Robert Fossaert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Robert Fossaert
Fossaert robert 2007.png
Robert Fossaert en 2007.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
CannesVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Jacques LavrillèreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Robert Fossaert est un économiste français, né le à Rosendaël, commune désormais incorporée dans la ville de Dunkerque et décédé le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de droit et d’économie, il participe à l’équipe de Claude Gruson au ministère des Finances. Cette équipe forme un Service des études économiques et financières (SEEF) qui deviendra la Direction de la Prévision, puis sera intégrée à l'INSEE. Là, il se familiarise avec les concepts budgétaires, comme avec la macro-économie. Inspiré par cette expérience, il publie en 1961 L’Avenir du capitalisme, son premier ouvrage.

À la demande de Claude Alphandery qui s'emploie à moderniser une petite banque familiale spécialisée dans l’immobilier, il participe pendant une quinzaine d'années à l'état-major de ce groupe. Parallèlement, il fonde aux éditions du Seuil, une collection intitulée Société où une cinquantaine d’ouvrages seront publiés de 1964 à 1975. Rédigés par des praticiens plutôt que par des universitaires, ces ouvrages, sont appréciés par les étudiants. Il publie dans la collection, sous le nom de plume Jacques Lavrillère, L'Industrie des banquiers (1966).

Tout en militant dans les groupes qui essaient de rénover la gauche française, notamment le Cercle Condorcet, Fossaert publie la longue série de livres qui est référencée ci-après. En 1981, après la victoire de la gauche aux élections présidentielle et parlementaires, Fossaert est nommé par François Mitterrand à la tête d’une banque nationalisée. L’expérience est amère. Fossaert démissionne et publie en 1985 La Nationalisation des chrysanthèmes.

Tout en continuant de participer activement à maints cercles et clubs où se poursuivent les débats et investigations visant à libérer la gauche des séquelles du colonialisme et des tentations récurrentes du nationalisme, Fossaert élargit son champ de recherche en mobilisant des savoirs venus des diverses sciences sociales, au service d'une macrosociologie qui s'efforce de situer chaque étude particulière dans l'histoire et le devenir d'un système mondial où la petite France ne pourra redevenir un acteur important que si elle aide à la maturation d'une Europe aussi unie qu'il sera possible - et aussi différente des États-Unis qu'il se pourra.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Avenir du capitalisme, Seuil, 1961
  • Le Contrat socialiste, 1969
  • La Société, tome I : Une théorie générale, 1977
  • La Société, tome II : Les Structures économiques, 1977
  • La Société, tome III : Les Appareils, 1978
  • La Société, tome IV : Les Classes, 1980
  • La Société, tome V : Les États, 1981
  • La Société, tome VI : Les Structures idéologiques, 1983
  • La Nationalisation des chrysanthèmes, 1985
  • L'Occident?, Hérodote, 1986
  • Le Monde au XXIe siècle : une théorie des systèmes mondiaux, 1991
  • Cent millions de français contre le chômage (avec Michel-Louis Lévy), Stock 1992
  • L'Avenir du socialisme, Stock, 1996
  • Civiliser les États-Unis, 2003
  • Un sous-ensemble du système mondial : le Proche et Moyen-Orient, 2004
  • L'Europe ou les Europes ?, 2005
  • Inventaire du XXIe siècle, tome I : La Dynamique du système mondial, 2005
  • Inventaire du XXIe siècle, tome II : Les Principales Transformations, 2005
  • L'Invention du XXIe siècle, 2007
  • Ma seconde crise mondiale, 2009
  • Trois essais : L'automne américain; L'été chinois. L'hiver européen, 2011
  • La Première Crise mondiale du XXIe siècle, 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Faire-part dans Le Monde daté du 7 mars 2015, p. 19

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :