Willy Eisenschitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eisenschitz.
Willy Eisenschitz
Willy Eisenschitz 1910.png

Willy Eisenschitz en 1910

Naissance
Décès
Nationalités
Activité
Formation
Conjoint
Enfants
Evelyn Marc
David Eisenschitz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées

Willy Eisenschitz (1889-1974), peintre français d'origine autrichienne, a surtout représenté les paysages de Provence, et de la Drôme en particulier. Ses œuvres sont présentées dans une dizaine de musées européens, et font l'objet de cinq expositions rétrospectives de 1957 à 2006.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 27 octobre 1889 à Vienne (Autriche), fils d'un avocat juif de Vienne, Willy Eisenschitz s'oppose à la volonté de son père et suit à partir de 1911 les cours de l'Académie des beaux-arts de Vienne.

Il rejoint Paris en 1912 et s'y marie en 1913 avec Claire Bertrand, elle aussi peintre, fille du géologue Marcel Bertrand.

Arrêté en 1914 comme sujet autrichien, il est détenu dans un camp d'internement. Sa fille Evelyne et son fils David naissent dans le camp. En 1917, il attrape la tuberculose ; pour raisons de santé, il est autorisé à quitter la France pour la Suisse où il fera plusieurs séjours dans des centres.

Après la guerre, Willy Eisenschitz découvre la lumière du Midi lors d'un voyage en 1921-1922 en Provence, sur la Côte d'azur et sur la Riviera italienne. En 1923 il a une rechute de tuberculose.

Il s'installe en 1927 avec sa famille dans la propriété des Minimes à La Valette-du-Var. Il peint alors beaucoup de paysages de la région et y participe à la vie culturelle et artistique. Il expose aussi à Paris, dans les principaux Salons et dans plusieurs galeries. Les critiques artistiques notent dans ses œuvres l'influence de Cézanne, de l'impressionnisme, du cubisme. Eisenschitz devient membre de la Société Nationale des Beaux-Arts.

À partir de 1931, des problèmes d'arthrite l'empêchant de continuer la peinture à l'huile, il se consacre à l'aquarelle. Il est naturalisé français en 1935. Il expose à Paris, Vienne, Londres, Lausanne, Honolulu, Toulon.

Willy Eisenschitz reçoit la médaille d'or à l'exposition universelle de 1937. L'année suivante, il voyage dans les îles britanniques.

En 1943, après avoir été inquiété par la police pour son origine juive, il trouve refuge à Dieulefit, dans la Drôme, et y peint sous le pseudonyme Villiers. Son fils David est arrêté par les nazis en 1944.

Il réintègre les Minimes en 1945. En 1949 a lieu l'exposition « une famille de peintres » à la galerie Allard, avec des œuvres de Willy Eisenschitz, de sa femme Claire Bertrand, et de leur fille Evelyn Marc. L'État commence à lui acheter des œuvres en 1950. De 1951 à 1959, il effectue plusieurs voyages à Ibiza, en Languedoc, au Soudan. Il y prend de nombreux croquis et esquisses qu'il utilise ensuite en atelier, à l'aide de ses notes. Il achète en 1959 une maison dans les Alpilles. La galerie Durand-Ruel, à Paris, et le musée de Toulon exposent ses œuvres. Il a par ailleurs illustré des livres de Jean Giono et de Aldous Huxley.

Sa femme Claire Bertrand meurt en 1969. Il expose au Japon en 1972.

Willy Eisenschitz meurt à Paris le 8 juillet 1974.

Dans les musées[modifier | modifier le code]

Signature de W Eisenchitz.

Des œuvres de Willy Eisenschitz sont dans les musées suivants :

Expositions rétrospectives[modifier | modifier le code]

  • 1957 : Musée d'art de Toulon, rétrospective de 60 œuvres de 1926 à 1957.
  • 1977 : Musée d'art de Toulon, hommage à Claire Bertrand et Willy Eisenschitz.
  • 1999 : Exposition au musée du Lentos (Nouvelle Galerie) de Linz (Autriche).
  • 2001: Rétrospective Willy Eisenschitz au musée d'art de Toulon.
  • 2006 (avril-mai) : Exposition des peintures, aquarelles et dessins de Willy Eisenschitz et Victor Bourgeois, au Centre d'Art Raymond Du Puy, à Poët-Laval (Drôme).

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]