Salles de théâtre d'Angers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plusieurs salles de théâtre sont présentes sur la ville d'Angers, en Maine-et-Loire. Parmi ces salles de spectacles, on trouve le Grand Théâtre et Le Quai, ainsi plusieurs autres sites comme le théâtre Chanzy, le théâtre du Champ de Bataille et le théâtre de la Comédie.

Historique[modifier | modifier le code]

Le théâtre est présent à Angers dès l'époque Gallo-romaine[1]. Au XIVe siècle, des divertissements théâtraux se déroulent à l'emplacement du marché aux bêtes, près des halles. Au XVe siècle, le roi René, s'intéresse aux arts et notamment au théâtre. Lorsqu'il est à Angers il assiste à des représentations, et participe à la création et à la réalisation[2]. Un premier théâtre voit le jour dans la seconde moitié du XVIIIe siècle en bas de la place des Halles, puis un second sur la place du Ralliement[3],[4].

Le conseil municipal subventionne une première troupe permanente au milieu du XIXe siècle[4].

Au début du XXIe siècle, on trouve sur la ville le Grand Théâtre et Le Quai[5], deux salles reconnues nationalement, ainsi que plusieurs autres salles de théâtre qui composent un maillage culturel inter-quartiers dans la capitale angevine. Elles participent au rayonnement culturel, grâce à leur programmation et aux partenariats avec les diverses institutions locales et régionales. Ainsi le théâtre Chanzy, le théâtre du Champ de Bataille et le théâtre de la Comédie, élaborent une stratégie culturelle originale à côté des grandes salles.

Le Grand Théâtre[modifier | modifier le code]

Un premier théâtre est construit sur la place du Ralliement en centre-ville d'Angers. Il est détruit par un incendie en [6]. Un nouvel édifice est construit à la fin du XIXe siècle pour le remplacer, le Grand Théâtre.

Cet établissement municipal reçoit les représentations d'Angers-Nantes Opéra[7], certains spectacles du Nouveau théâtre d'Angers, accueille des expositions[8], des rencontres d'écrivains[9], et participe à des manifestations comme la fête de la Science en 2014[10].

Le cirque-théâtre[modifier | modifier le code]

Après l'incendie du théâtre de la place du Ralliement en , un cirque-théâtre, aussi appelé Théâtre national, est construit place Molière. Inauguré en , ce bâtiment hybride dispose d'une scène ou d'une arène selon les besoins, et peut accueillir jusqu'à 2 000 spectateurs[11]. L'établissement est racheté par la ville en 1899[12].

Le cirque-théâtre devient la salle de spectacle populaire d'Angers. L'Association artistique d'Angers, qui devient ensuite la Société des concerts populaires, s'y produit en raison de ses qualités acoustiques[13],[6].

Le bâtiment est transformé en morgue après la Seconde Guerre mondiale, avant d'être démoli en [6].

Le théâtre Chanzy[modifier | modifier le code]

Le théâtre Chanzy se situe dans l'avenue Chanzy à Angers, à proximité de la place Lafayette. Il accueille des manifestations amateurs et professionnelles[5], et offre à chaque saison une programmation variée, des représentations diverses.

Le théâtre de La Comédie[modifier | modifier le code]

Le théâtre de La Comédie se situe en centre-ville d'Angers, dans la rue Cordelle. Depuis 1996, la compagnie Les Arthurs en est la troupe permanente. Ce petit théâtre de 90 places a une programmation tournée vers la comédie sous toutes ses formes[14].

Le théâtre du Champ de Bataille[modifier | modifier le code]

Le théâtre du Champ de Bataille se situe dans la rue du Champ de Bataille à Angers[5]. Ce petit théâtre de moins de 100 places présente des créations contemporaines et des auteurs d'aujourd'hui[15].

Description[modifier | modifier le code]

Le théâtre du Champ de Bataille est un lieu intimiste, qui cherche à rapprocher les œuvres des différents publics.

Un lieu de création : Le théâtre du Champ de Bataille est conventionné avec la Région Pays de la Loire depuis 2009 pour le soutien à la création contemporaine. Il coproduit ainsi deux spectacles par saison en accueillant les compagnies sur une longue période et en participant financièrement à la création des spectacles (apports en coproduction et préachats). Le théâtre est régulièrement mis à disposition des compagnies qui souhaitent répéter, améliorer ou créer un spectacle. La plupart sont ensuite programmées la saison suivante.

À la rencontre d'un public jeune : Le théâtre du Champ de Bataille a des actions en faveur des plus jeunes. Un spectacle jeune public est ainsi proposé chaque mois (environ six sur une saison) dont près de la moitié pour des enfants à partir de trois ans. Des spectacles pour le très jeune public (à partir de 1 an) sont également programmés.

Des actions de médiation : Le théâtre du Champ de Bataille met en place des projets de sensibilisation avec des élèves de la maternelle au lycée : répétitions publiques, visites du théâtre, rencontres avec les artistes avant et/ou après les représentations, mise en place d'ateliers courts. Des parcours de découverte sont mis en place autour des spectacles coproduits par le théâtre. Le théâtre développe aussi des actions de médiation avec d'autres partenaires ; charte culture et solidarité de la ville d'Angers, pass culture et sport de la Région Pays de la Loire, université, comités d'entreprises et associations locales.

Ateliers et stages : Chaque saison, un artiste différent prend en charge l'atelier théâtre. Une quinzaine d'amateurs participe aux séances d'octobre à juin. Le déroulement de l'atelier est orienté vers la création d'un spectacle qui est ensuite joué au théâtre du Champ de Bataille. Des stages sont proposés pour les amateurs tout au long de la saison. Ils sont menés par les artistes en résidence.

Expositions : Des artistes locaux exposent leurs travaux pendant deux à trois mois dans le hall du théâtre. Un vernissage est organisé[15].

Programmation[modifier | modifier le code]

L'attention est portée sur les compagnies émergentes et les projets artistiques novateurs. Ainsi, le théâtre du Champ de Bataille programme des spectacles récemment créés, peu ou pas encore joués.

Le théâtre du Champ de Bataille programme environ quinze spectacles de compagnies professionnelles par saison dont la plupart sont originaires de la région des Pays de la Loire. La programmation fait la part belle au théâtre et s'attache à faire découvrir des auteurs contemporains. Elle est également ouverte aux formes qui croisent différentes disciplines (théâtre et musique, danse, arts visuels, nouveau cirque…).

La fin de saison (mai-juin) est réservée aux spectacles amateurs. Durant cette période, le théâtre est mis à la disposition de compagnies amateurs. Celles-ci disposent du lieu pendant une semaine et peuvent jouer jusqu'à quatre fois[15],[16].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le théâtre se trouve 10 rue du Champ de Bataille à Angers[17].

Administration[modifier | modifier le code]

Le théâtre du Champ de Bataille est géré par l'association « Parole D.E.L.I.E.E. » (Dire, Écrire, Lire, Interpréter, Écouter, Éditer). Cette association a été créée en 1993 pour promouvoir la lecture et le spectacle vivant[15],[16].

Le théâtre Beaurepaire[modifier | modifier le code]

Le théâtre Beaurepaire est un ancien lieu culturel qui était situé à Angers sur la rive droite de la Maine, sur l'emplacement de l'ancienne usine Laboulais[18], et à celui de l'actuel espace Le Quai.

En , le nouveau théâtre d'Angers y installe son lieu de création[19]. Le lieu devient un espace d'expérimentation culturelle contemporaine[20].

La salle est démolie en 2004[18] et la première pierre d'un nouveau théâtre, Le Quai, est posée en novembre[21].

Le Quai[modifier | modifier le code]

Le Quai se situe à Angers en front de Maine, sur sa rive droite. Bâti au début du XXIe siècle, il comporte plusieurs espaces, dont une salle de théâtre et un forum[22]. Il remplace l'ancien théâtre Beaurepaire.

Cet espace culturel abrite l'administration de trois structures[23] que sont l'EPCC Théâtre Le Quai, responsable de la gestion du bâtiment, le Nouveau théâtre d'Angers (NTA), centre dramatique de la région des Pays de la Loire, et le Centre national de danse contemporaine d'Angers (CNDC), institution dédiée à la danse contemporaine basée à Angers.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ernest Mourin, Quelques mots sur l'emplacement du théâtre d'Angers, Angers, impr. de P. Lachèse, (OCLC 465382823)
  • Célestin Port, Prologue pour l'inauguration du théâtre d'Angers, 11 novembre 1871, Angers, Impr. de P. Lachèse, Belleuvre et Dolbeau, (OCLC 80912457)
  • Émile Queruau-Lamerie ((et Piere François Le Sénéchal, called Clairfons)), Notice sur le théâtre d'Angers : 1755-1825, Angers, Germain et G. Grassin, (OCLC 794885177)
  • Jules Breton, Le Théâtre à Angers : notations rétrospectives 1825-1900, Angers, Germain et Grassin, (OCLC 31802247)
  • Jacques Maillard, Le Théâtre à Angers, Paris, Revue d'histoire du théâtre,
  • Olivier Biguet, Dominique Letellier, Lise Logerot-Mérel et François Lasa (Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France - Commission régionale Pays de la Loire), Le théâtre d'Angers : Maine-et-Loire, Angers, Inventaire général SPADEM, coll. « Itinéraires du patrimoine », (ISBN 9782906344433, OCLC 39820614, notice BnF no FRBNF35738249)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Célestin Port (Édition révisée de 1965 par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, 1874-1878 (notice BnF no FRBNF33141105), p. 138.
  2. Célestin Port, « Documents sur l'histoire du théâtre à Angers et sur le véritable auteur du Mystère de la Passion », Bibliothèque de l'école des chartes, vol. 22, no 1,‎ , p. 69-80 (DOI 10.3406/bec.1861.445754, lire en ligne).
  3. EPCC LE Quai, « Histoire du théâtre à Angers en quelques dates », sur lequai-angers.eu (consulté le 24 novembre 2015).
  4. a et b Sylvain Bertoldi, « La vie théâtrale à Angers. Acte I, des origines à 1871 », Vivre à Angers,‎ (lire en ligne).
  5. a b et c Mairie d'Angers, Les équipements culturels, consulté le 25 octobre 2014.
  6. a b et c Mairie d'Angers, « 1866 - Cirque-théâtre », sur angers.fr (consulté le 10 décembre 2015).
  7. Mairie d'Angers, « Le Grand Théâtre », sur angers.fr (consulté le 24 octobre 2014).
  8. Le Courrier de l'Ouest, « Robert Combas, une exposition choc et d'exception au Grand Théâtre », sur courrierdelouest.fr, article du 26 avril 2014.
  9. Le Courrier de l'Ouest, « Plus de 500 personnes au Grand théâtre pour Jean d'Ormesson », sur courrierdelouest.fr, article du 4 octobre 2014.
  10. Association Terre des Sciences (Angers), « La science au Grand Théâtre d’Angers », sur terre-des-sciences.fr (consulté le 15 octobre 2014).
  11. « Il y a 150 ans naissait le Cirque-théâtre à Angers », sur Ouest-France, .
  12. Yannick Simon, L'association artistique d'Angers (1877-1893) : histoire d'une société de concerts populaires, suivie du répertoire des programmes des concerts, Paris, Société française de musicologie, (ISBN 2853570185, notice BnF no FRBNF40238029), p. 59.
  13. Guillaume Lekeu (publié par Luc Verdebout), Correspondance, Liège, Éditions Mardaga, (ISBN 2870095570, notice BnF no FRBNF36669657), p. 162.
  14. Les Arthurs, « Les Arthurs - Théâtre de la Comédie - Angers », sur lesarthurs-theatre.com (consulté le 24 novembre 2015).
  15. a b c et d Théâtre du Champ de Bataille, juillet 2007 et juin 2013.
  16. a et b Théâtre du Champ de Bataille - Association Parole D. E. L. I. E. E., « Le théâtre », sur champdebataille.net (consulté le 24 novembre 2015).
  17. Théâtre du Champ de Bataille - Association Parole D. E. L. I. E. E., « Infos pratiques », sur champdebataille.net (consulté le 24 novembre 2015).
  18. a et b Vincent Veschambre, « Le recyclage urbain, entre démolition et patrimonialisation : enjeux d’appropriation symbolique de l’espace », Norois, no 195,‎ , p. 97-109 (lire en ligne).
  19. Mairie d'Angers, « Almanach d'Angers — 1978-1988 », sur angers.fr, dernière modification du 24 mars 2006.
  20. Jean-Pierre Wolff, « Réseaux de villes et réseaux culturels dans l’Ouest », Norois, no 190,‎ , p. 79-92 (lire en ligne).
  21. Mairie d'Angers, « Almanach d'Angers — 2004-2007 », sur angers.fr, dernière modification du 1er avril 2008.
  22. Le Quai, « Présentation - Historique », sur lequai-angers.eu (consulté le 26 octobre 2014).
  23. Le Quai, « Présentation - Les structures », sur lequai-angers.eu (consulté le 23 novembre 2014).