Sooronbay Jeenbekov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sooronbay Jeenbekov
Сооронбай Жээнбеков
Illustration.
Sooronbay Jeenbekov en 2020.
Fonctions
Président de la République kirghize

(2 ans, 10 mois et 21 jours)
Élection 15 octobre 2017
Premier ministre Sapar Isakov
Muhammetkaly Abulgazev
Koubatbek Boronov
Almazbek Baatyrbekov (intérim)
Sadyr Japarov
Prédécesseur Almazbek Atambaev
Successeur Sadyr Japarov[N 1]
Premier ministre du Kirghizistan

(1 an, 4 mois et 9 jours)
Président Almazbek Atambaev
Gouvernement Jeenbekov I et II
Prédécesseur Temir Sarïev
Successeur Muhammetkaly Abulgazev (intérim)
Sapar Isakov
Ministre de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et du Processus industriel

(7 mois et 27 jours)
Président Kourmanbek Bakiev
Premier ministre Almazbek Atambaev
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Biy Mirza, RSS du Kirghizistan (URSS)
Nationalité kirghize
Parti politique SDPK
Père Sharip Jeenbekov
Fratrie Asylbek Jeenbekov
Jusupbek Sharipov
Kantörö Toktomamatov
Religion Islam[1]

Sooronbay Jeenbekov Sooronbay Jeenbekov
Premiers ministres du Kirghizistan
Présidents de la République du Kirghizistan

Sooronbay Jeenbekov (kirghize : Сооронбай Жээнбеков), né le à Biy Mirza dans la RSS kirghize, est un homme d'État kirghize. Il est Premier ministre de 2016 à 2017 et président de la République de 2017 à 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Sooronbay Jeenbekov est né à Biy-Myrza, dans la région d'Och, le . Son père, Sharip, était un exploitant de ferme collectif alors que sa mère était femme au foyer. Jeenbekov est l'un des neuf enfants de sa famille, étant le troisième enfant le plus âgé. Il a étudié à l’Académie kirghize de l’agriculture, où il a obtenu un diplôme en génie zoologique. En 2003, il a poursuivi ses études et a obtenu son diplôme en comptabilité de l’Université nationale agraire du Kirghizistan[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Député[modifier | modifier le code]

Il est élu député en 1996[3]. Il le reste jusqu'en 2007.

Ministre de l'Agriculture[modifier | modifier le code]

En 2007, il devient ministre de l'Agriculture[3].

Gouverneur d'Osh[modifier | modifier le code]

En 2010, il devient gouverneur d'Och[3].

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Il est Premier ministre d' à . Il est alors un Premier ministre effacé d'Almazbek Atambaev. Il démissionne pour participer à l'élection présidentielle kirghize de 2017[4].

Élection présidentielle de 2017[modifier | modifier le code]

L'élection présidentielle kirghize de 2017 se déroule le au Kirghizistan. De par sa nature libre, dénuée de candidat connu à l'avance assuré de l'emporter, et de la possibilité réelle d'un recours à un second tour, cette présidentielle est considérée comme sans précédent parmi les ex-républiques soviétiques d'Asie centrale. Sooronbay Jeenbekov l'emporte au premier tour avec près de 54,75 % des suffrages.

Peu charismatique et inconnu avant son accession à la tête du gouvernement, Jeenbekov remporte le scrutin grâce au soutien de l'administration sortante et des médias[5].

Président de la République[modifier | modifier le code]

Le président Sooronbay Jeenbekov en 2018.

Il prête serment le .

Chute du gouvernement Isakov[modifier | modifier le code]

Le , le gouvernement du Premier ministre Sapar Isakov, au pouvoir depuis , est censuré par le Parlement. Ce renvoi complète une série de changements politiques remplaçant des alliés d'Atambaev par des politiciens loyaux à Jeenbekov[6]. Il s'agissait alors du premier vote de la sorte de l'histoire du pays[7]. Au total, son mandat dure environ huit mois[8]. Muhammetkaly Abulgazev succède rapidement à Isakov[7], lui qui avait servi comme premier vice-Premier ministre dans le gouvernement de Sooronbay Jeenbekov et donc considéré comme plus proche du nouveau président[9]. Isakov clame par la suite que son renvoie et subséquente arrestation sont politique et lui au renvoi de Raïymbek Matraimov lors du dernier jour du mandat d'Almazbek Atambaev[10].

Conflit avec Almazbek Atambaev[modifier | modifier le code]

Peu après son départ du pouvoir, Atambaev tente de continuer d'exercer le pouvoir dans l'ombre depuis sa résidence personnelle. Il critique ainsi de plus en plus violemment son successeur, dont il devient le rival[11]. Atambaev voit en son immunité levée pour des accusations de corruption.

Le , les forces spéciales arrêtent Atambaev[12],[13] après un second assaut[14]. Dénonçant des « accusations sans fondement », il promet de saisir la justice internationale[15]. Le , le chef du service national de sécurité affirme lors d'une conférence de presse qu'il préparait un coup d'État.

Manifestations de 2020 et démission[modifier | modifier le code]

Les résultats des élections législatives kirghizes d'octobre 2020, entachés d'irrégularités, voient la victoire de trois partis soutenant le président Sooronbay Jeenbekov, qui obtiennent 107 sièges sur 120, dans un contexte d'accusations de fraude électorale et d'achat massif de voix. Ces résultats débouchent sur des manifestations dans les principales villes du pays au cours desquelles les manifestants prennent le Parlement, les bâtiments de l'administration présidentielle et le siège du gouvernement[16], puis libèrent plusieurs opposants dont Almazbek Atambaev[17], l'ancien Premier ministre Sapar Isakov[18] ou encore Sadyr Japarov.

Les manifestants réclament la démission du chef de l'État et la tenue de nouvelles élections. Le , affirmant que la situation est « sous contrôle », Jeenbekov dernier annonce avoir demandé à la commission électorale d'examiner les plaintes pour irrégularités, voire d'annuler le scrutin, ce qu'elle fait le jour même[19].

Dans la soirée, le Premier ministre sortant Koubatbek Boronov démissionne[20]. Sadyr Japarov est ensuite élu formellement Premier ministre par intérim par le Parlement[21]. Sa nomination est cependant contestée par le Conseil de coordination, proche d'Atambaev[22].

Le , alors que le président demeure introuvable[23], une partie des députés lancent une procédure de destitution[24]. Après avoir exclu de démissionner[25], il en accepte le principe à condition qu'un nouveau gouvernement soit approuvé[26]. Le , après l'approbation du gouvernement de Sadyr Japarov, il annonce qu'il ne quittera son poste qu'après la tenue des nouvelles élections législatives[27]. Sous la pression du Premier ministre, il démissionne finalement le lendemain[28],[29]. Dans la soirée du , arguant que le président du Parlement a décliné le poste, Japarov annonce assurer l'intérim à la tête de l'État[30].

Après la présidence[modifier | modifier le code]

Au lendemain de sa démission, il se rend au Parlement en compagnie de son successeur par intérim pour proposer des législatives en décembre[31].

Le , il assiste à l'investiture de son successeur Sadyr Japarov[32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par intérim du 15 octobre au puis président en titre à partir du .

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) Darya PODOLSKAYA, « Spokeswoman for ex-president tells why Jeenbekov left Kyrgyzstan », sur 24.kg, www.24.kg, (consulté le ).
  2. (en) « Profile: Kyrgyz President-elect Sooronbai Sharipovich Jeenbekov - China.org.cn », sur www.china.org.cn, (consulté le ).
  3. a b et c « xinhuanet.com », sur www.xinhuanet.com (consulté le ).
  4. « Kirghizstan : le Premier ministre démissionne en vue de la présidentielle », sur www.lorientlejour.com, (consulté le ).
  5. La-Croix.com, « Sooronbaï Jeenbekov, le président apparatchik », sur La Croix, lacroix.journal, (consulté le ).
  6. (en) « Kyrgyzstan cabinet falls in surprise no-confidence vote », sur Reuters, (consulté le ).
  7. a et b (en) « Kyrgyzstan gets new PM after ouster of Isakov government », sur Xinhua, (consulté le ).
  8. (en) « Kyrgyz former PM hospitalized », sur Trend News Agency, (consulté le ).
  9. (en) Frédérick Maranda-Bouchard, « Central Asia in Transition: Early Fight for the Jeenbekovs », sur Canadian Centre for Strategic Studies, (consulté le ).
  10. (en) « Power specialists’ case. Sapar Isakov about revenge for dismissal of Matraimov », sur 24.kg, (consulté le ).
  11. « Bataille de présidents au Kirghizistan », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  12. « Kirghizistan : les forces spéciales attaquent la résidence de l’ancien président », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  13. « L'ex-président kirghiz arrêté lors d'un raid près de Bichkek », sur France 24, (consulté le ).
  14. « L’ex-président du Kirghizistan arrêté après un nouvel assaut des forces spéciales », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  15. « L'ex-président kirghiz Atambaïev placé en détention avant son procès », sur L'Obs, (consulté le ).
  16. « Kirghizistan: des manifestants envahissent le siège du gouvernement (média) », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  17. (en) « Ex-Kyrgyz president Atambayev released from detention center », sur TASS (consulté le ).
  18. (en) « Opposition in Kyrgyzstan claims power after storming government buildings », sur Gulf-Times, gulftimes, (consulté le ).
  19. « Kirghizistan : les résultats des législatives annulés après des affrontements », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  20. (en) Reuters Staff, « Kyrgyz PM Boronov resigns, new speaker named: report », sur U.S., Reuters, (consulté le ).
  21. (ro) « Sadyr Japarov nominated for Prime Minister », sur akipress.com (consulté le ).
  22. « Kirghizstan: la crise politique se poursuit, le président sous pression », sur LExpress.fr, lexpress, (consulté le ).
  23. (en) « Kyrgyz leader missing as power vacuum persists », sur France 24, FRANCE24.English, (consulté le ).
  24. Andrew Osborn, Olga Dzyubenko, « Russia says Kyrgyzstan is in chaos and needs stabilising », sur FR, Reuters, (consulté le ).
  25. « Asie centrale – Le président kirghize prêt à démissionner », sur Tribune de Genève (consulté le ).
  26. « Kirghizistan: le président se déclare «prêt à démissionner» », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  27. (en) « President Jeenbekov to resign after parliamentary elections - press secretary », sur akipress.com (consulté le ).
  28. (ru) Darya PODOLSKAYA, « President of Kyrgyzstan resigns », sur 24.kg, www.24.kg, (consulté le ).
  29. « Le président du Kirghizistan démissionne, dans un contexte chaotique », sur rts.ch,
  30. « Le Premier ministre du Kirghizistan revendique avoir pris les fonctions présidentielles », sur Libération.fr, Libération (consulté le ).
  31. « Kirghizistan : vers des législatives en décembre ? », sur Libération.fr, Libération (consulté le ).
  32. (en) « Once-jailed populist Japarov sworn in as Kyrgyz president », sur France 24, FRANCE24.English, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]