Tampographie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La tampographie est un système d’impression indirecte permettant de marquer tout type de support, de toutes formes et tous objets.

Ce procédé de prise d’encre contenue dans le creux d’un cliché gravé, obtenu par photogravure chimique sur un objet au moyen d’un tampon transfert en caoutchouc silicone, dépose un film d’encre très fin, sur diverses surfaces régulières ou irrégulières. Ce procédé garantit un marquage précis et rapide, quels que soient les volumes à réaliser. La tampographie est surtout utilisée sur des produits difficiles à imprimer par les procédés plus traditionnels, notamment dans les domaines médicaux, automobile, objets promotionnels, appareils électronique...

Le tampon en silicone a pour fonction de "prendre" l'image gravée sur le cliché plat pour la déposer sur la surface du support à imprimer, qu'il soit plat, cylindrique, sphérique, avec des angles, texturé, convexe ou concave. Le tampon sera adapté à la surface a imprimer.

Historique[modifier | modifier le code]

Des formes primitives d'impression par tampographie ont depuis longtemps existé, mais le procédé n'a été stabilisé et n'a permis son expansion qu'à la moitié du XXe siècle, avec l'utilisation de tampons en caoutchouc de silicone.

C'est notamment dans l'industrie horlogère, juste après la Seconde Guerre mondiale, que la technologie a été adaptée et les premières machines mises au point, notamment en Suisse et dans le Jura.

Spécificités[modifier | modifier le code]

Avantages[modifier | modifier le code]

  • Permet de décorer des formes non régulières, convexes, concaves...
  • Permet de décorer une large catégorie de matériaux de par la diversité des encres disponibles
  • Permet de très petites séries facilement (avec des clichés en résine photo-sensible)
  • Permet l'impression en plusieurs couleurs sans séchage intermédiaire

Inconvénients[modifier | modifier le code]

  • Dépose une couche fine d'encre qui garde une certaine transparence aisément pallié par l'impression d'une sous-couche de blanc
  • Difficile de réaliser des aplats en une seule impression, le cliché devant être tramé : on obtient une trame plus ou moins visible qui peut être supprimée par des gravures particulières et/ou la fonction double impression présente aujourd'hui dans la quasi totalité des machines proposées par les fabricants

Comment la reconnaître[modifier | modifier le code]

  • Sur les aplats il y a une trame visible au compte-fils
  • La couche d'encre est extrêmement fine (on ne la sent pas à l'ongle) et légèrement transparente

Procédé[modifier | modifier le code]

Éléments[modifier | modifier le code]

  1. Le cliché : peut être réalisé dans différents matériaux suivant le volume à imprimer : résine photosensible (très facilement réalisable par photogravure, pour petite série), plaque mince d'acier ou bloc d'acier pour grande série ; il est gravé finement en creux (et avec une trame pour les aplats larges) pour recevoir une fine pellicule d'encre
  2. L'encrier : contient l'encre ; il existe des systèmes à encrier ouvert (plus ancien) et d'autres à encrier fermé (plus moderne).
  3. L'encrier fermé est un réceptacle posé sur le cliché et qui parcourt ce dernier par mouvement successif de va-et-vient. Sa bague (en contact avec le cliché) est souvent en céramique et assure l'étanchéité
  4. Le tampon : c'est une masse en silicone souple moulé qui a pour fonction de prendre l'encre sur le cliché et de la déposer sur l'objet à imprimer. Sa dimension, forme et dureté dépend de l'application. Il existe toutefois 2 familles principales de forme : ronde (demi-sphère) ou barre allongée
  5. L'encre, qui sert à l'impression. Il existe plusieurs familles d'encres suivant les besoins et le support à imprimer. Les encres de tampographies sont toutes à base de solvant et nécessitent l'usage d'additif (diluant ou solvant). L'un des paramètres important de la tampographie est la vitesse d'évaporation des solvants qui permet le transport de l'encre par le tampon et la dépose sur la surface à imprimer. Cette évaporation dépend aussi des conditions climatiques. La prise de l'encre se fait suivant le type simplement par exposition à l'air (on peut accélérer par la chauffe) ou par une source UV (encre UV). Pour certains supports difficiles à décorer, il peut être nécessaire d'utiliser des encres bi-composants : l'encre et un durcisseur.

Cycle[modifier | modifier le code]

  1. L'encrier racle le cliché et y dépose de l'encre fraiche et s'arrête en bout de course (hors zone encrée)
  2. Les solvants commencent à s'évaporer, rendant l'encre légèrement collante pour le tampon
  3. Le tampon en silicone vient se presser sur le cliché et prend l'encre
  4. Le tampon se relève ; le cycle de l'encrier reprend par des mouvements de va-et-vient
  5. Le tampon se déplace au-dessus de l'objet à décorer
  6. Les solvants continuent à s'évaporer, rendant l'encre collante pour le support
  7. Le tampon vient se presser sur le support à décorer et y déposer l'encre
  8. Le tampon se relève

Liens externes[modifier | modifier le code]