Rue des Remparts (Liège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liege enseigne droite.svg
Blason liege.svg
LIÈGE
Rue des Remparts
Image illustrative de l’article Rue des Remparts (Liège)
Situation
Coordonnées 50° 38′ 49″ nord, 5° 33′ 50″ est
Section Liège
Quartier administratif Saint-Laurent
Début Rue Hocheporte
Fin Rue Firquet
Morphologie
Type Rue piétonne
Fonction(s) urbaine(s) résidentielle
Longueur ~222 m

La rue des Remparts est une rue ancienne de la ville de Liège (Belgique). Cette voie piétonne a la particularité d'être située sur le bastion du Saint-Esprit, un ancien bastion de défense érigé à partir du XIIIe siècle, et faisant partie de la seconde enceinte de Liège.

Toponymie et histoire[modifier | modifier le code]

Fortifications du centre ville de Liège vers la fin du XVIIe siècle[1].
3. Bastion Saint-Léonard
9. Bastion du Clergé
10. Rempart des Anglais
11. Hocheporte,
12. Bastion du Saint-Esprit,
13. Porte Sainte-Marguerite
Inscription martelée sur le bastion du Saint-Esprit, côté rue Mississipi.
Le sommet de la rue des Remparts.


La rue fait référence aux remparts qui défendaient la ville de Liège, majoritairement disparus à ce jour. La rue est tracée sur le parcours approximatif de l'ancien chemin de ronde du bastion du Saint-Esprit, d'abord érigé au XIIIe siècle, puis réédifié au début du XVIIe siècle, et qui a pris le nom du bourgmestre de l'époque, Philippe le Rosseau, dit Philippe du Saint-Esprit. Ce bastion est désaffecté environ deux siècles plus tard et quelques constructions d'habitations sont permises à proximité de l'ancien chemin de ronde. On peut toujours voir les hauts murs en brique de l'angle nord-ouest de ce bastion au coin des rues Louis Fraigneux et Mississipi.

Situation et description[modifier | modifier le code]

Bien qu'elle ait le nom de rue, la rue des remparts est une succession d'escaliers[2], de chemins et de sentiers rendant par sa configuration cette voirie particulière et originale. Cette voie calme et pittoresque est pourtant assez méconnue du grand public. L'accès sud se fait par une volée d'escaliers prolongeant la rue Firquet tandis que la rue est accessible par le nord-est depuis la rue Hocheporte par une double volée d'escaliers avec, entre ces deux volées, un virage en épingle à cheveux. Au total des différents escaliers, 195 marches sont répertoriées.

Architecture[modifier | modifier le code]

Deux immeubles sont repris à l'inventaire du patrimoine culturel immobilier de Wallonie :

  • au no 7, une imposante maison de style néo-classique construite dans les années 1840[3],
  • au no 9, une maison du XVIIIe siècle détruite rue Saint-Nicolas et remontée en 1978[4].

Voiries adjacentes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]