Horst Mahler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mahler (homonymie).
Horst Mahler (à gauche) le 1er septembre 2001 à Leipzig (à droite : Christian Worch).

Horst Mahler (né le 23 janvier 1936 à Haynau, Basse Silésie (maintenant Chojnów, en Pologne) est un avocat allemand connu pour avoir été membre fondateur de l'organisation révolutionnaire Fraction armée rouge dans les années 1970, puis pour ses positions néo-nazies et négationnistes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de nazis militants, Mahler soutient dans sa jeunesse les mouvements gauchistes allemands dont il est un des avocats. Il devient l'un des membres fondateurs de la Fraction armée rouge en 1970 et participe alors à des braquages et à une évasion d'Andreas Baader. Il s'enfuit comme plusieurs autres militants dans les camps palestiniens en Jordanie et sera emprisonné plusieurs années dans ce pays, puis en Allemagne.

Le 8 octobre 1970, il est arrêté avec Brigitte Asdonk, Ingrid Schubert, Irene Goergens et Monika Berberich, puis ils sont tous placés en isolement total. Il est alors défendu par Otto Schily qui sera de 1998 à 2005, ministre fédéral de l'Intérieur dans la coalition rouge-verte de Gerhard Schröder[1]:

Au début des années 1980, grâce à son avocat Gerhard Schröder (futur chancelier fédéral d'Allemagne), il est libéré après avoir purgé les deux tiers de la peine et, en 1987, réintégré au barreau d'Allemagne[1]. Mais durant sa détention, Mahler a changé d'opinions politiques. Il rejoint en août 2000 le Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD), un parti allemand d'extrême droite et soutient ouvertement leurs idées[2].

Niant l'existence des chambres à gaz et affirmant « que nous (l'Allemagne) ayons systématiquement assassiné six millions de juifs est un mensonge[3] », il a été condamné pour cela plusieurs fois par les tribunaux allemands :

  • 7 800 euros d'amende en mai 2004 pour avoir fait l'apologie des attentats du 11 septembre 2001[4],
  • six mois de prison le 23 novembre 2007 par le tribunal de Cottbus, dans l'est de l'Allemagne, pour avoir fait le salut hitlérien[5],
  • dix mois de prison en avril 2008 pour avoir nié la Shoah et pour avoir salué d'un « Heil Hitler » un animateur juif qui l'interviewait à la télévision[4],
  • six ans le 25 février 2009, par le tribunal de Munich pour « incitation à la haine raciale » en ayant qualifié l'Holocauste de « plus énorme mensonge de l'histoire du monde »[6],
  • cinq ans et deux mois le 12 mars 2009, peine cumulative de la peine précédente, pour négationnisme, par le tribunal de Potsdam[4],[7].

Il est incarcéré depuis sa condamnation du 25 février 2009[6], pour plus de onze ans de prison.

En juillet 2015, il est libéré pour des raisons de santé[8], dont un diabète ayant entrainé l'amputation du bas de sa jambe gauche[9]. Le 19 avril 2017, il aurait dû réintégrer la prison, mais ne se présente pas. Considéré comme fugitif, il est arrêté le 15 mai 2017 en Hongrie[8] et remis aux autorités allemandes le 13 juin suivant[10].

Il est en relation de couple avec Sylvia Stolz[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) Hans-Joachim Noack, Der ewige Desperado, spiegel.de, 5 février 2001
  2. Atkins 2009
  3. Cité par Atkins 2009
  4. a, b et c Allemagne: 5 ans de prison de plus pour Horst Mahler 12/03/2009, Alliance
  5. Un salut fasciste vaut six mois de prison au néo-nazi Horst Mahler 23/1/2007, 7 sur 7
  6. a et b Un négationniste écope de 6 ans de prison le 25 février 2009, lci.tf1.fr
  7. Perpétuité pour le dissident Horst Mahler 12/3/2009, LeMatin.ch repris par Altermedia France
  8. a et b « Le négationniste allemand Horst Mahler arrêté en Hongrie », RTBF Info,‎ (lire en ligne)
  9. « Dans les geôles d’Allemagne occupée, le héros Horst Mahler amputé d’une jambe à cause de mauvais traitement », Jeune Nation,‎ (lire en ligne)
  10. Agence France-Presse, « Un négationniste allemand remis à l'Allemagne », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  11. (de) Frank Käßner: Ernst Zündel: "Agitator, Hetzer, Brandredner". In: Welt Online, 16. Februar 2007.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]