Sonia Ristić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sonia Ristić
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
BelgradeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Sonia Ristić, née le à Belgrade, est une autrice dramatique et romancière serbo-croate écrivant en français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1972 à Belgrade, elle a grandi entre l'ex-Yougoslavie et l'Afrique et vit à Paris depuis 1991. Après des études de lettres et de théâtre, elle a travaillé comme comédienne, metteuse en scène, mais aussi avec des ONG (France Libertés, FIDH, CCFD) sur les actions autour des guerres en ex-Yougoslavie et des questions de Droits de l’Homme. Dans les années 2000, elle a fait partie du collectif du Théâtre de Verre et a créé sa compagnie, Seulement pour les fous. Elle encadre régulièrement des ateliers d’écriture et de jeu en France et à l’étranger. La plupart de ses textes ont été publiés ou mis sur les ondes. Elle a bénéficié de nombreuses bourses et a reçu plusieurs prix pour ses textes.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix Hors Concours en 2018 pour le roman, Des fleurs dans le vent (Intervalles).
  • Prix Godot des lycéens en 2015 pour Johnny-Misère.
  • Journées de Lyon des auteurs de théâtre en 2010 pour L'Enfance dans un seau percé (Lansman)
  • Prix des lycéens allemands en 2010 pour Orages (Actes Sud Junior).

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Elle est la marraine de la librairie "Au saut du livre" à Joigny (Yonne)[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

  • Sniper Avenue / Quatorze minutes de danse / Le Temps qu'il fera demain, Espace d'un instant, 2007
  • La Représentation de Hamlet au village de Mrdusa-d'en-bas d'Ivo Bresan, traduction et adaptation, Espace d'un instant, 2009
  • Le Phare, Lansman (coll. Le Tarmac), 2009
  • L'Enfance dans un seau percé, Lansman, 2011
  • Lettres de Beyrouth, chroniques, Lansman (avec Le Tarmac), 2012
  • Migrants, Lansman (coll. Le Tarmac), 2013
  • L'Histoire de la princesse, éd. La Fontaine, 2014
  • L'Amour c'est comme les pommes, théâtre jeune public, Koïnè, 2015
  • Holiday Inn - Nuits d'accalmie, Lansman, 2016
  • Le Goût salé des pêches, Lansman, 2016
  • Yalla !, Lansman, 2017
  • Pourvu qu'il pleuve, Lansman, 2018

Romans[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Au Saut du Livre - Librairie à Joigny », sur www.facebook.com (consulté le 26 mars 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Christina Oikonomopoulou, « Représentations théâtrales du repas en état de siège chez des écrivaines francophones du monde: Fatima Gallaire, Carole Fréchette et Sonia Ristic » in Florence Fix (dir.), Manger et être mangé. L’alimentation et ses récits, Paris : Orizons, 2016, pp. 325-342.
  • Christina Oikonomopoulou, « Représentations théâtrales contemporaines de la migration chez des dramaturges balkaniques francographes : Sonia Ristic, Sedef Ecer, Matéi Visniec », Actes du XVe Colloque International organisé par l’Université Aristotélicienne de Thessalonique Passages, Transitions et Traversées : aspects d’une littérature en mouvement, 2018, pp. 93-105.
  • Christina Oikonomopoulou, « Les dimensions de l’identité féminine, de l’histoire et du pouvoir mnésique dans le théâtre francophone européen du XXIe siècle : le cas de la dramaturgie de Sonia Ristic », Actes du Colloque Identité et mémoire culturelles en Europe aux XXe-XXIe siècles, sous la direction de Alina Crihanã et Simona Antofi, Université « Dunărea de Jos » de Galati – Roumanie, Faculté des Lettres, Département de Littérature, Linguistique et Journalisme, Revue Communication Interculturelle et Littérature, n° 21/2014, pp. 106-118.
  • Christina Oikonomopoulou, « La dramaturgie francophone balkanique contemporaine, la guerre en ex-Yougoslavie et le témoignage documentaire : le cas de Matéi Visniec et de Sonia Ristic », Revue d’Études africaines, Université Cheikh, Anta Diop de Dakar n° 1, 2014, pp. 109-132.