Sylvia Stolz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sylvia Stolz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (55 ans)
MunichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Autres informations
Condamnée pour

Sylvia Stolz née le 6 août 1963 à Munich est une avocate allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a défendu Ernst Zündel lors de son procès remettant en cause l'existence de l'Holocauste en mars 2006. Elle affirma pendant le procès que « le tribunal militaire allié international n’a rien été d’autre qu’une inquisition talmudique conduite par des ennemis de l’Allemagne [réf. nécessaire], qui a produit des témoignages fabriqués de toutes pièces[non neutre] et les dépositions des Juifs n’ont jamais pu être mises à l’épreuve ou authentifiées[réf. nécessaire] ». Elle a également affirmé pour conclure que « l'Holocauste est le plus grand mensonge de l'histoire du monde[1] ».

Zündel fut condamné en février 2007 à cinq ans de prison, et son avocate Sylvia Stolz à trois ans et demi[1]. Elle fut libérée de la prison d'Aichach le 13 avril 2011[2].

Elle est en relation de couple avec Horst Mahler[3].

En février 2015, elle a été condamnée par la justice allemande à 20 mois de prison pour négation de la Shoah et usurpation de titres, lors de propos tenus en 2012[4] lors d'une conférence en Suisse, pour l'Anti-Zensur-Koalition d'Ivo Sasek (de)[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le négationniste allemand Ernst Zündel est mort », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  2. La Jeanne d'Arc allemande Sylvia Stolz : libérée, Rivarol, n°2996 du 22 avril 2011,page 2.
  3. Frank Käßner: Ernst Zündel: "Agitator, Hetzer, Brandredner". In: Welt Online, 16. Februar 2007.
  4. (en) German Ex-lawyer Jailed for Holocaust Denial - Again The Associated Press, 25 février 2015, Haaretz
  5. (de) Andreas Salch, « Rechtsextreme Ex-Anwältin muss in Haft », Süddeutsche Zeitung,‎ (lire en ligne)