Souéloum Diagho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

Souéloum Diagho
Defaut 2.svg
Informations générales
Nationalité
Activité

Souéloum Diagho est un poète touareg malien né à Tessalit dans l’Adrar des Ifoghas. Sa mère est Peul et son père Touareg.

Dans la tradition de Ghaylan ibn 'Uqbah, Diagho raconte le désert, espace grouillant de vie, palpitant comme le cœur de la planète. Parlant de la richesse du silence et de la force de son peuple, il livre ses pensées et son regard sur le monde occidental et ses peurs.

Il est l’auteur et l’éditeur d’un livre paru en 2001, intitulé Poésies touareg : Le Chant des saisons, qui est en fait la somme de 175 poèmes.

Extraits[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Ces citations ne correspondent pas aux exigences d’un article encyclopédique ; il semble qu’elles auraient davantage leur place sur Wikiquote. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Si ces citations disposent de références précises, vous êtes invités à les transférer vous-même sur Souéloum Diagho ou à les insérer dans le texte de cet article, ou si cet article entier doit être transféré, à demander un administrateur de Wikiquote de procéder au transfert.
Sinon, ces citations seront automatiquement supprimées.

Le désert

Le désert érode mon âme comme l’érosion des vents qui scient les plaines, au loin les oueds gémissent comme les chants des cigales qui chevauchent les soleils.

Mon âme est lasse et les absences la polissent comme un bijou entre les mains d’un artisan et le désert l’accompagne des rots qui éternisent ses frontières.

Ô maman j’ai soif, mais le désert me pourchasse comme l’ombre devant l’apparition du soleil.

Ô désert j’ai mal, un mal qui pince la pointe de mon âme je suis nostalgique et si ça continue, j’irai loin dans le néant qui anéantit ma vue.


Peuple de l’errance

Peuple né du vent et des nuages ayant comme monture les mirages.

L’errance n’est pas synonyme de bêtise mais de liberté de l’âme et du corps.

Vont-ils puiser dans les fonds du mirage ce que d’autres cherchent ou trouvent dans les écrits ?

Liens externes[modifier | modifier le code]