Rue Guépin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rue Guépin
Image illustrative de l’article Rue Guépin
Vue de la tour Bretagne.
Situation
Coordonnées 47° 13′ 00″ nord, 1° 33′ 31″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Centre-ville
Tenant Rue de Feltre
Aboutissant Rue des Deux-Ponts
Morphologie
Type Rue
Forme Rectiligne
Histoire
Anciens noms Rue Contrescarpe
Rue Haute Contrescarpe

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Rue Guépin

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Rue Guépin

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Rue Guépin

La rue Guépin est une voie du centre-ville de Nantes, en France.

Description[modifier | modifier le code]

La rue Guépin relie la rue de Feltre, au niveau de la place du Bon-Pasteur, à la rue des Deux-Ponts, est une artère pavée et piétonne. L'extrémité nord de la voie débouche sur une placette pavée, à la jonction des rues Pierre-Chéreau, Paré et des Deux-Ponts.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Ancienne partie haute de la rue Contrescarpe, elle reçoit sa dénomination actuelle le , en hommage au médecin, écrivain et homme politique Ange Guépin, qui joue un rôle important dans la vie politique et sociale nantaise[1],[2], et qui a résidé « rue Contrescarpe »[3] à partir de 1829.

Historique[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XVIIIe siècle, la rue est longée par une contrescarpe, muret défensif qui surplombe la rive extérieure de l'ancien fossé, au pied des remparts de la ville (actuelle rue de l'Arche-Sèche). Après la démolition de ces éléments défensifs en 1743, l'artère est intégrée à la rue Contrescarpe, et prend parfois le nom de « rue Haute-Contrescarpe[1] ».

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le quartier est sévèrement touché par les bombardements des 16 et 23 septembre 1943, mais la plupart des immeubles qui bordent la rue ne subissent peu ou pas de sinistres ; certains sont néanmoins reconstruits[4].

Au no 5 est fondé en 1952, une confiserie baptisé « La Maison des Baptêmes », spécialisée dans la fabrication et la vente de dragées artisanales pour les baptêmes et les mariages. Cette activité en fit l'un des commerces du centre-ville les plus réputés avant qu'il ne ferme définitivement ses portes le [5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pied 1906, p. 139
  2. « Guépin (rue) », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 6 juin 2013).
  3. Michel Aussel, Nantes sous la Monarchie de Juillet : 1830-1848 : du mouvement mutualiste aux doctrines politiques, Nantes, Ouest éditions, , 256 p. (ISBN 2-908261-78-2), p. 182-183
  4. [PDF] « La reconstruction de Nantes », sur atchives.nantes.fr, p. 44
  5. « Nantes: Ouverte depuis 62 ans, la Bourse aux timbres ferme ses portes », 20 Minutes, (consulté le 28 décembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :