Société anversoise de commerce au Congo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Société anversoise)
Aller à : navigation, rechercher
Carte des concessions de l’État indépendant du Congo, la concession de l’Anversoise est indiqué en vert foncé.

La société anversoise du commerce au Congo, aussi appelée l’Anversoise, était une entreprise belge basée à Anvers, dont le roi Léopold II était actionnaire majoritaire[1], qui possédait des concessions dans État indépendant du Congo. Sur ces concessions, accordées en 1892 par le souverain Léopold II[2], la compagnie avait le droit d'exploiter le caoutchouc et l'ivoire dans le bassin de la Mongala.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’Anversoise est créée en 1892 avec un capital de 1 700 000 francs[3]. Son siège était 104 rempart des Béguines, à Anvers. D'après ED Morel, le roi Léopold II, à travers l'État Indépendant du Congo, possédait 1700 actions ; Alexandre de Browne de Tiege, son président, nommé par le roi lui-même, 1100 ; Bunge & Cie, 100 ; E.P Grisar, 130 ; et Deyman-Druart, 100[4]. Ses administrateurs étaient le baron A. Goffinet, Ed. Bunge & Cie et de Browne de Tiege.

La société obtient une concession de 7 millions d’hectares du bassin de la Mongala et de la région de Bumba[5]. Le directeur de « l’Anversoise » en Afrique avait carte blanche et disposait de droits de police. Il pouvait compter sur un poste de police comptant 150 militaires, à Bumba qui était entre temps devenu domaine de la société. Le commissaire du district des Bangala et le commandant de la Force Publique aidaient indirectement à « stimuler » la récolte du caoutchouc[6]. La production forcée de caoutchouc provoqua la rébellion de Budzas entre 1898 et 1905. En 1912, l’Anversoise fusionna avec l’ABIR, active au sud du fleuve Congo, pour devenir la Compagnie du Congo belge[5].

L'affaire Charles Caudron[modifier | modifier le code]

Entre novembre 1900 et avril 1901, une expédition conduite par JL Braeckman, commandant des troupes de la Mongala, assisté par les agents de l'Anversoise Loumaye et Caudron, respectivement chef de la zone de la Melo et chef de poste à Libanza, est menée sur le Melo supérieure pour venger le meurtre d'un capita-surveillant du caoutchouc. L'expédition provoque le massacre de 300 Ngbaka des environs de Bobadi. En mars 1903, alors que les suites du massacre continuent de déstabiliser la zone et notamment la production du caoutchouc qui s'en trouve diminuée, et que Caudron poursuit ses exactions contre la population locale, le nouveau commandant de la Force Publique, Vandersleyen, demande des poursuites contre ce dernier, au titre qu'il n'est pas un fonctionnaire de l'État[7]. Le gouverneur général autorise les poursuites. Durant le procès, qui s'ouvre à Boma en 1904, le citoyen britannique Herzekiah Andrew Shanu[8], un homme d'affaires installé au Congo, se passionne pour le procès[9] et envoie l'essentiel de ses pièces à Edmund Dene Morel qui les publie dans son mensuel West African Mail[10].

D'après Conan Doyle, dans son livre à charge contre l'État Indépendant du Congo,"l'affaire Caudron fut remarquable en ceci qu'elle établit judiciairement des faits qui avaient été amplement démontrés : la complicité entre l'EÉat et les criminels." [11] En effet, Gustave Deneuter, ancien substitut de l'EIC qui défendait Caudron, affirmait dans ses conclusions au procès : "Caudron, aujourd'hui accusé de faits de guerre, appelés dans l'assignation "assassinats", n'est pas plus coupable de ces faits que de toutes les autres expéditions, faites par l'État de sa propre initiative ou à la demande de la Société Commerciale Anversoise, et auxquelles le prévenu à prêté son concours, toujours à la demande des autorités de l'État.(…) Toutes ces expéditions se faisaient au grand jour… Les représentants de l'autorité adressaient des rapports sur ces expéditions, en disant les causes, les combats, les résultats, etc. Jamais aucun de ces fonctionnaires n'a été désapprouvé, désavoué, déplacé ou livré à la justice. Ils couvraient de leur responsabilité les actes de leurs subalternes, exécuteurs de leurs ordres."[12]

Caudron fut condamné le 12 janvier 1904 à 20 ans de prison, peine commuée à 15 ans en instance d'appel le 15 mars 1904. Il fut finalement libéré début septembre 1907, après trois ans et demi de prison dans des circonstances clémentes[13].

L'affaire Cyrus Smith[modifier | modifier le code]

En mars 1901, le Consul britannique de l'État Indépendant du Congo Roger Casement fait connaissance, à la prison de Boma, d'un homme de Lagos, Cyrus Smith, condamné en compagne de deux Belges, le 24 octobre 1900, en première instance, à 12 ans de servitude pénale pour avoir, dans le cadre de sa participation aux affaires de la Société Commerciale Anversoise "détenu, par ordre, des femmes otages sans leur donner à manger[14], causant la mort de dizaines d'entre elles". Cette peine fut réduite à un an en instance d'appel le 13 février 1901[15]. Le Consul Casement demande au gouverneur-général de l'EIC le texte de son jugement en instance — pourtant tenu pour document secret comme tous les textes de jugement de cette époque. L'énonciation des circonstances atténuantes à la cour d'appel de Boma apporte, en creux, la preuve de la responsabilité de l'administration du gouvernement de l'EIC dans les exactions et les meurtres commis sur son territoire :

"Attendu qu'il est juste de tenir compte, pour l'application de la peine, qu'il est prouvé notamment par la correspondance versée au dossier que des chefs de la société concessionnaire ont, sinon par des ordres formels, tout au moins par leurs exemples et leur tolérance, amené leurs agents à ne tenir aucun compte des droits, de la propriété, de la vie des indigènes, à user des armes et des soldats qui auraient dû servir à leur défense et au maintien de l'ordre, pour forcer les indigènes à leur fournir leurs produits et à travailler pour la société, ainsi que pour pourchasser comme des rebelles hors-la-loi ceux qui tentaient de se soustraire aux prestations qu'on leur imposait ; qu'il est également prouvé que bien souvent des faits semblables à ceux qui sont reprochés aux prévenus, avaient été posés dans la région et portés à la connaissance de la société, sans que celle-ci les ait dénoncés à l'autorité ; que surtout le fait d'arrêter des femmes et de les détenir pour obliger les villages à fournir des produits et des travailleurs étaient toléré et admis même par certaines autorités administratives de la région…"[16].

L'envoie de ce document secret au Foreign Office le 28 juin 1901 par Roger Casement est souligné d'un long commentaire, dont la conclusion précipitera plus tard la chute de l'EIC : "Le Souverain tenait la Société Anversoise dans le creux de sa main… et c'est impossible qu'il soit ignorant des méthodes employées par elle. Léopold II me dit lui-même à Bruxelles qu'il était "le maître du Congo"[17].

L'Anversoise et l'argent[modifier | modifier le code]

L’accord qui la liait à l’État indépendant du Congo l’obligeait à verser à celui-ci la moitié de ses profits[18]. Les trois premières années de son activité, l'Anversoise fit un bénéfice six à sept fois supérieur à son capital <Mpwate Ndaume, La coopération entre le Congo et les pays capitalistes, édition L'Harmattan, page 44>.

D'après les recherches de l'historien Guy de Boeck, son troisième directeur Hubert Lothaire[19] (1897-1900) recevait — en plus de son salaire annuel d'environ 80 000 — un intéressement de près de 600 par tonne de caoutchouc et de près de 3 000 par tonne d'ivoire.

Par la circulaire du 29 octobre 1891, tous les agents européens de la société touchaient également un bonus indexé sur le volume des exportations. Les instructions du 31 décembre 1892 précisent les tarifs. Un régime dit « des points » fut inauguré en 1895, pour être remplacé en 1896 par des allocations de retraite « aux agents qui se sont le plus distingués »[20]. Charles Caudron, par exemple, touchait 3 % de commission sur tout le caoutchouc produit[21].

L'Anversoise aurait ainsi exporté[6]

  • 1895 : 33 583 kg de caoutchouc ; 15 852 kg d'ivoire.
  • 1896 : 50 324 kg de caoutchouc; 9 242 kg d'ivoire.
  • 1897 : 278 793 kg de caoutchouc; 13 167 kg d'ivoire.
  • 1898: 508 134 kg de caoutchouc; 11 387 kg d'ivoire.
  • 1899: 439 103 kg de caoutchouc; 18 707 kg d'ivoire.
  • 1900 : 406 587 kg de caoutchouc; 19 514 kg d'ivoire.
Constant Goffinet, administrateur de l'Anversoise

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. .Guy De Boeck, L’édifiante saga de « l’Anversoise » ou le « système léopoldien », 2005
  2. : Ce qui revenait à dire que "(…)le Roi, en tant que souverain de l’EIC, accordait un monopole commercial à la compagnie dont l’un des principaux actionnaires était... le Roi".Guy De Boeck, L’édifiante saga de « l’Anversoise » ou le « système léopoldien », 2005
  3. Georges Mpwate-Ndaume, La coopération entre le Congo et les pays capitalistes, édition l'Harmattan
  4. E.D Morel, Affairs of West Africa, ed Frank Cass, 1968, page 332
  5. a et b Revue des questions scientifiques, volumes 127 à 128, p.282
  6. a et b Guy De Boeck, L’édifiante saga de « l’Anversoise » ou le « système léopoldien », 2005
  7. Jules Marchal,E.D Morel contre Léopold II, vol 1, page 227 et suivantes.
  8. Ruiné et acculé par les agents de l'EIC, il se suicide en juillet 1905 [1]
  9. Ce fait est formellement contesté par Fernand Waleffe, procureur d'État honoraire de l'EIC, présent pendant le procès, qui écrit : "SI Shanu était venu assister régulièrement aux audiences, où je siégeais toujours, je l'aurais très bien vu.", cité par André Bernard Ergo, Congo Belge, la colonie assassinée, page 51.
  10. Lire également le portrait et la fin tragique de Shanu dans le livre de Jules Marchal, ED Morel contre Léopold II, vol 1, page 331-332
  11. Conan Doyle, Le Crime du Congo Belge, édition Les Nuits Rouges, page 93.
  12. Archives Africaines, Ministère des Affaires étrangères, 348, liasse N, affaire Caudron-Jones
  13. La Tribune congolaise du 25 septembre 1907.
  14. Ces faits sont racontés en détail par Fernand Waleffe, procureur d'État Honoraire de l'EIC, dans Congo Belge la colonie assassinée de André-Bernard Ergo, ed L'Harmattan, page 36 et suivantes
  15. Jules Marchal, E.D Morel contre Léopold II, vol 1, page 188.
  16. Public Record Office, Kew-London, Foreign Office 403/305
  17. Cité par Jules Marchal, "Edmund Dene Morel contre Léopold II", volume 1, page 189
  18. Ngimbi, p. 67
  19. "Lothaire, son nom revient plusieurs fois dans les annales du cours violent et tyrannique qui est la marque de l'histoire de ce pays": Arthur Conan Doyle, Le Crime du Congo belge, éditions Les Nuits rouges, page 53.
  20. A.J Wauters, Histoire politique du Congo Belge, édition Pierre Van Fleteren, page 243, 244, 1911
  21. Conan Doyle, Le Crime du Congo Belge, édition Les Nuits Rouges, page 94.

Bibliographie[modifier | modifier le code]