Remparts de Sélestat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Remparts de Sélestat
Remparts de Sélestat.JPG
Présentation
Type
Architecte
Construction
1675 - 1691
Patrimonialité
Logo monument historique Inscrit MH (1947, restes des remparts)
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte du Bas-Rhin
voir sur la carte du Bas-Rhin
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Les remparts de Sélestat (remparts Vauban) sont des vestiges des fortifications du XVIIe siècle de la ville de Sélestat.

Localisation[modifier | modifier le code]

Cette section de rempart est située au sud du centre de Sélestat, entre le Quai Albrecht, le Boulevard Vauban, la Rue de la Brigade Alsace-Lorraine et la piscine des remparts.

Historique[modifier | modifier le code]

Plan des fortifications de Sélestat construites par Tarade et Vauban.

En 1673, Sélestat est une ville française. Les remparts médiévaux sont détruits et Louis XIV ordonne la construction d'une fortification moderne. Une nouvelle enceinte est construite de 1675 à 1691, sous la direction de Vauban et Tarade[1]. Cette enceinte comportait huit bastions et trois portes : la porte de Colmar, la porte de Brisach et la porte de Strasbourg[1]. La majeure partie de cette enceinte est détruite en 1875.

L'édifice fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis 1947[2].

Vestiges[modifier | modifier le code]

Vestiges de l'enceinte Vauban de 1675-1691 :

  • Les Remparts de Sélestat, comprenant deux bastions reliés par une courtine : le bastion du Manège (ou des Suédois) à l'est et le bastion des Capucins à l'ouest.
  • Le fronton sculpté de la porte de Colmar (détruite) qui a été déplacé sur le mur nord du bastion des Capucins[1] (Rue de la Brigade Alsace-Lorraine).


Architecture[modifier | modifier le code]

Art contemporain[modifier | modifier le code]

Point de rencontre : le rêve, Sarkis, (1993). Quai Albrecht.

La partie est du rempart, donnant sur le Quai Albrecht le long de l'Ill, accueille l'installation Point de rencontre : le rêve de l'artiste Sarkis[4] (1993).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c A. Toursel-Harster, J.-P. Beck, G. Bronner, Dictionnaire des monuments historiques d'Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, (ISBN 2-7165-0250-1), p. 410
  2. « Remparts de Sélestat », notice no PA00085003, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a et b « Fortification d'agglomération », sur inventaire-strasbourg.grandest.fr (consulté le )
  4. « Sarkis », sur www.selestat.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]