Raimundo Saporta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saporta.
image illustrant le basket-ball image illustrant une personnalité image illustrant espagnol
Cet article est une ébauche concernant le basket-ball et une personnalité espagnole.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Raimundo Saporta Namías, né le 16 décembre 1926 à Paris[1], décédé le 2 février 1997 à Madrid, est un dirigeant espagnol de basket-ball.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1953, il entre en tant que comptable au Real Madrid, alors dirigé par Santiago Bernabéu. Ceci fait suite à la recherche d'un gestionnaire pour un tournoi de basket-ball commémoratif du cinquantenaire du club.

Durant près de 30 ans, il occupa un rôle important au sein du club, tant dans la section football que dans la section basket-ball.

En parallèle à sa carrière au Real, il occupa des postes à la Fédération espagnole de basket-ball et à la FIBA. Au sein de celle-ci, il est l'un des artisans de la création de Coupe des Clubs Champions qui voit sa première édition en 1958.

Après sa mort en 1997, la FIBA décide de renommer la Coupe des Vainqueurs de Coupe en Coupe Saporta. En 2007, il est introduit au sein du « Hall of Fame » de la FIBA.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon une récente étude de Fernando Arrechea et Víctor Martínez Patón (qui ont eu accès aux archives de l'école de Paris où Saporta étudia), la famille Saporta - Namías est originaire de Constantinople (aujourd'hui Istanbul) dans la forte communauté séfarade qui y vivait. Raimundo Saporta y est né ainsi que son frère. La famille s'installe ensuite à Paris. Quand la Seconde Guerre mondiale éclate, Saporta fait refaire ses papiers, de peur qu'on puisse établir ses origines séfarades. Lorsque les Allemands envahissent la France, il se déplace en Espagne avec ces nouveaux papiers. Voir El blog de Alfredo Relaño (es)

Liens externes[modifier | modifier le code]