Santa Marija Tal-Virtù

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Santa Marija Tal-Virtù
Image illustrative de l’article Santa Marija Tal-Virtù
La chapelle Santa Marija Tal-Virtù
Présentation
Culte Catholicisme, Satanisme
Type Chapelle privée
Rattachement Archidiocèse de Malte
Début de la construction 1438
Fin des travaux 1731
Géographie
Pays Drapeau de Malte Malte
Ville Rabat
Coordonnées 35° 52′ 26″ nord, 14° 24′ 23″ est
Géolocalisation sur la carte : Malte
(Voir situation sur carte : Malte)
Santa Marija Tal-Virtù

Santa Marija Tal-Virtù est une chapelle catholique construite sur un site antique. Elle est restée à l'abandon pendant plusieurs années, ce qui a facilité son utilisation pour des rites satanistes clandestins. Le bâtiment est érigé à 192 m d'altitude sur une zône particulièrement sensible aux séismes[1].

Site antique[modifier | modifier le code]

Plusieurs tombes antiques ont été retrouvées à proximité du site, datant de l'époque romaine voire du Chalcolithique. Une crypte sous la chapelle formait une antichambre pour accéder à des catacombes paléochrétiennes[1]. La crypte a ensuite été utilisée comme lieu de culte troglodytique à l'époque médiévale[2], comme cela se pratiquait aussi en Sicile[1].

Bâtiment actuel[modifier | modifier le code]

La première église sur ce site a été construit en 1438[1], mais elle subit d'importants dégâts lors du séisme du 11 janvier 1693. La structure en forme de dôme actuelle date de la reconstruction entre 1717 et 1731[1]. Le , un nouveau séisme provoque plusieurs fissures dans le toit en forme de dôme[1], ce qui entraine la fermeture de la chapelle au public[2]. Des travaux de restauration sont menés jusqu'en 1935 puis abandonnés[1].

Ruine et culte satanique[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, la chapelle est racheté par un entrepreneur allemand, mais le propriétaire vient rarement sur place et le site est laissé à l'abandon. L'isolement du lieu et l'absence de propriétaire facilitent l'utilisation de la chapelle pour des rassemblements satanistes clandestins[3]. Des symboles sont creusés dans le sol puis recouverts de goudron fondu, des crucifix inversés sont gravés sur les murs, l'autel est peint en noir[4],[3].

Restauration[modifier | modifier le code]

Après la mort du dernier propriétaire, la chapelle est rachetée par un entrepreneur maltais en 2006 qui restaure le bâtiment et le site. En 2009, une messe est célébrée dans la chapelle pour la première fois depuis 70 ans[3]. La chapelle, sur une propriété privée, n'est pas ouverte au public.

Légendes[modifier | modifier le code]

Il n'est pas surprenant que cette chapelle isolée et à l'histoire mouvementée soit considérée comme hantée. Un prêtre à l'apparence cadavérique aurait été vu à plusieurs reprises célébrer la messe dans la chapelle vide. Le fantôme d'une jeune femme aurait également été aperçue, accompagnée de son ange gardien. Elle serait la sœur des artistes Melchiorre et Lorenzo Gafa[2].

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) « Snapshot of Malta », sur All About Malta (consulté le 5 juin 2015) : plusieurs photographies récente de la chapelle

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (en) Mario Buhagiar, « The Crypt and Church of S. Marija tal-Virtù at Rabat », Melita Historica : A Journal of Maltese History, vol. 7, no 4,‎ , p. 326-345 (lire en ligne[archive du ])
  2. a b et c (en) « Snapshot of Malta », sur All About Malta (consulté le 5 juin 2015)
  3. a b et c (en) Kurt Bugeja Coster, « Satanists' chapel gets a guardian angel », sur Times of Malta, (consulté le 5 juin 2015)
  4. (en) « Santa Marija Tal-Virtù Chapel », sur Atlas Obscura (consulté le 5 juin 2015)