Symphonie nº 3 de Berwald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Symphonie n° 3 de Berwald)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie nº 3.

Sinfonie singulière

Symphonie no 3 en ut majeur
Sinfonie singulière
Genre Symphonie
Nb. de mouvements 3
Musique Franz Berwald
Sources littéraires 1845
Effectif Orchestre symphonique
Durée approximative 30 minutes
Création
Interprètes Orchestre dirigé par Tor Aulin

La Symphonie no 3 en ut majeur, sous-titrée Sinfonie singulière, est la troisième et avant-dernière symphonie du compositeur suédois Franz Berwald, écrite en 1845 et considérée comme la plus réussie.

Mouvement[modifier | modifier le code]

Comme sa deuxième symphonie, elle ne compte que trois mouvements et son exécution demande environ une demi-heure.

  1. Allegro fuocoso
  2. AdagioScherzo : Allegro assaiAdagio
  3. Finale : Presto

Histoire[modifier | modifier le code]

Son écriture suit celle de sa seconde symphonie dont la partition a été longtemps égarée, de quelques années. Berwald achève sa dernière symphonie moins d'un mois après celle-ci.

La symphonie a été créée le dans une version modifiée, sous la direction de Tor Aulin, soit près de quarante ans après la mort du compositeur. Herbert Blomstedt en publie la version originale en 1965.

Analyse[modifier | modifier le code]

Allegro fuocoso[modifier | modifier le code]

Le premier mouvement est d'un tempo rapide. Il commence très doux par une montée harmonique colorée des cordes se répétant deux fois puis les cuivres rentrent pour donner à l'œuvre toute sa couleur.

Adagio — Scherzo : Allegro assai — Adagio[modifier | modifier le code]

Le second mouvement présente, d'une manière originale, un scherzo comme partie médiane entre les deux adagios. Un fort coup de timbale précédant le scherzo surprend l'auditeur à la manière de la Symphonie surprise de Haydn.

Finale : Presto[modifier | modifier le code]

Le dernier mouvement, très rapide, est écrit plus sombrement et plus fort que les autres, utilisant la tonalité de do mineur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notes d'Alain Cochard dans le livret Naxos 8.553052

Liens externes[modifier | modifier le code]