René Debanterlé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
René Debanterlé
Description de l'image Le ravissement de René V. Debanterlé.jpg.
Naissance
Rocourt, Belgique
Décès
Liège, Belgique
Nationalité Belgique Belge
Profession

René Debanterlé à Rocourt - † à Liège) est un historien de l'art, critique d'art et artiste belge.

Études[modifier | modifier le code]

Durant cette période, il étudie la gravure, la peinture, la tapisserie, la sémiologie, la théorie des couleurs et du nombre d’or à l’Académie des Beaux-Arts de Liège.

  • Agrégé en Histoire de l’art et archéologie de l’Université de Liège (1983).
  • Certificat en Histoire des religions de l’Université de Liège (1985).

Biographie[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Professeur à l’Académie royale des Beaux-Arts de Liège. Création des cours théoriques : Relations art-architecture-environnement, Histoire et théorie de la lettre et du chiffre[1].
  • 1984 : Vice-président de l’asbl Galerie L’A à Liège dont il deviendra l’animateur permanent.
  • 1986 : Boursier de l’Agence Québec/Wallonie/Bruxelles (Communauté française de Belgique), séjour à Montréal pour enquête sur La critique d’art au Québec.
  • 1986 : Chargé de cours Histoire du mobilier et des styles à l’Académie des Beaux-Arts de Liège
  • 1986 : Boursier de la Communauté française de Belgique (Services des Lettres), séjour à l’Academia Belgica de Rome pour la rédaction du roman Memento sepelio.
  • 1987-1991 : Membre de l’Association belge des critiques d’art (ABCA), section belge de l'Association internationale des critiques d'art (AICA)
  • 1987 : Correspondant de la revue Art et culture du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.
  • 1988 : Professeur de Technologie des arts visuels et approche de la condition matérielle de l’art à l’Institut Supérieur d’Étude des Langages Plastiques, Bruxelles.
  • 1989-1991 : Conservateur-adjoint au Musée de la photographie à Charleroi. En 1989, il pense et réalise «l'espace didactique» à l'intention des écoles[2]. En 1990, il est commissaire de l'exposition Jacques Charlier, La photographie au service de l'idée, qui sera la dernière exposition qu'il organise[3].

Activités artistiques[modifier | modifier le code]

  • 1973-1991 : Dessin, peinture, gravure et plus rarement sculpture et tapisserie[4].
  • 1976 : Exposition de sculptures en plein air sur le terrain des anciennes usines de la rue Vivegnis (Liège).
  • 1977 : Participe au groupe d'animation pour l'art dans la rue (actions dans la Ville).
  • 1978 : Création de la musique d'une vidéo d'art, Le Mur, de Laura Tamar Parada (production RTBF).
  • 1980 - 1990 : Nombreuses publications liées à son activité de critique d’art (dans +-O, Artefactum...)
  • 1982 : Exposition collective au Centre Culturel de Seraing.
  • 1984 : Organisateur de l'exposition 13 interventions dans le lieu à l'Ancien Cirque d'Hiver de Liège.
  • 1990 : Exposition personnelle à la Galerie L'A, Liège.
  • 1990 : S'implique ardemment lors de l'"Affaire Picasso" (La Ville de Liège envisageait de vendre le tableau de Pablo Picasso La famille Soler) [5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • René Debanterlé, Patrick Corillon, in Artefactum, 26, nov.-décembre 1988 - janvier 1989, p. 55.
  • René Debanterlé, La couleur seule : L'expérience du monochrome. Lyon, Musée Saint-Pierre, 7.10-5.12-1988, in Artefactum, 27, fév.-mars 1989, p. 42-43.
  • René Debanterlé, "L'affaire Picasso". De la morale à l'histoire, in Pierre-Yves Kairis (éd.), Le syndrome Picasso. Un pouvoir public peut-il vendre une œuvre d'art appartenant à son patrimoine ? Le cas liégeois, Liège, Académie royale des Beaux-Arts/Yellow Now, 1990, p. 47-50.
  • Jacques Charlier : La photographie au service de l'idée. Conversation avec René Debanterlé, Charleroi, Tandem, 1990.
  • Roland d’Ursel. Portraits d’artistes 1948-1952, Musée de la Photographie, Charleroi, 1990 (Notices biographiques par Marie-Christine Claes et René Debanterlé).
  • René Debanterlé, Marc-Emmanuel Mélon & Dominique Polain, Autour de Léonard Misonne, Charleroi, Musée de la Photographie, 1990, p. 39-55. Rééd. sous le titre Léonard Misonne, en passant, Charleroi, 2004.

Postérité[modifier | modifier le code]

En 2004, une rétrospective de son œuvre est organisée au Musée d'art moderne et d'art contemporain de Liège. Le Commissaire est Françoise Dumont. Un catalogue est publié à cette occasion, avec un essai de Marie Anne Thunissen datant de 2002 (p. 10 à 16), et une biographie et une liste d'activités artistiques.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Françoise Dumont, René Debanterlé : Peintures - dessins de 1986 à 1991, monographie à l'occasion de sa rétrospective au Musée d'art moderne et d'art contemporain de Liège, du 19 novembre 2004 au 9 janvier 2005, Liège, Yellow Now, 2004, p. 80 (biographie p. 80-81).
  2. Le Soir, 9 juillet 1991.
  3. "Excusez-moi de terminer cet exposé indigeste bourré d’oublis et d’injustes lacunes, en citant ceux qui nous ont quitté et m’étaient chers [...], René Debanterlé qui m’a fait l’honneur d’organiser sa dernière exposition", in Jacques Charlier, du simple au double
  4. Françoise Dumont, René Debanterlé : Peintures - dessins de 1986 à 1991, monographie à l'occasion de sa rétrospective au Musée d'art moderne et d'art contemporain de Liège, du 19 novembre 2004 au 9 janvier 2005, Liège, Yellow Now, 2004, p. 81 (activités artistiques, p. 81).
  5. Pierre-Yves Kairis (éd.), Le syndrome Picasso. Un pouvoir public peut-il vendre une œuvre d'art appartenant à son patrimoine ? Le cas liégeois, Liège, Académie royale des Beaux-Arts/Yellow Now, 1990.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Meuris, Adieu à René Debanterlé, in La Libre Belgique, 17 juillet 1991 [ainsi que dans Le Courrier du Passant, Louvain-la-Neuve, Les Amis du Musée, sept.-oct. 91]
  • Maurice Lorenzi, in Art et Fact, no 10, Liège 1991, p. 111.
  • Françoise Dumont, René Debanterlé : Peintures - dessins de 1986 à 1991, monographie à l'occasion de sa rétrospective au Musée d'art moderne et d'art contemporain de Liège, du 19 novembre 2004 au 9 janvier 2005, Liège, Yellow Now, 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]