Révolution verte en Inde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La révolution verte en Inde est une période de forte augmentation de la production agricole dans les années 1960 grâce à une modernisation des techniques.

Le professeur Swaminathan (à droite), « père » de la révolution verte en Inde (2011).

Au moment de son indépendance en 1947, la situation alimentaire de l’Inde était très mauvaise, et beaucoup d'observateurs prévoyaient une évolution catastrophique du pays. Nehru, le nouveau Premier Ministre de l'Inde, déclarait en 1948 « everything else can wait but not agriculture ». Ce qui se traduit par « tout le reste peut attendre, mais pas l'agriculture. »

Le pays a cependant déjoué ces sombres pronostics, parvenant à mettre en œuvre une révolution verte qui, par une agriculture à haut rendement, a pu apporter en quelques années l'autosuffisance alimentaire au pays. De nombreux paysans ont pu profiter des progrès, tandis que des dégâts environnementaux sont déplorés[1].

Depuis 1947, la population a plus que triplé, dépassant le milliard d'habitants (1,3 milliard), faisant de l'Inde le deuxième pays le plus peuplé au monde après la Chine[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les réussites de la révolution verte[modifier | modifier le code]

La révolution verte a produit de bons résultats économiques, permettant l'autosuffisance alimentaire.

Résultats économiques positifs[modifier | modifier le code]

Cette révolution a permis:

  • l'élargissement du marché du travail indien.,
  • l'électrification des campagnes,
  • le développement des industries chimiques locales

La révolution verte a fait du Punjab, où 70% de la population active travaille dans l'agriculture et les secteurs voisins, l'un des Etats les plus riches de l'Inde. Le revenu annuel par tête au Punjab est passé de 60 à 440 dollards en 1998, soit un niveau bien au-dessus de la moyenne nationale.

L'autosuffisance alimentaire[modifier | modifier le code]

Premier objectif de la révolution verte, l'autosuffisance alimentaire est réalisée dès les années 2000 avec l'arrêt des importations de nourriture et la croissance des stocks régulateurs.

Limites de la révolution verte[modifier | modifier le code]

Dans l'histoire, la course entre l'accroissement de la population et l'accroissement de la production alimentaire a déjà beaucoup inquiété. Déjà, au XIXe siècle, Thomas Malthus s'inquiétait d'une croissance trop importante de la population qui ne permettrait pas de nourrir tout le monde et risquait de provoquer une famine. Le risque de pénurie alimentaire est périodiquement évoqué lors des sommets de la FAO. Cependant, c'est surtout dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale que les interrogations ont été fortes[3]. Malgré la révolution verte, il reste encore beaucoup de populations pauvres ne disposant pas de terre[2].

La révolution verte pose deux grands problèmes :

Problèmes de l'environnement[modifier | modifier le code]

  • Risque de changement climatique, avec des épisodes extrêmes (sécheresses, intempéries plus fréquentes et plus intenses)[Information douteuse] ;
  • Risque de perte de diversité biologique lié à la destruction irréversible de milieux et d'espèces qui pourraient receler des ressources utiles ;
  • Risque de pollution grave due aux agricultures périurbaines utilisant intensivement les engrais
  • Risque de salinisation des sols, dû à l'irrigation, et risquant d'entraîner une baisse des rendements et même la stérilité des sols.

Problèmes économiques[modifier | modifier le code]

  • L’investissement massif de l’État dans la révolution verte a été remis en question depuis la libéralisation de l’économie amorcée en 1991.
  • La baisse des prix agricoles ainsi que celle des subventions étatiques a défavorisé une partie des paysans qui n'ont pas intégré cette révolution agricole. Près de 300 millions d’Indiens n’ont toujours pas les moyens suffisants pour acheter leur nourriture quotidienne.
  • bien que le pays ait des stocks pouvant atteindre 25 millions de tonnes de riz, 220 millions d'Indiens sont sous-alimentés[Quand ?]. En effet, 800 millions d'Indiens vivent avec moins de 2 dollars par jour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilbert Charles, « Révolution verte à refaire », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a et b (fr) « La révolution verte en Inde (par A Derrien) », sur lodyssee.blogs.com (consulté le )
  3. (fr) « La révolution verte en Inde 40 ans après », sur www.couleur-indienne.net (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vandana Shiva, La Guerre de l'eau. Conférence en plein air lors du procès en appel des faucheurs Volontaires à Orléans en aout 2006.
  • Vandana Shiva, The Violence of Green Revolution: Third World Agriculture, Ecology and Politics. (Relié - 1991).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]