Tatiana Trouvé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tatiana Trouvé
Tatiana Trouvé cropped.jpg
Naissance
Nationalité
franco-italienne
Activité
Artiste
Formation

Villa Arson

Atelier 63
Représentée par
Lieu de travail
Distinctions
Prix fondation d'entreprise Ricard (en) ()
Prix Marcel-Duchamp ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Tatiana Trouvé est une artiste franco-italienne, née le à Cosenza (Italie). Elle vit et travaille à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir passé son enfance à Dakar, elle poursuit ses études d'art à la villa Arson de Nice, puis aux Ateliers 63 à Haarlem aux Pays-Bas où elle a notamment reçu l'enseignement de Stanley Brouwn et Chris Dercon.

À partir de 1997, Tatiana Trouvé se fait connaître à travers l'installation intitulée le Bureau d'activités implicites (B.A.I.), ensemble qui ne cessera de croître et de se modifier jusqu'en 2007.

« [À cette époque], Tatiana Trouvé accumule dessins, projets et idées de titres, tout en consacrant une grande partie de son temps à sa recherche d’un emploi, ce qui suppose un vrai travail de bureau lui imposant de rédiger lettres, CV et demandes de bourses, d’imprimer des photos d’identité, de classer les courriers de refus, etc. C’est justement à partir de ces contingences que se dessine le projet de faire de tout cela œuvre autobiographique, "de construire la carapace ou la structure dans laquelle tout ce monde pourrait devenir visible" [1]. [...] Pendant dix ans – mais le projet pourrait bien n’être pas encore achevé –, elle travaille ainsi à une œuvre in process sous le beau titre générique de Bureau d’Activités Implicites (B.A.I.)[2]

Composé de différents modules sculpturaux dédiés chacun à une activité spécifique, le B.A.I. se propose de structurer la genèse et la mémoire de l’activité artistique, et pour cela inventorie, classe, codifie toutes formes de démarches et de pensée de l’artiste, afin d’en retenir le temps.

Depuis, les dessins, les installations architecturées, les sculptures et objets de Tatiana Trouvé rejouent les coordonnées de l’espace et du temps sur des plans matériels et physiques autant que sur des plans psychiques. Les espaces domestiques se confondent avec des espaces naturels, le minéral croit et le vivant se fige, l’intérieur et l’extérieur deviennent indistincts, les deux dimensions du dessin se combinent aux trois dimensions du volume, les échelles et les rapports entre les choses sont altérés… Ainsi, les ordres et les lois qui définissent notre réalité sont recomposés dans des mondes où se formulent de nouvelles coexistences, où l’espace et le temps flottent, où nos repères perceptifs se déplacent, à l’origine d’une expérience de désorientation.



Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2001 : prix Ricard S.A., décerné à l'issue de l'exposition Lost in The Supermarket à l'espace Paul-Ricard
  • 2007 : prix Marcel Duchamp, décerné à l'occasion de la FIAC, et qui lui permet de présenter une exposition monographique au Centre Pompidou au printemps 2008. Le jury du prix a voulu saluer « l’univers très personnel de l’artiste, le rapport qu’elle entretient aux matériaux et aux espaces ainsi que la consistance de son projet artistique [et] le caractère visionnaire de sa démarche[3]. »
  • 2014 : prix ACACIA[4]
  • 2019 : Prix Rosa Schapire

Expositions monographiques (sélection)[modifier | modifier le code]

Tatiana Trouvé est représentée par les galeries Gagosian, Johann König et Kamel Mennour.

  • 1997 : Tatiana Trouvé, Centre national d’art contemporain de la Villa Arson, Nice, France
  • 2002 : Polders, Palais de Tokyo, Paris, France
  • 2003 : Aujourd’hui, hier, ou il y a longtemps, Capc Musée d'art contemporain de Bordeaux, France
  • 2003 : Tatiana Trouvé, Kunstverein Freiburg, Freiburg, Allemagne
  • 2004 : Juste assez coupable pour être heureuse, Mamco, Genève, Suisse
  • 2005 : Djinns, Cneai, Chatou, France
  • 2007 : Double Bind, Palais de Tokyo, Paris, France
  • 2007 : Time Snares, Galerie Emmanuel Perrotin, Miami, États-Unis
  • 2008 : 4 Between 2 and 3, Centre Pompidou, Paris, France
  • 2008 : Density of Time, Galerie Johann König, Berlin, Allemagne
  • 2009 : Bureau of Implicit Activities: Archives and Projects Kunstverein Hambourg, Hambourg, Allemagne
  • 2009 : A Stay Between Enclosure and Space, Migros Museum, Zurich, Suisse
  • 2010 : Tatiana Trouvé, South London Gallery, Londres, Royaume-Uni
  • 2010 : Il grande ritratto, Kunsthaus Graz, Graz, Autriche
  • 2013 : I Cento Titoli in 36 524 Giorni, The Hundred Titles In 36, 524 Days, Galerie Gagosian, Rome, Italie
  • 2014 : I tempi doppi, exposition itinérante, (Kunsthalle Nürnberg ; Museion, Bolzano ; Kunstmuseum Bonn)
  • 2014 : The Longest Echo / L’Écho le plus long, Mamco, Genève, Suisse
  • 2016 : L’Éclat de l’absence, Red Brick Museum, Pékin, Chine
  • 2018 : Le Numerose Irregolarità, Villa Médicis, Rome, Italie
  • 2018 : The Great Atlas of Disorientation, Petach Tikva Museum of Art, Tel-Aviv, Israël
  • 2018 : A Quiet Life, Galerie Kamel Mennour, Paris
  • 2019 : On the Eve of Never Leaving, Gagosian Gallery, Beverly Hills, CA, USA

Catalogues monographies[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Tatiana Trouvé, textes de Charles-Arthur Boyer, Joseph Moutin, éd. Centre national d’art contemporain de la Villa Arson, Nice
  • 2002 : Polders, texte de Gianfranco Maraniello, éd. Palais de Tokyo, Paris
  • 2003 : Tatiana Trouvé, Aujourd’hui, hier ou il y a longtemps, textes de Elie During, François Poisay, Maurice Fréchuret, éd. Capc Musée d’art contemporain de Bordeaux
  • 2007 : Lapsus, Tatiana Trouvé, entretien avec Frank Lamy, éd. Mac/Val, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, Vitry-sur-Seine
  • 2008 : Tatiana Trouvé, textes de Elie During, Jean-Pierre Bordaz, éd. 315, Centre Georges-Pompidou, Paris
  • 2008 : Tatiana Trouvé, textes de Robert Storr, Catherine Millet, Richard Shusterman, éd. Verlag der Buchhandlung Walther König, Cologne
  • 2010 : Tatiana Trouvé, Il Grande Ritratto, textes de Peter Pakesch, Adam Budak, Dino Buzzati, Dieter Roelstraete, Pamela Lee, Francesca Pietropaolo, Maria Gough, éd. Universalmuseum Joanneum, Kunsthaus Graz
  • 2010 : Tatiana Trouvé, Textes de Maria Gough, Heike Münder, éd. Migros Museum für Gegenwartskunst ürich / Verlag der Buchahandlung Walther König, Cologne
  • 2014 : Tatiana Trouvé, I tempi doppi, textes de Stefan Gronert, Letizia Ragaglia, Barbara Hess, Entretiens de l’artiste avec Richard Shusterman, Francesca Pietropaolo, Robert Storr, éd. Snoeck, Cologne
  • 2018 : Tatiana Trouvé, Le numerose Irregolarità, entretien de l’artiste avec Katarina Grosse, Texte de Chiara Parisi, éd. Electa, Milan

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tatiana Trouvé, entretien avec Hans Ulrich Obrist, site de la galerie Perrotin : https://www.perrotin.com/fr/artists/Tatiana_Trouve/28#images
  2. Évelyne Toussaint, « Display et disruption. l'intélligibilité en œuvre dans le travail de Tatiana Trouvé », Faire étalage, Displays et autres dispositifs d'exposition, Nîmes, École supérieure des beaux-arts de Nîmes, 2019, pp.95-107
  3. Communiqué de presse du prix Marcel Duchamp
  4. « Milano Updates: Tatiana Trouvé vince l’undicesimo Premio Acacia. E dona un’opera all’omonima collezione in progress, destinata al futuro (e agognato) museo del contemporaneo di Milano | Artribune », sur Artribune (consulté le 7 novembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]