Prison des Sans-Culottes (Nantes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Prison des Sans-Culottes
Présentation
Type
Prison, prison militaire (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse

La prison des Sans-Culottes était une prison de Nantes sous la Révolution.

La prison[modifier | modifier le code]

Suite à la surpopulation de la prison du château des ducs de Bretagne, la maison des Pénitentes, situé à l'angle de la rue des Pénitentes et de la place du Port-Communeau est utilisé en comme lieu de détention pour les paysans insurgés contre la levée en masse et est alors placé sous la direction du concierge Fleurdepied.

Cette utilisation n’est alors que temporaire. Alors que le bâtiment est utilisé le pour loger des soldats volontaires républicains, il est rapidement évacué « parce que les lits étaient remplis de vermine. »

Peu après, la maison des Pénitentes, renommée prison des Sans-Culottes est utilisée comme prison militaire. Quelques suspects y sont cependant envoyés ponctuellement. En frimaire an II, la commission militaire qui siégeait au château y tient ses séances.

Les commissaires inspecteurs visitent la prison le  :

« 150 prisonniers militaire, et ils ont observé que cette prison, entre une petite rue et une petite cour, ne pouvait jamais être salubre, et que, ce qui contribue à l’état d’infection dans lequel elle est, c’est l’exiguïté de toutes les fenêtres et la grande quantité de bailles à excréments répandues dans toutes les salles, faute de latrines. Il n’est pas étonnant que le nombre des malades y soit relativement excessif. »

Après la démission du concierge Gerardeaux en , la prison est reconvertie en hôpital le mois suivant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred Lallié, Les prisons de Nantes pendant la Révolution, Imprimerie Vincent Forest et Émile Grimaud, , p. 15 et 82-83.