Somba (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Somba.
Somba du Bénin

Les Somba forment un ensemble de peuples établis dans la chaîne de l'Atacora, au nord-ouest du Bénin et au Togo. Ils comprennent plusieurs sous-groupes, dont les Bètiabè, les Batammariba et les Bèsorbè (Bénin), ainsi que les Tamberma (Togo).

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources et le contexte, on observe de multiples variantes : Batammaliba, Batammariba, Batammaribe, Bètammaribè, Ditammari, Sombas, Tamba, Tamberma, Tammaliba, Tammari[1], – la dénomination d'un sous-groupe étant parfois considérée comme un synonyme de l'ensemble[2].

Tata somba dans le nord du Bénin

« Somba » est à l'origine une appellation péjorative donnée de l'extérieur, reprise par l'administration coloniale[3]. Elle est aujourd'hui largement utilisée par les professionnels du tourisme qui valorisent le « tata somba »[4].

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'expression Somba désigne un peuple qui regroupe un ensemble de communautés, Waaba, Berba, Otammari, Natemba, Yendé, vivant essentiellement dans le nord-ouest du Bénin. Bèsoribè, Bètaabè, Bètchaabè… sont des clans des Bètammaribè (Natitingou) ou Batammaaba (Boukoumbé). Les Bètammaribè (pluriel de Otammari) constituent une communauté qu'on retrouve aussi au Togo (nord-est) sous l'appellation Tamberma. Ces différentes communautés du groupe gur sont toutes Sombas et ont leurs spécificités culturelles. Par exemple, les Waaba pratiquent l'excision et la circoncision des adultes alors que les autres ne le font pas ; les Bèsoribè, un clan des Bètammaribè, pratiquent la circoncision des adultes. Autre exemple, les Bètammaribè construisent le tata appelé en ditammari, langue des Bètammaribè Tètammètchiintè, la maison de Otammari et cultivent le fonio (surtout à Boukoumbé).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source RAMEAU, BnF [1]
  2. Guy-Hermann Padenou, « Bétammaribé, Somba et Tamberma, une nécessaire clarification », in Architecture, société et paysage Bétammaribé au Togo : contribution à l'anthropologie de l'habitat, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2006, p. 77-78 (ISBN 978-2-85816-872-9) (texte remanié d'une thèse de Géographie-Aménagement)
  3. Jean-Pierre Chrétien, compte-rendu de l'ouvrage de Paul Mercier, in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1969, vol. 24, no 3, p. 640 [2]
  4. Valorisation des habitations Tata Somba

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James Stuart Olson, « Somba », in The Peoples of Africa: An Ethnohistorical Dictionary, Greenwood Publishing Group, 1996, p. 530 (ISBN 9780313279188)
  • Aude Lanfranchi, « Les tata somba, sens et évolution de l'architecture otammari », in Hélène Joubert et Christophe Vital, Dieux, rois et peuples du Bénin : arts anciens du littoral aux savanes, Paris, 2008, p. 112-117
  • Paul Mercier « L'habitation (à étages) dans l'Atakora », ORSTOM, Cotonou, 1954, 33 p.
  • Paul Mercier, Tradition, changement, histoire : les 'Somba' du Dahomey septentrional, Ed. Anthropos, Paris, 1968, 538 p. (thèse de Lettres)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Bénin : musique Bariba et Somba (Simha Arom, collecteur), Auvidis, Unesco, Paris, 1994, 43 min (CD + brochure)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]