçu le troisième prix au concours de composition « Grzegorz Fitelberg » à Katowice en 1961. L'œuvre est créée en mai 1961 à la Radio de Varsovie[1].

Dans cette œuvre qui reprend la thématique du thrène de la Grèce antique, Penderecki rend hommage aux victimes de la bombe atomique de la ville japonaise Hiroshima, ville bombardée par les Américains à la fin de la Seconde Guerre mondiale (le 6 août 1945).Histoire

La composition a rapidement suscité un énorme intérêt dans le monde entier, elle obtient des récompenses dans de nombreux pays[2] et a rendu dès lors le jeune Penderecki célèbre.

« [la pièce] n'existait que dans mon imagination de manière assez abstraite. À la suite de l'enregistrement de Jan Krenz, quand j'ai pu écouter une interprétation vivante, j'étais frappé par la charge émotionnelle de l'œuvre et je trouvais dommage de la condamner à l'anonymat de ces chiffres. J'ai cherché des associations et, finalement, j'ai décidé de la dédier aux victimes d'Hiroshima[3]. »

Dans While reading the score (« en lisant la partition »), Tadeusz Zielinski écrit en 1961 :

« On peut admirer l'esprit d'invention et l'ingéniosité en matière de couleurs de Penderecki. Pourtant on ne peut correctement évaluer le Thrène avant qu'il n’ait été entièrement écouté, car c’est seulement alors que l’on est frappé par ce fait étonnant : tous les effets se sont avérés servir de prétexte pour concevoir une œuvre d'art profonde et dramatique ! »

En effet, le morceau tend à laisser une impression à la fois solennelle et catastrophique, gagnant sa classification comme thrène.

Le , Penderecki écrit : « Puisse le Thrène exprimer ma ferme conviction que les sacrifices d'Hiroshima ne soient jamais oubliés et perdus. »

La formation instrumentale[modifier | modifier le code]

Thrène à la mémoire des victimes d'Hiroshima un ensemble de 52 instruments à cordes : 24 violons, 10 altos, 10 violoncelles et  8 contrebasses

Il n'y a aucune pulsation, on appelle cela un temps lisse

Penderecky utilise un mode de jeux :atonale

 La partition[modifier | modifier le code]

Le temps est indiqué en secondes.  (8'37 était a la base le nom de l' œuvre)  On peut voir des éléments de notation traditionnelle, mais aussi des dessins et symboles choisis par le compositeur.

3 parties distinctes[modifier | modifier le code]

1re partie: 0'00 à 0’52[modifier | modifier le code]

-l’entrée des instruments se fait en décalée, et sur la note la plus aigüe possible. -Chaque musicien joue une note tenue différente, cela crée des dissonances.

  Puis la musique se transforme peu à peu en oscillation

Ce qui créait un son angoissant,violent,strident presque agressif pour permettre de retranscrire les cris des victimes

Puis la musique se transforme peu à peu en oscillation, les cris se transforment en lamentations, plaintes.

Partie 2 :0 '52 à 1'53[modifier | modifier le code]

Dans cette partie, il y une insertions de mode de jeux spéciaux pour créer des effets de percussions

_Jeu con legno (le musicien joue en prenant son archet à l’ envers pour frapper sur les cordes)

Ce qui forme des sons irréguliers et martelés

Il y a également une accélération rythmique qui gagne tous les groupes.

Cela permet de faire ressentir la panique, le chaos, le désordre et ainsi montrer la course effrénée / la fuite des survivants

Partie 3 : 1'53 à 3'40[modifier | modifier le code]

On peut remarquer:

- des Cluster : grappe de sons" contigus joués simultanément.

-"Glissando" : le musicien passe d’une note à une autre en glissant sur les cordes

-des Variations de nuances : crescendo (de plus en plus fort <) et decrescendo (de moins en moins fort >)

Il y a un vrombissement dans le grave des violoncelles et contrebasses

Cela permet de recréer les sirènes qui annoncent le danger, la peur, l’incompréhension.

Mais aussi des vrombissements : de moteurs d’avions, la chute de la bombe, la mort, la souffrance.

Utilisations[modifier | modifier le code]

En 1980, Stanley Kubrick utilise une partie du morceau pour la bande son de son film Shining.

En 1985, l'œuvre est au programme de l'option musique au Baccalauréat général.

En 1991, le groupe de rock gallois Manic Street Preachers a échantillonné une partie de Thrène à la mémoire des victimes d'Hiroshima dans l'introduction du titre You Love Us (« Tu nous aimes »).

En 2006, la composition est utilisée dans la bande son du film Les Fils de l'homme, réalisé par Alfonso Cuarón.

En 2009, SebastiAn, musicien électronique français produit sur le label Ed Banger, s'est inspiré du thrène pour la création de son morceau Threnody.

En 2011, le court-métrage québécois 3-089, présente la pièce dans son ensemble comme bande sonore du film.

En 2017, David Lynch utilise le morceau dans l'épisode 8, saison 3 de Twin Peaks .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « MUSIQUE CONTEMPORAINE.INFO - Thrène à la Mémoire des Victimes d'Hiroshima (Penderecki) », sur www.musiquecontemporaine.info (consulté le 12 janvier 2016)
  2. « Oficjalna strona Krzysztofa Pendereckiego [en] », sur www.krzysztofpenderecki.eu (consulté le 14 mai 2016)
  3. CD notes de Mieczysław Tomaszewski: Naxos 8.554491