Sex-ratio opérationnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le sex-ratio opérationnel (ou OSR pour Operating Sex-ratio en anglais) est une mesure chez les espèces sexuées du sex-ratio, c'est-à-dire le taux comparé de mâles et femelles, prenant en compte la fertilité des individus et la disponibilité de ceux-ci pour la reproduction. Il est défini comme le quotient du nombre de femelles fécondables sur le nombre de mâles sexuellement actifs à un moment donné[1].

Facteurs affectant le sex-ratio opérationnel[modifier | modifier le code]

Le taux potentiel de reproduction[modifier | modifier le code]

Le sex-ratio adulte[modifier | modifier le code]

La répartition des sexes dans l'espace et le temps[modifier | modifier le code]

Le Sex-ratio opérationnel peut dépendre de la localisation : par exemple, chez la libellule émeraude, les mâles croisent longtemps sur le lieu de rendez-vous, jusqu'à trouver une partenaire, tandis que les femelles n'y séjournent qu'un minimum de temps. On aboutit ainsi localement à des OSR élevés, pouvant dépasser 90 %, pour une population globalement équilibrée.

Expression formelle[modifier | modifier le code]

Sutherland[2] exprime de manière formelle le sexe-ratio opérationnel (SRO) par la formule suivante:

est le sexe ratio des adultes fertiles, et le temps consacré à la reproduction respectivement chez les mâles et les femelles, et le nombre d'évènements de reproduction effectués respectivement par les mâles et les femelles pendant la période de reproduction et et le temps nécessaire à chaque évènement de reproduction respectivement pour le mâle et la femelle. Ces paramètres dépendent de nombreux facteurs différents, explicités en partie par Clutton-Brock et Parker en 1992[3].

Influence du sex-ratio opérationnel sur les rôles sexuels[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stephen T. Emlen et Lewis W. Oring, « Ecology, sexual selection, and the evolution of mating systems », Science, vol. 197, no 4300,‎ , p. 215-233 (DOI 10.1126/science.327542)
  2. (en) J.W. Sutherland, Sexual selection: testing the alternatives, Chichester, J.W. Bradbury, M.B. Andersson, (ISBN 978-0-471-91624-6, OCLC 16405775, LCCN 87010616), « Random and deterministic components of variance in mating success », p. 209-219
  3. (en) Tim H. Clutton-Brock et G.A. Parker, « Potential reproductive rates and the operation of sexual selection », Quarterly review of biology, vol. 67, no 4,‎ , p. 437-456 (ISSN 0033-5770)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]