Stéphan Oliva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Stephan Oliva)
Stéphan Oliva
un homme aux cheveux blancs, avec un costume noir
Stéphan Oliva, en avril 2014.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Labels
BMG, Harmonia Mundi, EMI, Universal Music (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Site web

Stéphan Oliva, né le [1] à Montmorency, est un pianiste de jazz et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stéphan Oliva se fait remarquer en 1991 en enregistrant avec son trio (Claude Tchamitchian à la contrebasse et Jean-Pierre Jullian à la batterie) le disque Novembre. Il obtient en 1992 le Django espoir de l'année 92.

En 1993, il enregistre en solo l'album Clair obscur. En 1996, il enregistre en trio, avec Bruno Chevillon à la contrebasse et François Merville à la batterie, un hommage à la musique de Bill Evans et Scott LaFaro. En 1998, il enregistre un album en solo pour la série Jazz'n (e)motion (improvisation sur des musiques de films).

En 1997, il se produit avec le batteur Paul Motian. Deux albums sont enregistrés plus tard en trio avec Motian et Chevillon : Fantasm (2000) et Intérieur nuit.

Avec le pianiste François Raulin, ils enregistrent deux albums consacrés à la musique de Lennie Tristano : un en duo (Tristano, 1999 ) et un en septet (Sept variations sur Lennie Tristano, 2002)

En 2003, il enregistre en quintet l'album Itinéraire imaginaire. La même année, il accompagne la chanteuse Linda Sharrock, puis Susanne Abbuehl.

Stéphan Oliva a aussi écrit des musiques de films : Froid comme un été, Les liens du sang, La mer à boire de Jacques Maillot[2] et la musique pour la réédition en dvd de Loulou, un film muet de Georg Wilhelm Pabst.

Stéphan Oliva mène en parallèle une carrière d'enseignant (nombreuses master classes) et de conférencier (sur la musique au cinéma, le jazz, etc.).

En 2020, l'auteur de bandes dessinées Philippe Dupuy le fait figurer aux côtés de Dominique A dans son livre J'aurais voulu faire de la bande dessinée[3].

Discographie[modifier | modifier le code]

Piano solo[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Clair Obscur (Pan Music)
  • 1998 : Jazz' N (e)Motion (BMG/RCA Victor)
  • 2007 : Ghosts of Bernard Herrmann (Illusions)
  • 2010 : Lives of Bernard Herrmann[4] (Sans Bruit)
  • 2010 : Film Noir (Illusions)
  • 2011 : After Noir - Piano Gone[5] (Sans Bruit)
  • 2013 : Vaguement Godard (Illusions)
  • 2018 : Cinema Invisible, avec Stéphane Oskéritzian (Illusions)[6]

En tant que leader[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Novembre (OWL Time Line)
  • 2004 : Itinéraire imaginaire (Sketch Records)
  • 2005 : Coïncidences (La Buissonne)
  • 2006 : Miroirs (Minium)

Avec François Raulin[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Tristano, duo (Émouvance)
  • 2002 : Sept variations sur Lennie Tristano, septet (Sketch Records)
  • 2008 : Echoes of Spring, quintet (Melisse)[7]
  • 2016 : Correspondances, duo (Abalone Productions)[8]

En tant que coleader[modifier | modifier le code]

  • 1988 : Souen, avec Thierry Maucci et Christian Zagaria (CELP)
  • 2000 : Fantasm - The Music of Paul Motian, avec Bruno Chevillon et Paul Motian (BMG/RCA Victor)
  • 2000 : Intérieur nuit, avec Bruno Chevillon et Paul Motian (Night Bird Music)
  • 2001 : Jade Visions, avec Bruno Chevillon et François Merville (OWL Records)
  • 2007 : Soffio Di Scelsi, avec Jean-Marc Foltz et Bruno Chevillon (La Buissonne)
  • 2008 : Pandore[9], avec Jean-Marc Foltz (Sans Bruit)
  • 2008 : Aquarian Forest, avec Äänet (Émouvance)
  • 2009 : Stéréoscope, avec Claude Tchamitchian et Jean-Pierre Jullian (La Buissonne)
  • 2012 : Visions Fugitives, avec Jean-Marc Foltz (Vision Fugitive)[10]
  • 2016 : Gershwin, avec Jean-Marc Foltz (Vision Fugitive)
  • 2017 : Princess, avec Susanne Abbuehl et Øyvind Hegg-Lunde (Vision Fugitive)
- Coup de cœur Jazz et Blues 2017 de l'Académie Charles-Cros, proposé lors de l'émission Open Jazz d’Alex Dutilh sur France Musique[11]

Comme sideman[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Ághia Triádha, Jean-Pierre Jullian Sextette (Émouvance)
  • 1999 : Bassma Suite, Claude Tchamitchian Grand Lousadzak (Émouvance)
  • 2003 : Les arômes de la mémoire, Bernard Struber Jazztett (Studio Christal)
  • 2004 : Confessions, Linda Sharrock (Quinton)
  • 2004 : Opus Incertum on C…, Jean-Pierre Jullian octet (Émouvance)
  • 2016 : Need Eden, Claude Tchamitchian tentet (Émouvance)
  • 2017 : Une Nouvelle Terre, Christophe Monniot (Le Triton)
  • 2018 : Frizione, Romano Pratesi (Das Kapital Records)

Musiques de films[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sur universalmusic.fr
  2. CineZik.fr, Interview de Stéphan Oliva pour la musique de film la mer à boire.
  3. Anne Douhaire, « Bande dessinée : « J’aurais voulu faire de la BD » ou la question de la création par Philippe Dupuy », sur France Inter, (consulté le ).
  4. « Lives of Bernard Herrmann, by Stéphan Oliva », sur Sans Bruit (consulté le )
  5. « After Noir, by Stéphan Oliva », sur Sans Bruit (consulté le )
  6. « Jazz Bonus : Stéphan Oliva, Stéphane Oskeritzian - Cinema invisible, Piano solo », sur France Musique, (consulté le ).
  7. Sophie Chambon, « François Raulin/Stéphan Oliva : Echoes of Spring », sur Citizen Jazz, (consulté le ).
  8. Franpi Barriaux, « François Raulin & Stéphan Oliva : Correspondances », sur Citizen Jazz, (consulté le ).
  9. « Pandore, by Stéphan Oliva & Jean-Marc Foltz », sur Sans Bruit (consulté le )
  10. Philippe Méziat, « Jean-Marc Foltz/Stéphan Oliva : Visions fugitives », sur Citizen Jazz, (consulté le ).
  11. « Coup de coeur Jazz et Blues 2017 », sur Académie Charles-Cros (consulté le )