Prix Marcel-Duchamp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Prix Marcel-Duchamp
Description Récompense artistique
Organisateur Association pour la diffusion internationale de l'art français
Pays Drapeau de la France France
Date de création 2000
Site officiel adiaf.com

Le prix Marcel-Duchamp, placé sous l’égide du pionnier de l’art contemporain Marcel Duchamp (1887-1968), est né en 2000 à l'initiative de collectionneurs d'art contemporain de l'Association pour la diffusion internationale de l'art français (ADIAF)[1]. Son ambition est de confirmer la notoriété d'un artiste français ou résidant en France, novateur et représentatif de sa génération, et travaillant dans le domaine des arts plastiques et visuels.

Il est remis lors de la Fiac de Paris.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le prix est organisé avec le concours du musée national d'art moderne (Centre Georges-Pompidou). Les artistes sont sélectionnés par un collectif d'amateurs d'art, l'association ADIAF, puis le lauréat du prix est élu par un jury international dont la composition change chaque année. Tous les modes d'expression des arts plastiques et visuels sont concernés : sculpture, installation, photographie, vidéo, peinture, etc. Le choix est généralement annoncé lors de la Fiac de Paris.

La dotation financière est de 35 000 .

Pour chaque édition, une exposition spécifique est organisée au Musée national d'art moderne du Centre Pompidou et un catalogue consacré au lauréat et aux sélectionnés est édité.

Historique du prix Marcel-Duchamp[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, une association est créée, l’ADIAF (Association pour la diffusion internationale de l’art français), notamment par Gilles Fuchs, avocat international mais aussi collectionneur d'art, et le galeriste Daniel Templon, pour participer à une meilleure promotion et diffusion des œuvres des plasticiens français. Lancée par un groupe de cinq personnes, l’ADIAF compte en 2020 près de 400 membres. On en devient membre par cooptation : il faut être collectionneur (mais ce critère incorpore des exceptions, en particulier quelques galeristes, des courtiers et des restaurateurs d’art) et s’intéresser à la scène artistique française[2].

Le prix est créé par cette association en 2000, pour mettre en lumière un plasticien vivant ou travaillant en France. Le prix est donc une initiative privée et non une initiative d'une institution publique, même si son attribution et les récompenses associées s'appuient sur un partenariat avec le Centre Pompidou, grâce à Alfred Pacquement (directeur du Musée national d’art moderne au Centre Pompidou, de 2000 à 2013). Après des visites d’atelier organisées tout au long de l’année (70 visites environ), les membres de l'association désignent chacun quatre artistes qu’ils jugent éligibles. Puis un jury international composé de membres de l’ADIAF (renouvelé aux deux tiers chaque année), ainsi que le ou la future commissaire de l’exposition des œuvres au Centre Pompidou, votent par short listes, ou listes successives de plus en plus restreintes, jusqu’à désigner quatre finalistes, puis le lauréat. Le président du jury est le directeur du Musée national d’art moderne au Centre Pompidou[2],[3],[4].

Jusqu'en 2015, le lauréat était invité à créer une œuvre originale exposée ensuite au Centre Pompidou pendant deux mois et dont les frais de production étaient pris en charge par l'ADIAF à hauteur de 30 000 . À partir de 2016, le nouveau format du prix prévoit une exposition collective des quatre artistes finalistes présenté pendant trois mois au Centre Pompidou au sein des 650 m2 de la Galerie 4[2].

Lauréats et finalistes[modifier | modifier le code]

Prix 2000/2001[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

  • Jean-Hubert Martin (président), directeur du Museum KunstpalastDüsseldorf
  • Gilles Fuchs, collectionneur et président de l’ADIAF
  • Ida Gianelli, directrice du Castello di Rivoli – Turin
  • Rolf Hoffmann, collectionneur – Berlin
  • Marin Karmitz, producteur de cinéma et collectionneur – Paris
  • Jacqueline Matisse-Monnier, artiste - Paris
  • Alfred Pacquement, directeur du musée national d’art moderne, Centre Pompidou – Paris

Prix 2002[modifier | modifier le code]

Lauréate[modifier | modifier le code]

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

  • Alfred Pacquement (président)
  • Christian Bernard, directeur du MAMCOGenève
  • Denyse Durand-Ruel, collectionneur – Paris
  • Gilles Fuchs, collectionneur, président de l’ADIAF – Paris
  • Lorand Hegyi, historien d'art, ex-conservateur du MMKSLW – Vienne
  • Raymond Learsy, collectionneur – New York
  • Jacqueline Matisse-Monnier, artiste – Paris

Prix 2003[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

Prix 2004[modifier | modifier le code]

Lauréate[modifier | modifier le code]

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

  • Alfred Pacquement (président)
  • Francisco Capelo, collectionneur (Portugal)
  • Gilles Fuchs, collectionneur, président de l’Adiaf – France
  • Antoine de Galbert, collectionneur – France
  • Jacqueline Matisse-Monnier, artiste – France
  • Dirk Snauwaert, directeur de l’Institut d’art contemporain « Nouveau Musée » de VilleurbanneBelgique
  • Harald Szeemann, commissaire d’expositions, ancien conservateur du Kunsthaus, ZurichSuisse

Prix 2005[modifier | modifier le code]

Installation Manège, par Claude Closky, le jour de la remise du prix. Espace 315, Centre Pompidou, Paris.

Lauréat[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le prix a été décerné le samedi 8 octobre 2005 à la Fiac de Paris en présence de Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture et de la Communication.

Pour la première fois depuis la création du prix, les artistes présentaient au public chacun une œuvre dans le cadre de la Fiac[6]. Bien que le prix récompense un parcours artistique, cette exposition a eu une influence importante sur le jury et a donné une légitimation populaire (le public ayant visiblement apprécié le Journal de Closky plus que les œuvres de ses trois concurrents[7],[8]). Le 10 octobre 2005, dans son discours en faveur des artistes à la Fiac (qui constitue la première « montée au créneau » d'un Premier ministre en faveur de l'art contemporain depuis Georges Pompidou), Dominique de Villepin a félicité Claude Closky.

Le 16 mai 2006 a été inaugurée l'installation Manège créée par Claude Closky à l'Espace 315 du Centre Pompidou dans le cadre du prix. Pour l'occasion, le prix Marcel-Duchamp a officiellement été remis à l'artiste, en présence du ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres.

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

  • Alfred Pacquement, directeur du musée national d’art moderne, Centre Pompidou (président)
  • Maria de Corral, directrice de la biennale de Venise
  • Gilles Fuchs, président de l’ADIAF et collectionneur
  • Anton Herbert, collectionneur
  • Jacqueline Matisse-Monnier, artiste
  • Hans Ulrich Obrist, commissaire d’expositions
  • Alain-Dominique Perrin, président du Jeu de Paume et collectionneur

Prix 2006[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Primé le samedi 28 octobre 2006, à la Fiac, Philippe Mayaux a été distingué « pour l'originalité de son travail, l'ambiguïté joyeuse et les sens multiples de son œuvre[9] ».

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

Prix 2007[modifier | modifier le code]

Lauréate[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

L’exposition des artistes nommés a eu lieu à Paris dans le cadre de la Fiac du 18 au 22 octobre 2007 à la Cour Carrée du Louvre. Le nom du lauréat a été dévoilé le samedi 20 octobre 2007.

Le jury a voulu saluer « l’univers très personnel de l’artiste, le rapport qu’elle entretient aux matériaux et aux espaces ainsi que la consistance de son projet artistique [et] le caractère visionnaire de sa démarche. »

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

Prix 2008[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

L’exposition des artistes nommés a eu lieu à Paris dans le cadre de la Fiac du 23 au 26 octobre 2008 à la Cour Carrée du Louvre. Le nom du lauréat a été dévoilé le samedi 25 octobre 2008.

« Renouant avec un imaginaire scientifique, Laurent Grasso aime à laisser flotter une ambiguïté entre le visuel et le réel, en mettant les technologies au service de sa démarche. Tout en faisant volontiers référence au cinéma, à l'architecture et à la littérature, comme aux expériences scientifiques ou militaires, il construit un univers du trouble, remarquablement maîtrisé dans ses scénographies[11]. »

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

Prix 2009[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

L’exposition des artistes nommés a lieu à Paris dans le cadre de la Fiac du 22 au 25 octobre 2009 à la Cour Carrée du Louvre. Le nom du lauréat est dévoilé le samedi 24 octobre[12].

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

Prix 2010[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

L’exposition des artistes nommés a lieu à Paris dans le cadre de la Fiac du 21 au 24 octobre 2010 à la Cour Carrée du Louvre. Le nom du lauréat a été dévoilé le samedi 23 octobre.

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

Prix 2011[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

L’exposition des artistes nommés a lieu à Villeneuve-d'Ascq, au LAM, du 12 juillet au 11 septembre 2011.

Le nom du lauréat a été dévoilé le samedi 22 octobre lors de la Fiac.

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

Prix 2012[modifier | modifier le code]

Lauréats[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le nom des lauréats a été dévoilé le samedi 20 octobre lors de la Fiac.

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[14][modifier | modifier le code]

  • Gilles Fuchs, président
  • Michel Delfosse, collectionneur
  • Jacqueline Matisse-Monnier, artiste
  • Nanjo Fumio, directeur du Mori Art Museum à Tokyo
  • Alfred Pacquement
  • Beatrix Ruf, directrice de la Kunsthalle de Zürich
  • Muriel Salem, collectionneuse britannique

Prix 2013[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le nom du lauréat est annoncé le 26 octobre 2013 lors de la Fiac.

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

  • Bernhard Mendes Bürgi, Directeur du Kunstmuseum de Bâle (Suisse)
  • Gilles Fuchs, Président de l’ADIAF, Collectionneur (France)
  • Jacqueline Matisse-Monnier, artiste (France, États-Unis)
  • Alfred Pacquement, directeur du musée national d’art moderne, Centre Pompidou, président du jury (France)
  • Giovanni Springmeier, collectionneur (Allemagne)
  • Poul Erik Tøjner, directeur du Louisiana Museum of Modern Art de Copenhague (Danemark)
  • Sylvie Winckler, collectionneuse (France)

Prix 2014[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le nom du lauréat a été annoncé le 25 octobre 2014 lors de la Fiac. Il sera invité par le Centre Pompidou pour une exposition personnelle prévue à l’automne 2015. L’ADIAF remettra au lauréat une dotation financière de 35 000 euros et participera à la production de l’œuvre à hauteur de 30 000 euros. Un catalogue sera réalisé autour des quatre artistes nommés.

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

  • Robert Storr, commissaire indépendant, doyen de l'école des beaux-arts, université Yale (États-Unis)
  • Gilles Fuchs, président de l’ADIAF, collectionneur (France)
  • Jacqueline Matisse-Monnier, artiste (France, États-Unis)
  • Bernard Blistène, directeur du musée national d’art moderne, Centre Pompidou (France)
  • Anibal Y. Jozami, collectionneur (Argentine)
  • Thierry Raspail, directeur du musée d'art contemporain et directeur artistique de la Biennale d'art contemporain de Lyon (France)
  • Joop N. A. Van Caldenborgh, collectionneur (Pays-Bas)

Prix 2015[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le nom du lauréat a été annoncé le 24 octobre 2015 lors de la Fiac. Il est invité par le Centre Pompidou pour une exposition personnelle prévue à l'été 2016. L’ADIAF a remis au lauréat une dotation financière de 35 000 euros et participera à la production de l’œuvre à hauteur de 30 000 euros. Un catalogue a été réalisé autour des quatre artistes nommés.

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

  • Didier Grumbach (France), collectionneur
  • Hou Hanru (Chine-France), directeur artistique du Maxxi, Musée national des arts du XXIe siècle, Rome
  • Gilles Fuchs, président de l’ADIAF, collectionneur (France)
  • Jacqueline Matisse-Monnier, artiste (France, États-Unis)
  • Bernard Blistène, directeur du musée national d’art moderne, Centre Pompidou (France)
  • Giuliana Setari-Carusi (Italie), collectionneuse
  • René Zechlin (Allemagne), directeur du musée Wilhelm Hack, Ludwigshafen

Prix 2016[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le nom du lauréat a été annoncé le 18 octobre 2016 au Centre Pompidou, à l'occasion de l'exposition collective regroupant les quatre artistes nommés. L’ADIAF remettra au lauréat une dotation financière de 35 000 euros et participera à la production de l’œuvre à hauteur de 30 000 euros. Un catalogue sera réalisé autour des quatre artistes nommés.

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

Prix 2017[modifier | modifier le code]

Lauréats[modifier | modifier le code]

Joana Hadjithomas et Khalil Joreige

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le nom des lauréats a été annoncé le 16 octobre 2017 au Centre Pompidou, à l'occasion de l'exposition collective regroupant les quatre artistes nommés. L’ADIAF remettra au lauréat une dotation financière de 35 000 euros et participera à la production de l’œuvre à hauteur de 30 000 euros. Un catalogue sera réalisé autour des quatre artistes nommés.

Le jury indique que les lauréats « incarnent à merveille ces artistes étrangers qui ont choisi de venir en France pour la qualité et de l’effervescence de la vie artistique qu’ils y trouvent »[16].

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

  • Bernard Blistène (France), directeur du Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris
  • Gilles Fuchs (France), collectionneur, président de l’ADIAF
  • Carmen Gimenez (États-Unis), commissaire d’expositions, Solomon R. Guggenheim Museum, New York
  • Mao Jihong (Chine), collectionneur, président, Exception de Mixmind et Fangsuo, Guangzhou
  • Jérôme Sans (France), directeur artistique, commissaire d’expositions
  • Erika Hoffmann (Allemagne), collectionneuse, Sammlung Hoffmann, Berlin
  • Akemi Shiraha (France-Japon), représentante de l’association Marcel Duchamp pour le prix

Prix 2018[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

Prix 2019[modifier | modifier le code]

Lauréat[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Nommés[modifier | modifier le code]

Jury[modifier | modifier le code]

Prix 2020[modifier | modifier le code]

Lauréate[modifier | modifier le code]

Kapwani Kiwanga[19]

Nommés [20][modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'ADIAF.
  2. a b et c Emmanuelle Jardonnet, « Le Marcel-Duchamp, un prix en mal d’éclat », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Annick Colonna-Césari, « Les nouvelles têtes de l'art », L'Express,‎ (lire en ligne)
  4. Judicaël Lavrador, « Au centre Pompidou, l’art français mis à prix », Libération,‎ (lire en ligne)
  5. Selon le communiqué officiel de l'ADIAF : « Le jury a particulièrement apprécié la démarche de Claude Closky dans la complexité de son langage visuel et la multitude des supports employés par l’artiste (livres, sites internet, travaux vidéo, photographies, peintures…). Closky fait preuve d’une grande maîtrise dans la diversité et la complexité de son vocabulaire. Il a su anticiper sur l’usage aujourd’hui répandu d’une diversification des médias. Le langage universel qu’il met en œuvre apparaît d’une grande maturité plastique. »
  6. Texte du catalogue 2005 de Michel Gauthier.
  7. Closky ne partait pas favori, Le Figaro avait par exemple quasiment annoncé la victoire de Kader Attia, et Le Journal des arts a commenté l'évènement (21/10/05) de manière extrêmement négative.
  8. Charge polémique contre le Prix par Olivier Blanckart, sélectionné malheureux en 2005.
  9. [PDF]Selon le communiqué officiel de l'ADIAF.
  10. Voir sur adiaf.com.
  11. Communiqué de l'ADIAF.
  12. Article sur l'édition 2009.
  13. Annonce du prix sur Artclair.com.
  14. Cf. Jean-Christophe Castelain, « The Artists - les nommés du prix Marcel-Duchamp 2012 », Le Journal des arts, (consulté le 20 octobre 2012)
  15. Kader Attia, un artiste rebouteux lauréat du prix Marcel Duchamp 2016
  16. « Le lauréat du prix Marcel Duchamp 2017 est … | ADIAF », sur www.adiaf.com (consulté le 18 octobre 2017)
  17. « Plagiat : ombre au tableau du Prix Marcel Duchamp 2018 », sur connaissancedesarts.com, .
  18. « Eric Baudelaire remporte le prix Marcel Duchamp », sur next.liberation.fr (consulté le 15 octobre 2019).
  19. « Kapwani Kiwanga, lauréate du 20e prix Marcel-Duchamp », sur Libération.fr, (consulté le 23 octobre 2020)
  20. Les artistes nommés pour le prix Marcel Duchamp 2020

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]