Aller au contenu

Potters Bar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Potters Bar
Potters Bar
Manoir Wylliott
Administration
Pays Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Hertfordshire
District Hertsmere
Force de police Police d'Hertfordshire
Indicatif 01707
Démographie
Population 21 618 hab. (2001)
Géographie
Coordonnées 51° 41′ 53″ nord, 0° 10′ 59″ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni
Voir sur la carte topographique du Royaume-Uni
Potters Bar
Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni
Voir sur la carte administrative du Royaume-Uni
Potters Bar

Potters Bar est une ville du Hertfordshire en Angleterre située à 21 km au nord du centre de Londres. En 2022, la population était d’environ 23 325 habitants.

Origine et histoire du lieu[modifier | modifier le code]

Il semblerait que l'ondonyme Potters remonterait soit à l'époque de la Britannia romaine, où de nombreux ateliers de potiers s'étaient établis en ce lieu, soit à la famille Pottere, qui vivait dans les environs de la paroisse de South Mimms, et dont la trace remonte au XIIIe siècle. La ville est rattachée jusqu'en 1965 à l'ancien comté du Middlesex[1] .

Bar semble lui faire référence à un poste de barrière d'octroi situé à cet endroit, par où passait la Grande route du Nord. Localement, la tradition situe ce poste à l'endroit du pub The Green Man, actuellement fermé, ou du bâtiment appelé Morven House[1].

Localité longtemps agricole, elle voit arriver une première ligne de chemin de fer en 1850, avec la construction du Great Northern Railway. Elle est connectée désormais à l'Aire métropolitaine de Londres.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Bernard Arnault, possède la propriété de Nyn Park d'une superficie de 129 ha.
  • Cyril Goldie et son épouse Mary, y organisent des concerts de musique ancienne (1938-1952).

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

Église King Charles the Martyr de Potters Bar, dédiée au roi Charles Ier, exécuté par le Parlement, avant d'être érigé en martyr chrétien, à la suite de la publication de l'Eikon Basilike.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Références et liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :