Prieuré de Glatigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Prieuré de Glatigny
Image de l'

Pays Drapeau de la France France
Région historique Centre
Commune Chabris

Le prieuré de Glatigny se situe à Chabris dans l'Indre.

Localisation[modifier | modifier le code]

A 5 kilomètres au sud-est de Chabris, le prieuré est accessible par la route de Dun-le-Poëlier.

Historique[modifier | modifier le code]

L’histoire du prieuré de Glatigny commence avec sa fondation par la première prieure d'Orsan, Agnès de Châteaumeillant, grâce à un don de Roland Le Bigne et de Foulques de Romorantin.

Elle se termine par la Révolution française qui en organisa la vente comme bien national le 27 juin 1791. Transformé en ferme, il offre aujourd’hui une importante grange (ancienne église du Prieuré)[1],[2].

Religieuse du Prieuré[modifier | modifier le code]

Françoise de La Châtre de la Maisonfort, Famille de La Châtre, est religieuse au prieuré fontevriste de Glatigny. Elle est nommée abbesse de l'Abbaye de Faremoutiers en 1605 à 31 ans. Elle le restera jusqu’en 1643[3].

Domaine et bâtiments d’exploitation[modifier | modifier le code]

Les terrains servant de support au nouveau prieuré fontevriste avaient été donnés au prieuré par Roland le Bigne et Foulques de Romorantin, à deux lieues de la ville de Romorantin et confirmé au XIIe siècle par Ebbes de la Vernelle. Un élément majeur est constitué par l’ancienne église du Prieuré utilisé actuellement comme grange.

L’on peut encore y voir les restes imposants de l’ancien maître autel (18e siècle) ainsi que ceux d’un autel latéral sis sur le côte Nord. Le décor de celui-ci -d’une grande originalité- donne à voir une croix se détachant sur un fond imitant parfaitement un vitrail alors que le mur conte lequel l’autel latéral est apposé est un mur plein sans aucune ouverture sur l’extérieur.

Complète les vestiges subsistants de la grande chapelle priorale la fenêtre axiale de la nef certes murée, comme la plupart des ouvertures du sanctuaire, mais qui du moins offre aux yeux des pèlerins d’un jour un souvenir visible de ce que fut cette chapelle. Le côté Est du cloître qui figurait encore sur le Cadastre napoléonien n'est plus visible aujourd'hui.

Deux bâtiments annexes sont aussi connus sous l'appellation de "Logis du Prieur"[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Grand cartulaire de Fontevraud, J.M. Bienvenu, 761.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un prieuré en Berry.
  2. Bulletin de l’APF (Association des Prieurés fontevristes N°10 p. 63
  3. cercornum.univ-st-etienne.fr
  4. Bulletin de l’APF (Association des Prieurés fontevristes N°10 p. 63