Statue des quatre tétrarques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue des quatre tétrarques.

La statue des quatre tétrarques, ou parfois portrait des quatre tétrarques, est un groupe de sculptures de porphyre représentant quatre empereurs romains. Elle a été réalisée vers environ 300. Depuis le Moyen Âge et la Quatrième croisade, la statue est fixée à un coin de la façade de la basilique Saint-Marc à Venise, en Italie. Elle faisait probablement à l'origine partie de la décoration du Philadelphion (en) à Constantinople

Représentation[modifier | modifier le code]

Fragement de talon au Musée archéologique d'Istanbul.
Détail

Après 293, l'Empire romain est gouverné par une tetrarchie, un groupe de quatre dirigeants, instituée par l'empereur Dioclétien. La tétrarchie se compose de deux Augustes et deux Césars. L'empire a été divisé territorialement en deux parties, occidentale et orientale, avec un Auguste et un César dans chaque. Après Dioclétien et Maximien, des conflits naissent entre les tétrarques. Le système cesse de fonctionner vers 313.

Le Portrait des quatre tétrarques est un symbole de la tétrarchie, plutôt que quatre portraits personnels. Ils sont sans caractéristiques individuelles, sauf deux qui portent la barbe, probablement les Augustes. Le groupe est divisé en paires, enlacés, unissant Auguste et César, suggérant unité et stabilité. Le choix même de la matière, le porphyre d'Égypte rappelle la statuaire égyptienne et les premiers Kouros. Le porphyre était rare et réservé à un usage impérial[1],[2].

Style[modifier | modifier le code]

On est loin du réalisme ou de l'idéalisme des périodes antérieures. Les personnages, massifs, se tiennent droit, leur tenue vestimentaire à motifs est stylisée. Les visages ont les mêmes traits, le regard est comme en transe. En les comparant aux reliefs de l'Arc de Constantin à Rome, Ernst Kitzinger trouve les « mêmes proportions trapues, les mêmes postures angulaires, une composition ordonnée en symétrie et répétition », « Le style se caractérise par une dureté pleine d'emphase, une lourdeur et une angularité - en bref, un rejet presque complet de la tradition classique. »[1].

Cette rupture dans le style et l'exécution artistique de l'antiquité tardive a été le sujet de nombreux débats. On évoque pour facteurs un arrêt de la transmission des compétences artistiques dû aux bouleversements politiques et économiques de la crise du troisième siècle, une influence venue d'Orient et des régions extérieures de l'Empire, l'émergence et la reconnaissance d'un style plus « populaire » ou « italique » qui dominait chez les populations moins riches pendant la prédominance du modèle grec, un tournant d'ordre idéologique contre les représentations classiques, et un choix délibéré de considérer le monde simplement et de traduire cela par un style simple[1], l'influence de l'évolution du christianisme étant exclue pour des raisons chronologiques. Cette évolution artistique préfigure le style médiéval.

Origine[modifier | modifier le code]

Les statues ont probablement décoré le porche Philadelphion à Constantinople. Elles ont été pillées par les Vénitiens lorsque de la Quatrième Croisade en 1204, et ramenées à Venise. Dans les années 1960, la partie du talon du pied manquant a été découverte par des archéologues à Istanbul près de la Mosquée Bodrum et se trouve au Musée archéologique d'Istanbul[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Ernst Kitzinger, Byzantine art in the making: main lines of stylistic development in Mediterranean art, 3rd-7th century, 1977, Faber & Faber.
  2. Tetrarchs, Il Museo di San Marco, 2013.
  3. Hugh Honour et Fleming, J., Histoire mondiale de l'art , 7e éd. Londres : Laurence King Publishing, 2009

Sur les autres projets Wikimedia :