Tawarga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tawarga
تاورغا
Administration
Pays Drapeau de la Libye Libye
Région Tripolitaine
District Misrata
Démographie
Population 24 223 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 31° 59′ 05″ nord, 15° 02′ 45″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Libye

Voir sur la carte administrative de Libye
City locator 14.svg
Tawarga

Tawarga ou Tawergha (en berbère ⵜⴰⵡⴻⵔⵖⴰ, en arab تاورغا), est une ville libyenne qui se situe à une quarantaine de kilomètres au sud de Misrata, la troisième ville du pays. Tawarga est devenue après la guerre civile de 2011 une ville fantôme, vidée de ses 30 000 habitants. Sa population, libyenne, était une population quasi exclusivement noire, descendante d'anciens esclaves[1].

Tawarga dans la guerre civile[modifier | modifier le code]

En 2011, durant la guerre civile, elle fut le théâtre de violents affrontements opposant les forces rebelles du Conseil national de transition aux forces pro-Kadhafi.
Des Tawerghis s'étaient enrôlés dans les forces kadhafistes participant au siège de Misrata[1], commettant pour certains des viols et meurtres sur la population locale[1].

Après le conflit, Tawarga fut l'objet de représailles de la part de milices révolutionnaires venant de Misrata, accusant les habitants d'avoir soutenu l'ancien dictateur et d'avoir tué et violé des habitants de Misrata, à la demande de l'ancien leader[2]. Le 11 août 2011, la population fuit massivement la ville devant l'avancée des miliciens misratis. Les bâtiments sont pillés et de nombreux incendiés. Depuis, la bourgade est presque totalement déserte[3],[4], la population s'est réfugiée dans des camps provisoires comme l'ancienne académie navale à Janzour[1], non loin de Tripoli.

Il existait un racisme larvé de la population de Misrata à l'encontre de la population noire de Tawarga[1]. Historiquement les Misratis possédaient la terre et les Tawerghis la cultivaient. Beaucoup de Tawerghis travaillaient à Misrata et avaient dû l'évacuer au début de la révolution[1].

En janvier 2018, Jaballah al-Chibani, membre de la Chambre des députés représentant la ville, qualifie la révolution de février 2011 de « catastrophe », ajoutant que ceux qui diraient le contraire seraient « soit des profiteurs, soit des hypocrites », ajoutant que Kadhafi « est plus honnête qu'[eux] »[5]. Ceci conduit à l'ouverture d'une enquête parlementaire à son encontre, puisque tout député est tenu à respecter les « buts de la révolution », tandis que certains de ses collègues profèrent des insultes racistes à son égard, comme « esclave »[5]. Au même moment, malgré la signature d'un accord autorisant les habitants à revenir dans leur ville, les milices de la ville rivale de Misrata, qui ont pillé et brûlé la ville, les en ont empêchés[6]. La signature de cet accord serait l'une des motivations du meurtre du maire de Misrata, Mohamad Echtewi, en décembre 2017[6]. La signature de cet accord serait l'une des motivations du meurtre du maire de Misrata, Mohamad Echtewi[6].

Film documentaire[modifier | modifier le code]

  • (en) 2013 : The Road to Tawerghaa[N 1] d'Ashraf Al Mashharawi, Libye, 42 min.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le film est présenté en 2014 lors du festival One World consacré aux droits de l'homme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f "Tawargha, une vengeance libyenne", article de Christophe Ayad et Benjamin Barthe, Le Monde, p.16, samedi 7 juillet 2012
  2. « Une route semée d’embûches pour la minorité tawergha en Libye », IRIN,‎ (lire en ligne)
  3. Libye : violentes représailles dans la ville de Touarga à l'encontre des pro-Kadhafi - RFI - Articles du 31 octobre 2011
  4. [radio] Omar Ouahmane, Que sont devenus les habitants de Tawarga, ville pro-Kadhafi ? (reportage radiophonique), France Culture, coll. « Le Choix de la rédaction », (présentation en ligne, écouter en ligne). Diffusé le 2 avril 2014 sur France Culture.
  5. a et b « Libye: un parlementaire qualifie la révolution de 2011 de «catastrophe» - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 7 février 2018)
  6. a, b et c « Libye: Tawarga, le retour interdit, sept ans après - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 7 février 2018)