Tōji Kamata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tōji Kamata
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
Nationalité
Formation
Université Kokugakuin (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Kyoto University of Art and Design (en), Université Musashigaoka (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Tōji Kamata (鎌田東二?), né le à Anan, est un universitaire japonais spécialisé dans la philosophie et les religions. Docteur en lettres et philosophie de l’université de Kokugakuin en 1980, ainsi que docteur en étude des religions à l’université de Tsukuba en 2001, il enseigne au lycée Kinjo, à l’université Kokugakuin puis à la faculté de médecine de Musashigaoka. Depuis 2003, il est professeur à l’université de Kyōto[1],[2].

Ses travaux portent principalement sur l’étude de la spiritualité et des religions japonaises (shinto, bouddhisme, shinshukyo...) ; il fait partie d’un courant d’intellectuels traditionalistes qui arguent de la supériorité de ces dernières sur les religions occidentales, par leurs aspects intimistes et multiples[3],[4]. Il étudie également la mythologie japonaise.

Parmi ses ouvrages figurent Shinkai no fīrudowāku (神界のフィールドワーク――霊学と民俗学の生成』青弓社?) (1987), essai philosophique sur le monde des esprits, et Shūkyō to reisei (宗教と霊性』角川選書?) (1995), qui s’attache à l’histoire des religions japonaises[5].

Il est également un membre fondateur de l’International Shinto Foundation (Shinto kokusai gakkai) en 1994[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Tōji Kamata », université de Kyōto (consulté le 11 février 2011)
  2. (en) « Symposium - The Road Toward Inspiration », Seattle Novyi Theatre (consulté le 11 février 2011)
  3. (en) Evert van der Zweerde, Civil society, religion, and the nation: modernization in intercultural context, Amsterdam, Rodopi, , poche (ISBN 978-90-420-1665-1, lire en ligne), p. 141-142
  4. (en) Michael Pye, « Review : Die "spirituellen Intellektuellen" und das New Age in Japan », Marburg Journal of Religion, université de Marbourg, vol. 7, no 1,‎ (ISSN 1612-2941, lire en ligne)
  5. (en) Birgit Staemmler, Chinkon kishin: mediated spirit possession in Japanese new religions, LIT Verlag Münster, (ISBN 978-3-8258-6899-4, lire en ligne), p. 11
  6. (en) « ISF Information », International Shinto Foundation (consulté le 11 février 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]