Superflat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’art contemporain
Cet article est une ébauche concernant l’art contemporain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Superflat est un mouvement d'art contemporain influencé par l'anime, le manga et par la pop-culture japonaise. C'est une attitude qui vise à analyser cette culture japonaise d'après-guerre à travers la sous-culture dite otaku.

Description[modifier | modifier le code]

Superflat signifie en anglais « super plat » et se réfère à diverses formes aplaties de l'art graphique japonais ainsi qu'à la superficialité de la culture consumériste japonaise. Le Superflat combine l'esthétique du pop art avec le kitsch de la culture kawaii, et rappelle constamment la platitude des animes et mangas[1].

Takashi Murakami est considéré comme le chef de file de ce mouvement, mais on peut y adjoindre des artistes comme Yoshitomo Nara et Aya Takano (en). Certains animateurs ou mangaka sont également influencés par ce mouvement, en particulier deux artistes du Studio 4°C, Kôji Morimoto et Tatsuyuki Tanaka, mais aussi Hitoshi Tomizawa (en), l'auteur d'Alien 9.

Selon Murakami, « ce qui importe dans l'art japonais est la sensation de plat. Notre culture n'a pas de 3D »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Takashi Murakami en 2006

Takashi Murakami est un artiste japonais qui a étudié le nihonga à l'Université des arts de Tokyo. Suite à des séjours aux Etats-Unis et à la découverte d' œuvres telles que celles de Jeff Koons, il décide d'abandonner la peinture traditionnelle japonaise, et de s'orienter vers l'art dit Otaku. Il développe une certaine notoriété autour de ses créations, et définit au fur-et-à-mesure un nouveau style : le Superflat né de l'idée que l'art visuel japonais ne reproduit pas le 3D, un constat dans lequel il engouffre l'interprétation de son oeuvre, et élargit le concept à une remise en question de la société japonaise[2].

Il publicise le terme Superflat pour la première fois en 2001 lors d'une exposition à Los Angeles.

En 2002, la marque de luxe Louis Vuitton signe avec Takashi Murakami pour la création de produit tendance Superflat, ce qui permit à l'artiste de décliner pleinement son concept artistique sur un produit typiquement consumériste[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Susan Kendzulak, « What is Superflat art? Art Radar explains », sur Artradarjournal.com,‎
  2. (en) Hunter Drohojowska-Philp, « Superflat », sur Artnet.com,‎
  3. (en) Hannah Ghorashi, « Louis Vuitton ends its 13-year relationship with Takashi Murakami », sur Artnews.com,‎