Sébastien Barberis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barberis.

Sébastien Barberis
Image illustrative de l’article Sébastien Barberis
Biographie
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Naissance (47 ans)
Lieu Sion
Période pro. 1990-2005
Poste Milieu de terrain
Parcours senior1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1990-1992Drapeau : Suisse FC Lausanne-Sports
1990-1992 Drapeau : Suisse ES Malley
1992-1997Drapeau : Suisse Servette FC
1997-2005Drapeau : Suisse FC Bâle
2005-2007Drapeau : Suisse FC Bulle
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 21 janvier 2013

Sébastien Barberis, né le à Sion, est un footballeur suisse. Au cours de sa carrière, il a évolué au FC Lausanne-Sports, au Servette FC et au FC Bâle, avant de finir sa carrière au FC Bulle. Il est le fils de l’ancien international suisse Umberto Barberis.

Il est également consultant sportif pour la chaîne de télévision suisse RTS Deux.

Carrière[modifier | modifier le code]

Né le , Sébastien Barberis est né à Sion, alors que son père, Umberto Barberis, joue dans le club local. Sébastien Barberis commence sa carrière de footballeur en 1990, en Ligue nationale B, à l’ES Malley où il est prêté par le FC Lausanne-Sports[1]. L’année suivante, il est à nouveau prêté au club de la banlieue lausannoise[2],[3].

En 1992, il rejoint le Servette FC[4]. En 1994, il remporte son premier titre de champion de Suisse avec le club genevois. En 1996, il est finaliste de la Coupe de Suisse. En 1997, après une saison au cours de laquelle il joue peu, il quitte Genève pour le FC Bâle[5].

Avec le club bâlois, il remporte trois titres de champion de Suisse, en 2002, 2004 et2005, ainsi que deux coupes de Suisse en 2002 et 2003. Il participe également à la Ligue des champions de l'UEFA en 2002-2003, qui a vu son club s’arrêter à la deuxième phase de groupe[6]. À la fin de la saison 2004-2005, il met un terme à sa carrière professionnelle et rejoint le FC Bulle en première ligue (troisième division)[7].

Il met un terme définitif à sa carrière en 2007, et devient le directeur sportif du club bullois[8]. En 2010, à la suite de la relégation du club gruérien en quatrième division, il quitte son poste, en même temps que l’entraîneur Stéphane Henchoz.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ch. D., « Des arrivées à Malley », 24 heures,‎ , p. 42.
  2. Léon Beck, « L’ES Malley se met à l’heure hongroise : Pour un dynamisme offensif », 24 heures,‎ , p. 39.
  3. Serge Martinelli, « La métamorphose du « petit » », 24 heures,‎ , p. 37.
  4. Sherlock, « Egli et Hermann au LS? », 24 heures,‎ , p. 37.
  5. si, « Barberis à Bâle », L’Impartial,‎ , p. 21.
  6. Valentin Castella, « Sébastien Barberis : Ces flashes qui reviennent », La Gruyère,‎ (lire en ligne).
  7. si, « Sébastien Barberis rebondit à Bulle », L’Impartial,‎ , p. 25.
  8. Karine Allemann, « Bilan du FC Bulle : «Une image positive du club» », La Gruyère,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]