Sakda Kaewbuadee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sakda Kaewbuadee en juin 2010
A gauche de Wallapa Mongkolprasert (la dame aux colliers), Sakda Kaewbuadee (l'homme en costume clair) ; à droite de la dame aux colliers, Apichatpong Weerasethakul (l'homme aux lunettes) et en dessous Krissakorn Thinthupthai (l'homme aux cheveux jaunes) reçus en juin 2010 par le premier ministre Aphisit Wetchachiwa (Chef du parti Démocrate) à la suite de l'obtention de la palme d'or à Cannes par "Oncle Boonmee"

Sakda Kaewbuadee (thaï : ศักดา แก้วบัวดี), né le à Kanchanaburi, est un acteur thaïlandais[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sakda Kaewbuadee, comme de nombreux thaïlandais, est d'abord novice pour obtenir des mérites pour sa famille et pour pouvoir poursuivre ses études.

En 1993, il quitte sa province à 15 ans pour aller à Bangkok. Il erre dans cette ville tentaculaire et y effectue une multitude de métiers à temps partiels pour survivre : Kentucky Fried Chicken, 7-Eleven etc.

En 1997, il s'engage pour un an dans l'armée ; puis il est ordonné bonze à Patumtani.

Il retourne ensuite à Bangkok et travaille dans une société de communication. C'est à cette époque, un jour de 2003, qu'un inconnu, « Jo » Apichatpong Weerasethakul, l'aborde dans la rue et lui propose de jouer l'un des deux rôles principaux, le rôle de Tong, le garçon de la campagne dans son prochain film (Tropical Malady 2004). Sakda se souvient : « J'ai éclaté de rire. Je trouvais ça absurde. Pour moi, mon visage était trop bizarre, trop irrégulier pour apparaître sur un écran. Mais avant de voir Blissfully Yours, je ne savais même pas qu'on pouvait faire des films comme ceux de Jo. »[2]

Dès lors, Sakda Kaewbuadee joue dans presque tous les longs métrages d'Apichatpong un rôle secondaire : bonze dans Syndromes and a Century (2006) ; Tong dans Oncle Boonmee (2010)[3] ; et Tong dans Cemetery of Splendour (2015).

Sakda Kaewbuadee est très attaché aux idéaux de démocratie et de respect du vote des citoyens, à la liberté de penser[4].

Depuis 2017 (et encore maintenant), il milite avec persévérance et énergie pour la défense des réfugiés urbains en Thailande[5].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sakda Kaewbuadee », sur premiere.fr, Première (Magazine de cinéma)
  2. Jean-Marc Lalanne, « Sur les traces de Tropical Malady », sur lesinrocks.com, Les Inrockuptibles,
  3. « Dossier de presse d'Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures (page 9 ; 13 pages) », sur medias.unifrance.org,
  4. (en) « Contreversy is the key to stardom for "unknown" actor », sur nationthailand.com, The Nation (Thailand),
  5. (en) Yvonne Bohwongprasert, « No mere act », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,
  6. Jacques Siclier, « Tropical Malady », sur lemonde.fr, Le Monde,
  7. « Syndromes and a Century », sur telerama.com, Télérama
  8. Michel Guilloux, « Boonmee ou la vie des morts », sur humanite.fr, L'Humanité,
  9. « La terre penche », sur bathysphere.fr (consulté le )
  10. « Cemetery of Splendour (voir tout le casting) », sur telerama.fr, Télérama

Liens externes[modifier | modifier le code]