Sylvain Vigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sylvain Vigny
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 66 ans)
Nice
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Lieux de travail
Mouvement

Sylvain Vigny est un artiste peintre français né à Vienne (Autriche) le 8 avril 1903. Il s'installe à Nice en 1934, vivant un temps au 6, rue Dante. Il meurt à Nice le 4 février 1970[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Artiste autodidacte, venant d'Autriche à l'instar de Willy Eisenschitz et Elfy Haindl-Lapoirie (de)[2], « il arrive en France en 1929 et, après avoir connu une vie aventureuse à Vienne et à Paris, il découvre Nice en 1934 et s'y installe »[3]. Le nom de Sylvain Vigny reste attaché à celui de Jean Moulin en ce que, lorsque celui-ci ouvre à Nice la Galerie d'art Romanin[4], l'artiste est, avec les frères Pierre et Jacques Prévert, Nikos Papatakis, Django Reinhardt et le peintre niçois Jean Cassarini, parmi ceux que l'on y rencontre régulièrement[5]. C'est à partir de 1955 qu'il devient une figure réellement reconnue de l'art niçois, comme le seront ensuite ses amis Ben (Benjamin Vautier), Claude Morini et Bernard Damiano[6].

Livres illustrés[modifier | modifier le code]

  • Fagus, La Danse macabre, poèmes, illustrations de Sylvain Vigny, Éditions Malfère, Paris, 1937[7].

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Douthitt Gallery, New York, 1938.
  • Galerie Bernheim Jeune, Paris, 1948.
  • Galerie des Pochettes, Nice, mai 1969.
  • Galerie Drouant (52, faubourg Saint-Honoré) et Compagnie commerciale des arts (36, faubourg Saint-Honoré), Paris, avril-mai 1975[8].
  • Vigny, Château-musée de Cagnes-sur-Mer, avril-juin 1988.
  • Sylvain Vigny, Petit Palais, Genève, 1989.

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « La peinture était pour Vigny un acte de fureur. » - Jean Cassou[11]
  • « Un univers de carnaval où le tragique se même au burlesque, où, comme chez Goya, la réalité côtoie le fantastique. Cet expressionniste visionnaire et romantique, dont la violence d'écriture rappelle celle de Daumier, se montre hanté, fasciné par le visage. » - Gérald Schurr[8]
  • « Autodidacte étrange, haut en couleur, truculent et rabelaisien, torturé, écorché vif et chaleureux, qui est arrivé en France à 26 ans et s'est installé à Nice cinq ans après. Son univers est peuplé de fantômes: un expressionnisme sombre, une peinture qui n'a rien d'aimable mais qui porte en elle une brutalité tragique et authentique, une sorte de noble inquiétude teintée de mysticisme. » - Gérald Schurr[12]
  • « Sa peinture est brutale, mais chaleureuse, inquiète et chaotique, le décor des personnages, la nostalgie des coiffures seigneuriales ou bourgeoises, font penser à l'Espagne, aux fêtes vénitiennes, à la Belle Époque, etc. Le monde selon Vigny est un spectacle tragique et fantastique. » - Dictionnaire Bénézit[3]
  • « Sa peinture développe un univers tragique; il est surtout un peintre de la figure humaine, mais une figure douloureuse et tragique. Ses peintures sont d'un expressionnisme sombre et tourmenté. » - Gilbert Croué[13]
  • « Vigny's works, with its strong brush strokes, are charged with pathos and mystery; in his landscapes we find seated figures on the seaside, groups of men walking with apparent no direction as a hint of uncertainty towards the future and a particular yet disturbing choice of colours. Dark skies and mudcoloured seas are a surrealistic representation of reality, which takes us in parallel worlds of immagination made of distress and anxiety. The beauty of these works resides in the power they emanate, the dark charge of mystery that surrounds the canvas and the thick layer of oil applied on it. » - Mattia Melzi[14]

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Introducing Sylvain Vigny, édité par Douthitt Gallery, New York, 1938.
  • Sylvain Vigny, Sylvain Vigny, Éditions Galerie Berneheim Jeune & Cie, Paris, 1948.
  • Jean Dagron, Sylvain Vigny, peintre visionnaire et romantique, in revue mensuelle Le Jardin des Arts, n°15, janvier 1956.
  • Jean Cassou, Sylvain Vigny, Éditions Jean Pizzo, Nice, 1961.
  • Sylvain Vigny, Éditions Galerie des Pochettes, Nice, 1969.
  • Claude Robert, commissaire-priseur, 5, avenue d'Eylau, Paris, Catalogue de la vente de l'atelier Sylvain Vigny, Hôtel Drouot, lundi 7 juin 1971.
  • Suzanne Sauvaigo, Vigny, Éditions du Château-musée de Cagnes-sur-Mer, 1988.
  • Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Paris, Les Éditions de l'Amateur, , 1069 p.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001[15].
  • Ouvrage collectif, Dictionnaire historique et biographique du Comté de Nice, Éditions Serre, 2002.
  • Massol & Philippe Lartigue, Catalogue de vente des ateliers Sylvain Vigny, Maria Mavro et Luis Molné, Hôtel Drouot, Paris, 29 septembre 2003.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des sources ici produites proposent d'autres dates: 1902 ou 1904 pour la naissance, 1971 pour le décès. Les dates que nous proposons (1903-1970) semblent les plus couramment admises.
  2. a et b Galerie Szaal, Vienne, Sylvain Vigny, biographie (langue allemande)
  3. a et b Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 14, page 235.
  4. Itinéraire, Jean Moulin et la Galerie d'art Romanin
  5. Limore Yagil, Au nom de l'art, 1933-1945: exils, solidarités et engagements, Fayard, 2015.
  6. Ben, Sylvain Vigny revient, émission de Radio démangeaison, Nice, 21 mai 2009
  7. Bertrand Hugonnard-Roche, "La danse macabre" de Fagus illustrée par Sylvain Vigny, présentation de l'ouvrage
  8. a et b Gérald Schurr, « Les expositions : Sylvain Vigny », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°18, 2 mai 1975, page 17.
  9. Art Cöte d'Azur, Projet d'exposition de la Galerie Sintitulo autour de Sylvain Vigny, mars 2009
  10. Paris-Art, D'après Sylvain Vigny, 23 septembre 2011
  11. Jean Cassou, Sylvain Vigny, Éditions Jean Pizzo, 1961.
  12. Gérald Schurr, Sylvain Vigny in Le guidargus de la peinture, Les éditions de l'amateur, 1993.
  13. Gilbert Croué, Sylvain Vigny, in Dictionnaire historique et biographique du Comté de Nice, Éditions Serre, 2002.
  14. Mattia Melzi, Sylvain Vigny, rediscovering a talent, Melzi Fine Art, Milan et Washington, mars 2014.
  15. Jean-Pierre Delarge, Sylvain Vigny in Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains

Liens externes[modifier | modifier le code]