Symphonie nº 3 de Prokofiev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie nº 3.

La Symphonie en do mineur, opus 44, est la troisième des sept symphonies écrites par Sergueï Prokofiev.


La troisième symphonie est empreinte de motorisme et ne cache pas sa modernité. Elle est composée de quatre mouvements :

  1. Moderato
  2. Andante
  3. Allegro agitato
  4. Andante mosso

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Orchestration[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Elle a été écrite environ quatre ans après la seconde symphonie.

Comme la quatrième symphonie, cette œuvre tire une grande quantité de son matériau thématique d’une œuvre scénique préexistante qui, du fait des circonstances, n'a jamais été représentée du vivant du musicien, l'opéra L'Ange de feu, dont la création (en concert et en langue française) n'a eu lieu qu'en novembre 1954, à Paris, sous la direction de Charles Bruck, disciple de Pierre Monteux, le chef d'orchesre qui avait donné la première audition de la symphonie.

Le premier enregistrement de cette symphonie est d'ailleurs dû au même Charles Bruck, qui a gravé l'œuvre pour EMI en mars 1956 avec l'Orchestre national de la Radiodiffusion française (le disque a été publié sous l'étiquette Columbia avec la référence FCX 535).

Création et réception[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Moderato[modifier | modifier le code]

Environ 13 minutes. Les foudroyants premiers accords et le thème ostinato proviennent de la scène de la possession dans le couvent, dernière et plus forte scène de l’opéra.

Andante[modifier | modifier le code]

Environ 7 minutes.

Allegro agitato[modifier | modifier le code]

Environ 8 minutes. Glissandi dissonants de cordes, coups de timbale à contre-temps et une mélopée inquiétante de la flûte concourent à faire de ce mouvement le plus sinistre de la partition.

Andante mosso[modifier | modifier le code]

Entre 6 et 7 minutes. Une orchestration très massive et métallique et le retour de l’ostinato démoniaque ne peuvent faire oublier la brièveté de la conclusion générale.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]