Thiago de Mello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thiago de Mello
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
ManausVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Gaudêncio Thiago de Mello (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions
Prix Jabuti
Chevalier des Arts et des Lettres
Ordre du Mérite culturel (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Amadeu Thiago de Mello (né à Barreirinha le et mort le à Manaus) est un poète et traducteur brésilien. Référent de la littérature brésilienne et natif de la région amazonienne, il a laissé en héritage des œuvres dissemblables portées dans plus de 30 langues étrangères. Il est l'une des principales voix lyriques du Brésil et connu pour ses causes de défense de l'environnement,[1]. La poésie de Thiago de Mello est liée à la troisième génération du modernisme et est marquée par l'engagement politique et la préoccupation sociale, caractéristiques également présentes dans ses chroniques[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Thiago de Mello est le nom littéraire d'Amadeu Thiago de Mello, reconnu comme une icône de la littérature régionale. Il naît dans la ville de Porantim do Bom Socorro, municipalité de Barreirinha, Amazonas, le 30 mars 1926. Après avoir terminé ses études secondaires à Manaus, il déménage à Rio de Janeiro et s'inscrit à la Faculté nationale de médecine, sans toutefois terminer le cursus complet. Il se consacre ensuite à une carrière littéraire[3]. Il est le frère du musicien Gaudêncio Thiago de Mello[4].

Il collabore au journal "O Comício", média d'opposition au gouvernement de Getúlio Vargas. En 1950, il publie son poème « Tenso por Meus Olhos » en première page du supplément littéraire du Jornal Correio da Manhã. En 1951, il publie son premier livre de poésie "Silêncio e Palavra", qui est bien accueilli par la critique[5].

Thiago de Mello est directeur du Département Culturel de la Ville de Rio de Janeiro. Il est attaché culturel du Brésil en Bolivie[6].

Certaines de ses œuvres ont été traduites en plus de 30 langues. Pendant la dictature militaire (1964-1985), il s'exile au Chili, où il a fait la connaissance de Pablo Neruda qui devient son ami et collaborateur[7]. Pendant son exil, il vit en Argentine, au Chili, au Portugal, en France, en Allemagne. Après la fin du régime militaire, il revient s'installer dans sa ville natale de Barreirinha.

Son poème le plus connu est Os Estatutos do Homem[8], un héritage intellectuel qui revendique une relation favorable entre l'humanité et le milieu naturel[9]. Dans son œuvre, on peut percevoir une ferme inspiration dans la nature, une capacité innée pour les lettres et une diplomatie et une fermeté qui sont fermement compatibles avec son immense combat pour la justice et les idées auxquelles il croit[10].

Outre son propre travail, il a une longue carrière en tant que traducteur de la poésie latino-américaine de Pablo Neruda, César Vallejo, Ernesto Cardenal, Eliseo Diego, Nicolás Guillén, et aussi TS Eliot en portugais.

Il a passé ses 95 ans intensément engagé dans le destin du peuple brésilien[11] et meurt le 14 janvier 2022, à l'âge de 95 ans[12]. Les funérailles du poète, membre de l'Académie amazonienne des lettres, se tiennent au centre culturel Palacio Rio Negro, au centre-ville de Manaus[13].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie
  • Silêncio e Palavra, 1951
  • Narciso Cego, 1952
  • A Lenda da Rosa, 1956
  • Faz Escuro, mas eu Canto: porque a manhã vai chegar, 1966
  • Poesia comprometida com a minha e a tua vida, 1975
  • Os Estatutos do Homem, 1964
  • Horóscopo para os que estão Vivos, 1984
  • Mormaço na Floresta, 1984
  • Vento Geral – Poesia, 1981
  • Num Campo de Margaridas, 1986
  • De uma Vez por Todas, 1996
  • Cantídio, André Provérbios, 1999
Prose
  • A Estrela da Manhã, 1968
  • Arte e Ciência de Empinar Papagaio, 1983
  • Manaus, Amor e Memória, 1984
  • Amazonas, Pátria da Água, 1991
  • Amazônia — A Menina dos Olhos do Mundo, 1992
  • O Povo sabe o que Diz, 1993
  • Borges na Luz de Borges, 1993
  • Vamos Festejar de Novo, 2000

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Publicado por: Cine y Literatura, « [Crónica] Thiago de Mello, el gran poeta de la Amazonia y un amigo de Chile », sur Cine y Literatura, (consulté le )
  2. (pt) « Biografia Thiago de Mello (BR 1926-03-30) », sur Escritas.org (consulté le )
  3. (pt-BR) « Thiago de Mello - Biografia », sur Pensador (consulté le )
  4. (en) « Gaudêncio Thiago de Mello falece aos 80 anos | Entretenimento », sur A Crítica (consulté le )
  5. (pt-BR) « Thiago de Mello - Biografia », sur Pensador (consulté le )
  6. (pt-BR) « Thiago de Mello - Biografia », sur Pensador (consulté le )
  7. (es) « Murió el poeta brasileño Thiago de Mello a los 95 años », sur Cubadebate, (consulté le )
  8. (es) « Murió el poeta brasileño Thiago de Mello a los 95 años », sur Cubadebate, (consulté le )
  9. (es) « Fallece el intelectual brasileño Thiago de Mello », sur www.telesurtv.net (consulté le )
  10. « Thiago de Mello - Poemas de Thiago de Mello », sur www.poemas-del-alma.com (consulté le )
  11. (en-US) « Brazilian Poet, Environmental Activist Thiago de Mello Dies », sur www.telesurenglish.net (consulté le )
  12. (es) « Murió el poeta brasileño Thiago de Mello a los 95 años », sur Cubadebate, (consulté le )
  13. (en-US) « Brazilian Poet, Environmental Activist Thiago de Mello Dies », sur www.telesurenglish.net (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]