TAU (métro)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Prototype

Le TAU, acronyme de Transport Automatisé Urbain, était un prototype de métro automatique léger conçu en Belgique dans les années 1980. Il était prévu que le TAU équipe dans un premier temps la ville de Liège qui devait alors se doter d'un métro.

Historique[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1980, le ministre des Communications Herman de Croo propose de créer trois grandes vitrines permettant d'illustrer le savoir-faire technique belge à l'international. Trois grands projets sont ainsi lancés : le trolleybus à Gand, le GLT à Mons (un site expérimental sera installé entre Jemelle, Rochefort et la station terrestre de Lessives dans les Ardennes) et le TAU à Liège. Inspiré par le VAL de Lille, inauguré en 1983, le TAU consiste en la conception d'un métro léger électrique et entièrement automatique.

Un prototype fut construit et testé à Jumet sur une piste d'essai spécialement construite qui disposait même d'une station souterraine[1]. Des plans sont alors élaborés pour une ligne dans l'agglomération de Liège, allant de Herstal à Seraing[2].

Le coût et l'ampleur des travaux annoncés provoqua une levée de boucliers qui, finalement, provoqua l'abandon du projet. Les commerçant refusaient principalement que la construction de la ligne se fasse selon la méthode de la tranchée couverte, ce qui aurait impliqué d'éventrer les rues du centre-ville pendant une longue période et aurait affecté leur activité. Malgré cela, la rame d'essai fut présentée au public place Saint-Lambert.

Après être resté à l'abandon sur le site de Jumet pendant dix ans, l'unique prototype a rejoint les collections du Musée des transports en commun.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]