Substantifique moelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Extraire « la substantifique moelle » de quelque chose, c'est en retenir ce qu'il y a de meilleur, de plus précieux ou de plus profond.

Origine[modifier | modifier le code]

Dès la fin du XIIe siècle, le mot « moelle » désigne, en plus de la substance molle que l'on trouve à l'intérieur des os, ce qu'il y a d'essentiel, en particulier dans une œuvre de l'esprit[1].

Cette expression devint célèbre en 1534 lorsque François Rabelais l'utilisa dans le prologue de son deuxième roman Gargantua[2] :

« C'est pourquoi fault ouvrir le livre et soigneusement peser ce que y est déduict. [...] Puis, par curieuse leçon et meditation frequente, rompre l'os, et sugcer la substantificque moelle, [...]. »

— François Rabelais, La vie très horrifique du grand Gargantua, père de Pantagruel, jadis composée par M. Alcofribas abstracteur de quintessence. Livre plein de Pantagruélisme, 1534, [lire en ligne]

.

Emploi[modifier | modifier le code]

Cette expression est couramment utilisée :

  • dans son sens tel qu'imaginé par François Rabelais : une métaphore qui désigne ce que le lecteur actif doit extraire ou comprendre dans le texte qu'il lit, ce qu'il peut découvrir entre les lignes, le sens parfois caché du texte.
  • et par extension, la substantifique moelle est la quintessence des choses, ce qu'elles ont de meilleur[3].

C'est ainsi que l'on trouve cette expression, par exemple :

  • dans le titre de l'anthologie des œuvres de Pierre Dac rédigée par Jacques Pessis : La Substantifique moelle de Pierre Dac [4] ;
  • associée au verbe « extraire » : employée par Bernard Clavel dans son album Fleur de sel où il évoque la fleur de sel, « substantifique moelle extraite du sel » qui est pour lui « ce précieux flocon des marais ».

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les expressions françaises décortiquées », sur le site expressio (consulté le 19 juin 2012).
  2. « Dictionnaire », sur le site des éditions Larousse (consulté le 19 juin 2012).
  3. « Expression du jeudi 3 décembre 2009 », sur le dictionnaire des expressions (consulté le 19 juin 2012).
  4. Julliard, 1995, (ISBN 2-260-01109-8)