Raoul de Boigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Raoul de Boigne
Image illustrative de l’article Raoul de Boigne
Raoul de Boigne en 1905.
Contexte général
Sport Tir sportif
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de France Français
Naissance
Lieu de naissance Genève
Décès
Lieu de décès Ouveillan
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 0 0/1 1/2
Jeux intercalaires 0 1 2

Marie Joseph "Raoul", comte Raoul de Boigne, né le à Genève et mort le à Ouveillan, est un tireur sportif français.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine savoyarde (de Chambéry), il descend du Général Benoît Leborgne, comte de Boigne (1751-1830), bienfaiteur de la ville de Chambéry.

Colonel de l'armée française, il termine sa carrière dans la Maison Hotchkiss. Il fut chef d'escadron d'artillerie avant le premier conflit mondial[1].

Sa première apparition lors d'un concours de tir a lieu en 1900, à Satory. En 1901, il conquiert le titre de Maître-tireur à l'arme nationale et au révolver, à la 1re Fête annuelle de tir à Rennes (vainqueur alors également des concours au fusil de guerre, et à l'arme libre). Il participe aussi au concours de Rouen en 1902, en tant que Maître-tireur à l'arme nationale. Il gagne alors le Prix d'honneur à l'arme libre, et le Prix d'honneur partagé au fusil de guerre. Toujours en 1902, il est 3e Prix à l'arme libre du concours international de Rome, et il sort vainqueur du championnat au fusil de la Fédération de l'Ouest. Il devient alors titulaire du Brevet d'Excellence de l'Union. En 1904, il obtient la médaille d'or de l'Union comme premier tireur-élite au tir au fusil, l'arme où il excelle. En 1905, il est Champion de la Fédération de l'Ouest du tir au révolver d'ordonnance, et au fusil.

En septembre 1905, il devient Champion de France du tir au révolver d'ordonnance, à Maisons-Laffitte (259 pts sur 300).

Raoul de Boigne participe aux épreuves de tir aux Jeux olympiques intercalaires de 1906 qui se déroulent à Athènes alors qu'il est encore capitaine et qu'il commande la 13° batterie à cheval du 10° régiment d'artillerie à Rennes[2]. Il y remporte une médaille d'argent (pistolet militaire 25 mètres -modèle 1873-) et deux médailles de bronze (carabine militaire à 300 mètres, et carabine libre par équipes).

Aux Jeux olympiques de 1908 se tenant à Londres, il remporte notamment la médaille de bronze dans l'épreuve de rifle libre, à trois positions à 300 mètres par équipes.

Par contre il ne remporte aucune médaille aux Jeux olympiques de 1912, se déroulant à Stockholm.

Raoul de Boigne, de plus, élabore au milieu des années 1900 un appareil de visée verticale, gradué de 400 à 1 000 mètres, validé par le ministère de la guerre.

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Vie au grand air, 4 avril 1914, p. 299 (article La Guerre aérienne).
  2. Le Tir national : organe officiel de l'Union nationale des sociétés de tir, 16 septembre 1905, p. 437.
  3. Le Tir national : organe officiel de l'Union nationale des sociétés de tir, 2 février 1918, p. 18. (alors lieutenant-colonel à l'état-major du corps d'armée, membre du conseil de l'Union)

Liens externes[modifier | modifier le code]