Thomas de Dreux-Brézé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thomas de Dreux-Brézé
Fonction
Grand maître des cérémonies de France
-
Titre de noblesse
Marquis de Dreux-Brézé
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Enfants
Autres informations
Propriétaire de
Grade militaire

Thomas III de Dreux, marquis de Brézé, baron de Berry, né le et mort le , est un général français, grand maître des cérémonies de 1701 à 1749.

Ascendance[modifier | modifier le code]

La famille de Dreux-Brézé n'a d'autre rapport avec les Brézé et les Capétiens-Dreux que le nom, et d'avoir possédé la seigneurie de Brézé.

Le père de Thomas III est Thomas II de Dreux de La Galissonnière (1640-1731), conseiller à la grand-chambre du parlement de Paris[1]. En 1682, il échange avec le Grand Condé la châtellenie de La Galissonnière contre la seigneurie de Brézé[2]. Cette dernière est érigée en marquisat en 1685. L'érection est enregistrée à la chambre des comptes de Paris le , et au parlement de Paris le de l'année suivante[3].

Thomas II épouse Marie Madeleine Bodinet (1647-1717)[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

De leur union naît Thomas III, le .

Il suit la carrière des armes, devient lieutenant aux gardes en 1698, brigadier des armées du roi en 1702, lieutenant général des armées en 1710[5],[6].

En 1701, il devient grand maître des cérémonies[6]. En 1720, il obtient du Régent la survivance de cette charge pour son fils : Michel, grand maître par provisions du , entrera en fonction à la mort de son père[7]. Celle-ci survient le [6].

Famille[modifier | modifier le code]

Conseillers de la même chambre, très amis, Thomas II et Michel Chamillart se sont promis depuis de longues années de marier leurs enfants, Thomas et Catherine. Tandis que Thomas II reste conseiller au parlement, Chamillart s'élève irrésistiblement vers les plus hautes fonctions. Malgré tout, leur amitié subsiste, et le mariage se fait[8]. Thomas III épouse en mai ou [9] Catherine Angélique Chamillart (1683-1739)[4]. De cette union naissent :

Portrait[modifier | modifier le code]

Saint-Simon voit en Thomas III de Dreux-Brézé un homme très courageux, « mais bête, obscur, brutal, et, avec le temps, audacieux, insolent et quelque chose de pis encore, et sans se défaire des bassesses de son état et de son éducation. Sa femme ne fut heureuse ni par lui ni avec lui, et méritait infiniment de l'être[10] »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Coirault, dans Saint-Simon, Mémoires, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, Gallimard, 1983, t. I, p. 645, note 1.
  2. « Le château de Brézé et ses souterrains insolites », sur baladesenfrancelenezauventsite.wordpress.com, 3 août 2017 (consulté le 19 avril 2020).
  3. Adolphe Chéruel, « Note de messieurs de Dreux-Nancré et de Dreux-Brézé, établissant que monsieur de Dreux était de grande et ancienne maison », dans Mémoires complets et authentiques de Louis de Saint-Simon, Paris, Bonnot, 1966, t. II, p. 314, note 1.
  4. a b et c Yves Coirault, « Index », op. cit., 1988, t. VIII, p. 1292.
  5. Saint-Simon, op. cit., Gallimard, 1984, t. III, p. 646.
  6. a b c d et e François-Alexandre Aubert de La Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, sur books.google.fr, Paris, Duchesne, 1772, t. V, p. 660.
  7. Saint-Simon, op. cit., Gallimard, 1987, t. VII, p. 651 et note 1.
  8. Saint-Simon, op. cit., Gallimard, 1983, t. I, p. 645.
  9. « En mai », dit Yves Coirault, op. cit., 1983, t. I, p. 645, note 2. — « Le 14 juin », dit La Chenaye-Desbois, op. cit.
  10. Saint-Simon, op. cit., Gallimard, 1983, t. I, p. 646.
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Maison de Dreux-Brézé

Liens externes[modifier | modifier le code]