Pseudorhabdosynochus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pseudorhabdosynochus
Description de cette image, également commentée ci-après
Pseudorhabdosynochus morrhua
Classification
Règne Animalia
Embranchement Plathelminthes
Classe Monogenea
Famille Diplectanidae

Genre

Pseudorhabdosynochus
Yamaguti, 1958

Pseudorhabdosynochus est un genre de monogènes inclus dans la famille Diplectanidae. L'espèce type du genre est Pseudorhabdosynochus epinepheli (Yamaguti, 1938).
Le genre inclut plus de 80 espèces, qui sont parasites sur les branchies des poissons marins, spécialement les mérous. Comme les mérous sont particulièrement abondants dans les mers chaudes, les espèces de Pseudorhabdosynochus se trouvent surtout dans les parties chaudes des océans, spécialement les récifs coralliens, mais des espèces ont aussi été décrites de mérous de grande profondeur. Plusieurs espèces de Pseudorhabdosynochus sont pathogènes chez les mérous en aquaculture.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Une espèce de Pseudorhabdosynochus, avec légendes des parties principales et de certains organes
Organes sclérifiés femelles (gauche) et mâles (droite) chez une espèce de Pseudorhabdosynochus
Les vagins sclérifiés de quelques espèces de Pseudorhabdosynochus

Toutes les espèces de Pseudorhabdosynochus sont des petits animaux, de longueur comprise entre 0,3 et 1 mm.

Comme la plupart des monogènes, les Pseudorhabdosynochus sont plats, avec une tête antérieure qui porte quatre yeux et des glandes, un corps allongé et un hapteur à l'arrière. L'appareil digestif comprend un pharynx antérieur musculeux et deux branches intestinales latérales (ou caeca); comme chez tous les Plathelminthes, il n'y a pas d'anus. Le hapteur, à l'arrière du corps, est un organe spécialisé qui sert à l'attachement sur l'hôte. Le hapteur comprend des éléments sclérifiés, y compris une barre ventrale, deux barres latérales (dorsales), deux crochets ventraux, deux crochets dorsaux et quatorze crochetons. Comme chez la plupart des Diplectanidae, le hapteur porte des structures spéciales appelées squamodisques. Les squamodisques (un ventral et un dorsal) des espèces de Pseudorhabdosynochus sont formés de nombreux bâtonnets disposées en rangées concentriques.

Les adultes sont hermaphrodites. L'organe reproducteur comprend un seul ovaire et un seul testicule. Comme chez tous les Diplectanidae, l'ovaire (ou germarium) est antérieur au testicule et forme une boucle autour du cæcum intestinal droit.

Les espèces de Pseudorhabdosynochus sont caractérisés par un organe copulateur mâle sclérifié, ou «organe tétraloculé», qui a la forme d'un haricot avec quatre chambres internes. Le vagin comprend une partie sclérifiée, qui est une structure complexe avec plusieurs chambres et canaux, généralement utilisée pour le diagnostic et la différenciation des espèces.

Étymologie et particularité nomenclaturale[modifier | modifier le code]

Dessin de l'espèce-type, Pseudorhabdosynochus epinepheli

L'origine du nom Pseudorhabdosynochus mérite une explication. Pseudo (du grec ψευδής, pseudes, "faux") est un préfixe souvent utilisé pour créer un nouveau nom scientifique pour un taxon qui ressemble à un certain taxon, mais est en réalité un autre. Le célèbre parasitologue japonais Satyu Yamaguti a décrit une « plaque membraneuse » sur la région postérieure de Pseudorhabdosynochus epinepheli et créé le nom de genre Pseudorhabdosynochus en référence au genre de Diplectanidae Rhabdosynochus qui, dans son interprétation, avait également des plaques latérales. Il a été démontré plus tard que les «plaques» chez P. epinepheli était une interprétation erronée de spécimens endommagés. En outre, le diagnostic de Rhabdosynochus a ensuite été modifié et il est maintenant admis que espèces de ce genre n'ont pas de plaques [1]. Par conséquent, le nom de genre Pseudorhabdosynochus est le résultat à la fois d'une observation erronée et d'une comparaison erronée par Satyu Yamaguti. Cependant, il est valide selon l'ICZN.

Pseudorhabdosynochus est également un cas intéressant de nomenclature. Yamaguti a décrit la même espèce deux fois, la première fois en 1938[2] (sous le nom Diplectanum epinepheli Yamaguti, 1938) et la deuxième fois en 1958[3] (sous le nom Pseudorhabdosynochus epinepheli Yamaguti, 1958). Dans les deux articles, l'espèce a été décrite à partir de parasites recueillis chez la même espèce de poisson, Epinephelus akaara au large du Japon. Kritsky & Beverley-Burton (1986)[4] ont résolu ce cas en appliquant les règles du Code international de nomenclature zoologique. L'espèce-type du genre est le nom Pseudorhabdosynochus epinepheli Yamaguti, 1958. Pseudorhabdosynochus epinepheli Yamaguti, 1958 est un synonyme junior de Pseudorhabdosynochus epinepheli (Yamaguti, 1938) Kritsky & Beverley-Burton, 1986 et Pseudorhabdosynochus epinepheli (Yamaguti, 1938) Kritsky & Beverley-Burton, 1986 est la combinaison valide moderne pour Diplectanum epinepheli Yamaguti, 1938. Cette dernière espèce (un taxon) et l'espèce-type du genre (un nom) sont considérées comme correspondant au même taxon biologique mais ont des noms différents, bien que valides. Un récent réexamen des spécimens-types a confirmé cette interprétation[5].

Hôtes[modifier | modifier le code]

Les mérous, tels que celui-ci (Epinephelus fasciatus) hébergent des espèces de Pseudorhabdosynochus sur leurs branchies

Les espèces de Pseudorhabdosynochus sont parasites exclusivement sur les filaments des branchies des poissons marins. La plupart de ces poissons appartiennent à la famille Serranidae et sont généralement connus sous le nom de mérous, comme de nombreuses espèces du genre Epinephelus, et aussi des espèces de Cephalopholis, Mycteroperca et Variola. Quelques espèces de Pseudorhabdosynochus ont également été décrites de poissons des genres Alphestes[6], Paranthias[7] et Paralabrax[8].

Comme la plupart des Diplectanidae[9], les espèces de Pseudorhabdosynochus sont généralement spécifiques de leurs hôtes, c'est-à-dire qu'une espèce n'est trouvée que sur une espèce d'hôte et pas une autre. Cependant, quelques exceptions ont été rapportées[10]. Plusieurs espèces de mérous hébergent une grande biodiversité d'espèces de Pseudorhabdosynochus (et parfois, de plus, d'autres monogènes). Un bon exemple est Epinephelus maculatus qui héberge huit espèces de Pseudorhabdosynochus [11], et Epinephelus malabaricus qui en sept [12],[13].

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Pseudorhabdosynochus lantauensis adultes (flèches) sur le filament branchial d'un mérou. Microscopie électronique à balayage.

Le cycle de vie des espèces de Pseudorhabdosynochus est similaire à celui des autres monogènes Diplectanidae[9]. Il est monoxène, c'est-à-dire qu'il n'y a qu'un seul hôte, le poisson, au cours du cycle. Le cycle de vie comprend une phase parasite, le ver adulte, et deux phases qui sont libres dans l'environnement, l'œuf et la larve. Le ver adulte, hermaphrodite, qui vit sur les branchies des poissons, pond des œufs dans l'eau. L'œuf a un opercule. Une larve se développe dans l'œuf et éclot à travers l'opercule; la larve est ciliée et appelée oncomiracidium. La larve trouve son hôte en nageant, s'attache d'abord à la peau puis migre vers les branchies, et se transforme finalement en un jeune monogène qui est attaché au filament branchial par son hapteur. Pendant la transformation de la larve à l'adulte, le monogène perd ses cils et produit un nouveau tégument, un phénomène qui est considéré comme une caractéristique générale des Plathelminthes parasites ou Neodermata[14].

Des informations sont disponibles pour le cycle de vie de Pseudorhabdosynochus lantauensis, un parasite du mérou Epinephelus coioides, à une température de 30 °C[15]. L'adulte pond 10-22 œufs par jour. Les œufs éclosent dans les 2-4 jours. L'oncomiracidium est viable pendant 4 à 8 h et devra donc trouver un hôte dans ce délai. Après la fixation, l'oncomiracidium se transforme en un adulte en 4 à 7 jours. Le parasite produit des œufs après 7 jours. Le cycle de vie est donc achevé en 13 à 20 jours (à 30 °C)[15]

Certaines espèces de mérous parasités par des Pseudorhabdosynochus pratiquent des agrégations de frai, c'est-à-dire que les poissons adultes se réunissent chaque année à un endroit précis pour rencontrer d'autres poissons de leur propre espèce, une seule fois par an. Il a été suggéré que la transmission des espèces de Pseudorhabdosynochus se produit préférentiellement au cours de ces agrégations de frai, depuis les poissons âgés qui sont infectés vers les plus jeunes qui ne sont pas infectés [16].

Pathologie et contrôle en aquaculture[modifier | modifier le code]

Les espèces de Pseudorhabdosynochus sont attachées aux branchies des mérous. Aucune information n'est disponible sur l'effet pathogène de ces parasites chez les mérous sauvages. Comme le cycle de vie est monoxène et peut donc être complété avec un taux élevé de succès en mariculture, des espèces de Pseudorhabdosynochus peuvent proliférer sur les branchies de mérous et devenir dangereuses pour les poissons, induisant une mortalité.

Les infections parasitaires sont souvent mesurées par deux variables, la prévalence (la proportion des hôtes infectés) et l'intensité (le nombre de parasites par hôte). Des prévalences aussi élevées que 100% (c'est-à-dire que tous les poissons sont infestés) ont été rapportées pour Pseudorhabdosynochus sp. chez des Epinephelus malabaricus en cage en Thaïlande[17], pour Pseudorhabdosynochus sp. sur Epinephelus fuscoguttatus [18] et Epinephelus coioides [19] en aquaculture en Indonesie, et pour P. beverleyburtonae chez Epinephelus marginatus, sauvage ou en aquaculture, au Brésil [20]. Les intensités peuvent être aussi élevées que 1006 Pseudorhabdosynochus sp. par poisson (Epinephelus fuscoguttatus) en Indonésie[18], jusqu'à 294 P. coioidesis par poisson (Epinephelus coioides) en Chine du Sud[21], 327 P. yucatanensis par poisson chez Epinephelus morio au Mexique [22], et 500 P. epinepheli pour 10 grammes de filaments branchiaux d'Epinephelus akaara au Japon [23].

L'élimination des monogènes parasites des branchies est un problème parce que divers traitements chimiques peuvent être nocifs pour les poissons. Les traitements utilisés contre les espèces de Pseudorhabdosynochus comprennent l'eau douce, le formol dilué, et le peroxyde d'hydrogène dilué (H2O2)[23],[24]. Le peroxyde d'hydrogène dilué (H2O2) semble le traitement préféré contre P. epinepheli chez Epinephelus akaara [23] et contre P. lantauensis chez Epinephelus coioides[24].

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Des listes d'espèces ont été compilées par Kritsky & Beverley-Burton (1986)[4] et Justine (2007)[11]. Cette liste (environ 80 espèces) est basée sur WorMs avec des modifications mineures.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Kritsky, D. C., Boeger, W. A. & Robaldo, R. B. 2001: Neotropical Monogenoidea. 38. Revision of Rhabdosynochus Mizelle and Blatz, 1941 (Polyonchoinea: Dactylogyridea: Diplectanidae), with descriptions of two new species from Brazil. Comparative Parasitology, 68, 66-75.
  2. a et b Yamaguti, S. 1938: Studies on the helminth fauna of Japan. Part 24. Trematodes of fishes, V. Japanese Journal of Zoology, 8, 15-74.
  3. Yamaguti, S. 1958: Studies on the helminth fauna of Japan. Part 53. Trematodes of fishes, XII. Publications of the Seto Marine Biological Laboratory, 7, 53-88. Article PDF
  4. a b c d e f g h i j k l m n et o Kritsky, D. C. & Beverley-Burton, M. 1986: The status of Pseudorhabdosynochus Yamaguti, 1958, and Cycloplectanum Oliver, 1968 (Monogenea: Diplectanidae). Proceedings of the Biological Society of Washington, 99, 17-20. PDF
  5. a et b Jean-Lou Justine, « A redescription of Pseudorhabdosynochus epinepheli (Yamaguti, 1938), the type-species of Pseudorhabdosynochus Yamaguti, 1958 (Monogenea: Diplectanidae), and the description of P. satyui n. sp. from Epinephelus akaara off Japan », Systematic Parasitology, vol. 72, no 1,‎ , p. 27–55 (PMID 19048406, DOI 10.1007/s11230-008-9171-5)
  6. a b c d e f et g Edgar F. Mendoza-Franco, Juan Violante-González et Agustín A. Rojas Herrera, « Six new and one previously described species of Pseudorhabdosynochus (Monogenoidea, Diplectanidae) infecting the gills of groupers (Perciformes, Serranidae) from the Pacific coasts of Mexico and Panama », Journal of Parasitology, vol. 97, no 1,‎ , p. 20–35 (ISSN 0022-3395, DOI 10.1645/GE-2716.1)
  7. a et b Marcelo Knoff, Simone Chinicz Cohen, Melissa Querido Cárdenas, Jorge M. Cárdenas-Callirgos et Delir Corrêa Gomes, « A new species of diplectanid (Monogenoidea) from Paranthias colonus (Perciformes, Serranidae) off Peru », Parasite, vol. 22,‎ , p. 11 (PMID 25754099, DOI 10.1051/parasite/2015011, lire en ligne)
  8. a et b Bravo-Hollis, M. 1954: Diplectanum amplidiscatum n. sp., Trématode monogénétique des branchies d'un poisson marin. Annales de Parasitologie Humaine et Comparée, 24, 37-41.
  9. a et b Oliver, G. (1987). Les Diplectanidae Bychowsky, 1957 (Monogenea, Monopisthocotylea, Dactylogyridea). Systématique. Biologie. Ontogénie. Écologie. Essai de phylogenèse. Thèse d'État, Académie de Montpellier, Université des Sciences et Techniques du Languedoc, France. DOI:10.6084/m9.figshare.1295274
  10. Charlotte Schoelinck, Corinne Cruaud et Jean-Lou Justine, « Are all species of Pseudorhabdosynochus strictly host specific? — A molecular study », Parasitology International, vol. 61, no 2,‎ , p. 356–359 (ISSN 1383-5769, DOI 10.1016/j.parint.2012.01.009)
  11. a b c d e f g h i et j Jean-Lou Justine, « Parasite biodiversity in a coral reef fish: twelve species of monogeneans on the gills of the grouper Epinephelus maculatus (Perciformes: Serranidae) off New Caledonia, with a description of eight new species of Pseudorhabdosynochus (Monogenea: Diplectanidae) », Systematic Parasitology, vol. 66, no 2,‎ , p. 81–129 (DOI 10.1007/s11230-006-9057-3)
  12. a b c d e f et g J.-L. Justine et A. Sigura, « Monogeneans of the malabar grouper Epinephelus malabaricus (Perciformes, Serranidae) off New Caledonia, with a description of six new species of Pseudorhabdosynochus (Monogenea: Diplectanidae) », Zootaxa, vol. 1543,‎ , p. 1–44 Article (Open Archive)
  13. Jean-Lou Justine, Ian Beveridge, Geoff A. Boxshall, Rod A. Bray, Frantisek Moravec, Jean-Paul Trilles et Ian D. Whittington, « An annotated list of parasites (Isopoda, Copepoda, Monogenea, Digenea, Cestoda and Nematoda) collected in groupers (Serranidae, Epinephelinae) in New Caledonia emphasizes parasite biodiversity in coral reef fish. », Folia Parasitologica, vol. 57, no 4,‎ , p. 237–62 (PMID 21344838, DOI 10.14411/fp.2010.032, lire en ligne)
  14. Ehlers, U. (1985). Das Phylogenetische System der Plathelminthes. Stuttgart: G. Fischer
  15. a et b Erazo-Pagador, G. & Cruz-Lacierda, E. R. 2010: The morphology and life cycle of the gill monogenean (Pseudorhabdosynochus lantauensis) on orange-spotted grouper (Epinephelus coioides) cultured in the Philippines. Bulletin of the European Association of Fish Pathologists, 30, 55-64
  16. a b c d et e A. Sigura et J.-L. Justine, « Monogeneans of the speckled blue grouper, Epinephelus cyanopodus (Perciformes, Serranidae), from off New Caledonia, with a description of four new species of Pseudorhabdosynochus and one new species of Laticola (Monogenea: Diplectanidae), and evidence of monogenean faunal changes according to the size of fish », Zootaxa, vol. 1695,‎ , p. 1–44
  17. Ruangpan, L. & Tubkaew, R. (1993). Parasites of the cage cultured grouper Epinephelus malabaricus in Thailand. Paper presented at the Proceedings of Grouper Culture, Kaoseng, Songkhla, Thailand.
  18. a et b H. W. Palm, S. Kleinertz et S. Rückert, « Parasite diversity as an indicator of environmental change? An example from tropical grouper (Epinephelus fuscoguttatus) mariculture in Indonesia », Parasitology, vol. 138, no 13,‎ , p. 1793–1803 (ISSN 0031-1820, DOI 10.1017/S0031182011000011)
  19. Sonja Rückert, Sven Klimpel, Saleh Al-Quraishy, Heinz Mehlhorn et Harry W. Palm, « Transmission of fish parasites into grouper mariculture (Serranidae: Epinephelus coioides (Hamilton, 1822)) in Lampung Bay, Indonesia », Parasitology Research, vol. 104, no 3,‎ , p. 523–532 (ISSN 0932-0113, DOI 10.1007/s00436-008-1226-7)
  20. K Roumbedakis, NC Marchiori, Á Paseto, ELT Gonçalves, JL Luque, PB Cepeda, EG Sanches et ML Martins, « Parasite fauna of wild and cultured dusky-grouper Epinephelus marginatus (Lowe, 1834) from Ubatuba, Southeastern Brazil », Brazilian Journal of Biology, vol. 73, no 4,‎ , p. 871–878 (ISSN 1519-6984, DOI 10.1590/S1519-69842013000400025)
  21. Y. Luo et T. Yang, « Seasonal population dynamics of the monogeneans Pseudorhabdosynochus coioidesis and P. serrani on wild versus cultured groupers in Daya Bay, South China Sea », Helminthologia, vol. 47, no 4,‎ (ISSN 1336-9083, DOI 10.2478/s11687-010-0038-3)
  22. a et b Vidal-Martínez, V. M., Aguirre-Macedo, L. & Mendoza-Franco, E. F. 1997: Pseudorhabdosynochus yucatanensis sp. n. (Monogenea: Diplectanidae) from the gills of the red grouper Epinephelus morio (Pisces: Serranidae) of the Yucatan Peninsula, Mexico" Folia Parasitologica 44, 274-278. PDF
  23. a b et c Tadashi Isshiki, Taizou Nagano et Katsuhiro Miki, « Occurrence of a monogenean gill parasite Pseudorhabdosynochus epinepheli on Red Spotted Grouper Epinephelus akaara and its experimental treatment by Hydrogen Peroxide bathing », Fish Pathology, vol. 42, no 1,‎ , p. 71–74 (ISSN 0388-788X, DOI 10.3147/jsfp.42.71)
  24. a et b Cruz-Lacierda, E. R., Pineda, A. J. T. & Nagasawa, K. 2012: In vivo treatment of the gill monogenean Pseudorhabdosynochus lantauensis (Monogenea, Diplectanidae) on orange-spotted grouper (Epinephelus coioides) cultured in the Philippines. AACL Bioflux, 5, 330-336. PDF
  25. Price, E. W. 1937: North American Monogenetic Trematodes. I. The superfamily Gyrodactyloidea. Journal of the Washington Academy of Sciences, 27, 146-164. PDF
  26. a et b Jean-Lou Justine, « Pseudorhabdosynochus argus n. sp. (Monogenea: Diplectanidae) from Cephalopholis argus, P. minutus n. sp. and Diplectanum nanus n. sp. from C. sonnerati and other monogeneans from Cephalopholis spp. (Perciformes: Serranidae) off Australia and New Caledonia », Systematic Parasitology, vol. 68, no 3,‎ , p. 195–215 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1007/s11230-007-9096-4)
  27. Aude Sigura, Claude Chauvet et Jean-Lou Justine, « Pseudorhabdosynochus bacchus sp. nov. (Monogenea, Diplectanidae) from Epinephelus coeruleopunctatus (Perciformes, Serranidae) off New Caledonia », Acta Parasitologica, vol. 52, no 3,‎ (ISSN 1896-1851, DOI 10.2478/s11686-007-0028-x)
  28. a et b Oliver, G. 1984: Description de deux nouvelles espèces du genre Cycloplectanum Oliver, 1968 (Monogenea, Monopisthocotylea, Diplectanidae). Annales de Parasitologie Humaine et Comparée, 59, 31-39.
  29. a et b Oliver, G. & Paperna, I. 1984: Diplectanidae Bychowsky, 1957 (Monogenea, Monopisthocotylea), parasites de Perciformes de Méditerranée orientale, de la mer Rouge et de l'océan Indien. Bulletin du Muséum National d'Histoire Naturelle, Paris, 4° série, 6, section A, 49-65.
  30. a b c d et e Lassad Neifar et Louis Euzet, « Five new species of Pseudorhabdosynochus (Monogenea: Diplectanidae) from the gills of Epinephelus costae (Teleostei: Serranidae) », Folia Parasitologica, vol. 54, no 2,‎ , p. 117–128 (ISSN 0015-5683, DOI 10.14411/fp.2007.017, lire en ligne)
  31. a b c d e f g h i j k l et m Delane C. Kritsky, Micah D. Bakenhaster et Douglas H. Adams, « Pseudorhabdosynochus species (Monogenoidea, Diplectanidae) parasitizing groupers (Serranidae, Epinephelinae, Epinephelini) in the western Atlantic Ocean and adjacent waters, with descriptions of 13 new species », Parasite, vol. 22,‎ , p. 24 (ISSN 1776-1042, PMID 26272242, DOI 10.1051/parasite/2015024, lire en ligne)
  32. a et b Damien D. Hinsinger et Jean-Lou Justine, « The ‘Pseudorhabdosynochus cupatus group’ (Monogenea: Diplectanidae) on Epinephelus fasciatus, E. howlandi, E. rivulatus and E. merra (Perciformes: Serranidae) off New Caledonia, with descriptions of Pseudorhabdosynochus cyathus n. sp. and P. calathus n. sp. », Systematic Parasitology, vol. 64, no 2,‎ , p. 69–90 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1007/s11230-005-9018-2)
  33. Jean-Lou Justine, « Species of Pseudorhabdosynochus Yamaguti, 1958 (Monogenea: Diplectanidae) from Epinephelus fasciatus and E. merra (Perciformes: Serranidae) off New Caledonia and other parts of the Indo-Pacific Ocean, with a comparison of measurements of specimens prepared using different methods, and a description of P. caledonicus n. sp. », Systematic Parasitology, vol. 62, no 1,‎ , p. 1–37 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1007/s11230-005-5480-0)
  34. Vidal-Martínez, V. M. & Mendoza-Franco, E. F. 1998: Pseudorhabdosynochus capurroi sp. n. (Monogenea: Diplectanidae) from the gills of Mycteroperca bonaci (Pisces: Serranidae) of the Yucatan Peninsula, Mexico" Folia Parasitologica 45, 221-224. Article PDF
  35. Zhang, J. Y., Yang, T. B. & Liu, L. (2001). [Monogeneans of Chinese marine fishes] (in Chinese). Beijing: Agriculture Press.
  36. Bu, S. S. H., Leong, T. S., Wong, S. Y., Woo, Y. S. N. & Foo, R. W. T. 1999: Three diplectanid monogeneans from marine finfish (Epinephelus spp.) in the Far East. Journal of Helminthology, 73, 301-312. DOI:10.1017/S0022149X99000505
  37. a b et c Charlotte Schoelinck et Jean-Lou Justine, « Four species of Pseudorhabdosynochus (Monogenea: Diplectanidae) from the camouflage grouper Epinephelus polyphekadion (Perciformes: Serranidae) off New Caledonia », Systematic Parasitology, vol. 79, no 1,‎ , p. 41–61 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1007/s11230-010-9289-0)
  38. a b et c P. C. Young, « Some Monogenoideans of the Family Diplectanidae Bychowsky, 1957 from Australian Teleost Fishes », Journal of Helminthology, vol. 43, nos 1-2,‎ , p. 223 (ISSN 0022-149X, DOI 10.1017/S0022149X00004053)
  39. a et b Jean-Lou Justine et Émilie Henry, « Monogeneans from Epinephelus chlorostigma (Val.) (Perciformes: Serranidae) off New Caledonia, with the description of three new species of diplectanids », Systematic Parasitology, vol. 77, no 2,‎ , p. 81–105 (ISSN 0165-5752, PMID 20852982, DOI 10.1007/s11230-010-9263-x)
  40. a b c et d Cláudia Portes Santos, Kurt Buchmann et David I. Gibson, « Pseudorhabdosynochus spp. (Monogenea: Diplectanidae) from the gills of Epinephelus spp. in Brazilian waters », Systematic Parasitology, vol. 45, no 2,‎ , p. 145–153 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1023/A:1006232029426)
  41. Jean-Lou Justine, « Pseudorhabdosynochus hirundineus n. sp. (Monogenea: Diplectanidae) from Variola louti (Perciformes: Serranidae) off New Caledonia », Systematic Parasitology, vol. 62, no 1,‎ , p. 39–45 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1007/s11230-005-5481-z)
  42. Jean-Lou Justine, « Pseudorhabdosynochus inversus sp. nov. (Monogenea, Diplectanidae) from the halfmoon grouper Epinephelus rivulatus (Perciformes, Serranidae) off New Caledonia », Acta Parasitologica, vol. 53, no 4,‎ (ISSN 1896-1851, DOI 10.2478/s11686-008-0057-0)
  43. Bijian Zeng et Tingbao Yang, « Description of Pseudorhabdosynochus justinei n. sp. (Monogenea: Diplectanidae) and redescription of P. vagampullum (Young, 1969) Kritsky & Beverley-Burton, 1986 from the gills of the longfin grouper Epinephelus quoyanus (Valenciennes) (Perciformes: Serranidae) in Dapeng Bay, South China Sea », Systematic Parasitology, vol. 66, no 3,‎ , p. 223–235 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1007/s11230-006-9067-1)
  44. William G. Dyer, Ernest H. Williams et Lucy Bunkley-Williams, « Pseudorhabdosynochus kritskyi n. sp. (Monogenea: Diplectanidae) on Gag from the Gulf of Mexico », Journal of Aquatic Animal Health, vol. 7, no 4,‎ , p. 337–340 (ISSN 0899-7659, DOI 10.1577/1548-8667(1995)007<0337:KNSDOG>2.3.CO;2)
  45. Mary Beverley-Burton et Delia Mabel Suriano, « A revision of Cycloplectanum Oliver, 1968 (Monogenea: Diplectanidae) and descriptions of C.hongkongensis n.sp. and C.lantauensis n.sp. from Epinephelus spp. (Serranidae) in the South China Sea », Canadian Journal of Zoology, vol. 59, no 7,‎ , p. 1276–1285 (ISSN 0008-4301, DOI 10.1139/z81-180)
  46. L. D. Aljoshkina, « [New species of the family Diplectanidae (Monogenea) in the South-West Atlantic] », Zoologicheskii Zhurnal, vol. 63,‎ , p. 1253–1256
  47. Marshall Laird, « Parasites of South Pacific fishes II. Diplectanum melanesiensis n. sp., a monogenetic trematode from Fiji and the New Hebrides », Canadian Journal of Zoology, vol. 36, no 2,‎ , p. 167–173 (ISSN 0008-4301, DOI 10.1139/z58-017)
  48. William G. Dyer, Ernest H. Williams et Lucy Bunkley-Williams, « Pseudorhabdosynochus monaensis n. sp. (Monogenea: Diplectanidae) on Rock Hind from Mona Island, Puerto Rico », Journal of Aquatic Animal Health, vol. 6, no 1,‎ , p. 59–63 (ISSN 0899-7659, DOI 10.1577/1548-8667(1994)006<0059:PMNSMD>2.3.CO;2)
  49. a et b Jean-Lou Justine, « Two new species of Pseudorhabdosynochus Yamaguti, 1958 (Monogenea: Diplectanidae) from the deep-sea grouper Epinephelus morrhua (Val.) (Perciformes: Serranidae) off New Caledonia », Systematic Parasitology, vol. 71, no 2,‎ , p. 145–158 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1007/s11230-008-9156-4)
  50. Jean-Lou Justine et Matthias Vignon, « Monogeneans of the grouper Epinephelus tauvina (Perciformes, Serranidae) off Moorea, French Polynesia, with a description of Pseudorhabdosynochus pai n. sp. (Monogenea: Diplectanidae) », Systematic Parasitology, vol. 72, no 2,‎ , p. 113–125 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1007/s11230-008-9159-1)
  51. Charlotte Schoelinck et Jean-Lou Justine, « Pseudorhabdosynochus quadratus n. sp. (Monogenea: Diplectanidae) from the white-streaked grouper Epinephelus ongus (Bloch) (Perciformes: Serranidae) off New Caledonia », Systematic Parasitology, vol. 79, no 1,‎ , p. 77–80 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1007/s11230-011-9295-x)
  52. Yamaguti, S. (1968). Monogenetic Trematodes of Hawaiian Fishes. Honolulu: University of Hawaii Press.
  53. Amira Chaabane, Lassad Neifar et Jean-Lou Justine, « Pseudorhabdosynochus regius n. sp. (Monogenea, Diplectanidae) from the mottled grouper Mycteroperca rubra (Teleostei) in the Mediterranean Sea and Eastern Atlantic », Parasite, vol. 22,‎ , p. 9 (ISSN 1776-1042, PMID 25674913, DOI 10.1051/parasite/2015005, lire en ligne)
  54. Guy Oliver, « Cycloplectanum riouxi n. sp., une nouvelle espèce de Diplectanidae (Monogenea, Monopisthocotylea) parasite d’Epinephelus guaza (Linnaeus, 1758) (Pisces, Serranidae) », Systematic Parasitology, vol. 8, no 4,‎ , p. 317–322 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1007/BF00009739)
  55. Yamaguti, S. 1953: Parasitic worms mainly from Celebes. Part 2. Monogenetic trematodes of fishes. Acta Medicinae Okayama, 8, 203-256 + 209 Pl. Article PDF « Copie archivée » (version du 9 février 2015 sur l'Internet Archive)
  56. Tingbao Yang, Bijian Zeng et David I. Gibson, « Description of Pseudorhabdosynochus shenzhenensis n. sp. (Monogenea: Diplectanidae) and redescription of P. serrani Yamaguti, 1953 from Epinephelus coioides off Dapeng Bay, Shenzhen, China », Journal of Parasitology, vol. 91, no 4,‎ , p. 808–813 (ISSN 0022-3395, DOI 10.1645/GE-518R.1)
  57. (en) Amira Chaabane, Jean-Lou Justine, Delphine Gey, Micah D. Bakenhaster et Lassad Neifar, « Pseudorhabdosynochus sulamericanus (Monogenea, Diplectanidae), a parasite of deep-sea groupers (Serranidae) occurs transatlantically on three congeneric hosts (Hyporthodus spp.), one from the Mediterranean Sea and two from the western Atlantic », PeerJ, vol. 4,‎ , e2233 (ISSN 2167-8359, DOI 10.7717/peerj.2233)
  58. Tingbao Yang, David I. Gibson et Bijian Zeng, « Pseudorhabdosynochus summanoides n. sp. (Monogenea: Diplectanidae) from Epinephelus coioides in Dapeng Bay, South China Sea, with observations on several similar species of Pseudorhabdosynochus Yamaguti, 1958 », Systematic Parasitology, vol. 62, no 3,‎ , p. 221–239 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1007/s11230-005-5497-4)
  59. Damien D. Hinsinger et Jean-Lou Justine, « Pseudorhabdosynochus venus n. sp. (Monogenea: Diplectanidae) from Epinephelus howlandi (Perciformes: Serranidae) off New Caledonia », Systematic Parasitology, vol. 63, no 2,‎ , p. 153–158 (ISSN 0165-5752, DOI 10.1007/s11230-005-9012-8)

Lire aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :