Robert Cornelius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cornelius.
Robert Cornelius
Description de cette image, également commentée ci-après

Auto-portrait de Robert Cornelius (1839)
(Au dos on peut lire : The first light picture ever taken.)

Naissance
Philadelphie, Pennsylvanie, États-Unis
Décès (à 84 ans)
Philadelphie, Pennsylvanie, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Domaines Chimie
Photographie

Robert Cornelius () est un pionnier américain de la photographie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Robert Cornelius est né à Philadelphie. Sa mère se nommait Sarah Cornelius (née Soder) et son père, Christian Cornelius, était un immigrant hollandais venu d'Amsterdam en 1783, ayant pour métier l'orfèvrerie avant d'ouvrir une société de fabrication de lampes[1].

Débuts[modifier | modifier le code]

Le jeune Robert Cornelius va dans une école privée où il se passionne pour la chimie[2]. En 1831, il commence à travailler pour son père, se spécialisant dans les plaques d'argent et le polissage de métaux. Il acquit une telle renommée que peu après l'invention du daguerréotype, le scientifique Joseph Saxton l'approche dans le but de réaliser une plaque d'argent pour son daguerréotype de la Central High School, une école de Philadelphie[Quoi ?]. Cette rencontre fut déterminante dans l'éveil de l'intérêt de Cornelius pour la photographie.

Grâce à ses connaissances en chimie et en métallurgie et grâce à l'aide du chimiste Paul Beck Goddard, Robert Cornelius s'attacha à perfectionner la technique du daguerréotype.

L'autoportrait de 1839[modifier | modifier le code]

Vers le mois d'octobre 1839, à l'âge de 30 ans, il prit une photographie de lui-même devant la boutique familiale. Le daguerréotype produit est un portrait mal centré d'un homme qui se tient les bras croisés et qui a les cheveux ébouriffés (voir image à droite). Cet auto-portrait, qui obligea Robert Cornelius à se tenir immobile pendant 10-15 minutes, est la première photographie intentionnelle connue d'un être humain[1],[3]. Cet autoportrait est souvent considéré comme le premier portrait et le premier autoportrait photographique[4],[5]. Selon André Gunthert, certains essais d'Hippolyte Bayard lui sont antérieurs de quelques mois[6], mais Cornelius est considéré comme le premier à avoir su réduire suffisamment le temps de pose pour rendre possible un portrait[1]. L'artiste colombien Óscar Muñoz rend hommage à cette photographie dans Ante la imagen, une œuvre de 2009[7]. La première photographie non intentionnelle à inclure une forme humaine reconnaissable est celle prise par Louis Daguerre un an plus tôt, au Boulevard du Temple (Paris) : deux hommes sont visibles sur le trottoir, l'un cirant les chaussures de l'autre et restant relativement immobiles pendant ce temps, ce qui permet à la plaque photographique d'enregistrer leur image[8].

Suite et fin de carrière[modifier | modifier le code]

Robert Cornelius ouvrit deux des premiers studios photographiques des États-Unis entre 1839 et 1843, mais alors que la popularité de la photographie allait s'accroissant et que d'autres studios ouvraient leurs portes, Cornelius perdit sans doute l'intérêt qu'il avait dans la photographie ou bien comprit qu'il pouvait mieux gagner sa vie dans l'entreprise familiale.

Il prend sa retraite en 1877[9]. Il passe les dernières années de sa vie dans la maison familiale, dans le quartier de Frankford, à Philadelphie. Il était un elder dans l’Église presbytérienne, duquel il fut membre pendant cinquante ans[9]. Il meurt chez lui le 10 août 1893[9],[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Robert Cornelius se marrie avec Harriet Comly (aussi épelé Comely) en 1832. Ils ont huit enfants : trois fils et cinq filles[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Référence[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) John Hannavy, Encyclopedia of Nineteenth-Century Photography, Routledge, (ISBN 1-135-87327-5, lire en ligne), p. 339
  2. (en) Susan Barger et William B. White, The Daguerreotype: Nineteenth-Century Technology and Modern Science, Johns Hopkins University Press, , 280 p. (ISBN 978-0801864582, lire en ligne), p. 33
  3. (en) Jonathan Symcox, « See the world's first selfie taken in 1839 by unkempt amateur chemist », Mirror Online,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Tanya Sheehan, Doctored : The Medicine of Photography in Nineteenth-century America, (lire en ligne), p. 28
  5. (en) Marcy J. Dinius, The Camera and the Press: American Visual and Print Culture in the Age of the Daguerreotype, University of Pennsylvania Press, (lire en ligne), p. 222
  6. « Les autoportraits d’Hippolyte Bayard », Culture visuelle,
  7. (es) « Ante la imagen, 2009 », Banco de la Republica - Cultural
  8. Jean Zeid, « La première photo d'un être humain est celle d'un Parisien », France Tv Info,‎ (lire en ligne)
  9. a, b et c (en) American Journal of Photography, Volume 14, Thos. H. McCollin & Company, (lire en ligne), "Portrait Robert Cornelius", p. 420
  10. (en) American Philosophical Society, Proceedings of the American Philosophical Society, (lire en ligne), p. 242

Liens externes[modifier | modifier le code]