Sigus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sigus
Noms
Nom arabe سيقوس
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Aurès
Wilaya Oum El Bouaghi
Daïra Sigus
Code postal 04335
Code ONS 0406
Démographie
Population 17 598 hab. (2008[1])
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 07′ 00″ Nord 6° 47′ 00″ Est / 36.116667, 6.783333
Superficie 207 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya d'Oum El Bouaghi.
Localisation de la commune dans la wilaya d'Oum El Bouaghi.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Sigus

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Sigus

Sigus est une commune de la Wilaya d'Oum El Bouaghi en Algérie, dont l'origine remonte à l'époque romaine[2].

La tribu des Ouled Seguen vit près de cette ville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Nécropole mégalithique

Sigus dispose également d’une vaste nécropole mégalithique qui remonte à l’ère protohistorique, phase intermédiaire entre la préhistoire et l’histoire, marquée par l’avènement des toutes premières manifestations architecturales, donc du passage de l’état nomade à la sédentarisation.

Elle s’étend de la plaine de Fesguia au sud-ouest à Redjie, Safia au Sud-Est du village.

Ce site, contient des sépultures très rares (Dolmens, Menhirs, Cromlechs). Le dolmen aux trois menhirs est unique au monde. Ces vestiges de monuments antérieurs à l’occupation romaine et dénommés tantôt celtiques, tantôt mégalithiques par les explorateurs, sont au nombre de 1200.

Il s’agit donc d’une population de près de 5000 individus. Aujourd’hui, il reste, selon des spécialistes qui évoquent un véritable massacre, à peu près, 50 ou 60 monuments éligibles à la réhabilitation.

Castellum Repulica

Selon les écrits de Stéphane Gsell, une notoriété de la société archéologique de Constantine sous la colonisation, qui fait référence à un évêque cité dans l’Atlas archéologique de l’Algérie (AAA), Sigus est «Castellum Repulica», un municipe romain sous le Bas- Empire (235-476), qui contiendrait, entre autres, une assemblée et une basilique datant de la civilisation romaine.

Sigus est également repérable sur la carte illustrant le réseau routier de l’Afrique romaine au musée de Cirta à Constantine, en tant que point de liaison entre l’antique Cirta et les différentes cités romaines de l’Est, à savoir, Gadiovfala, Tigisi , Tenebreste et Theveste (Tébessa) sur l’itinéraire d’Antonin en passant par Macomades et Marcemeni et Bagaï en allant vers Mascula .

Par ailleurs, il convient de noter qu’à Sila, à 8 km au Sud-Ouest de Sigus, se trouvent des vestiges de la cité romaine de Sila, un fort byzantin et 4 basiliques chrétiennes. L’une d’elle est située à 1000 m à l’Ouest du fort et possède trois nefs. La nef centrale est prolongée à l’est par une abside de forme arrondie, au sud par une sacristie et au nord par un baptistère. L’édifice mesure au total 21,30 m de longueur et 14,30 m de largeur (St. Gsell : AAA.F17.n°333).

Présence française[modifier | modifier le code]

1830 - 1962 ALGERIE

Village de la commune-mixte Aïn-M'Lila : (centre créé en 1874 sur le Département et l'Arrondissement de Constantine) , créé en 1878 - ancien bordj de commandement ben Zebri.

Notes et références[modifier | modifier le code]