Plan américain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le plan américain, représenté par rapport aux autres plans.

Le plan américain est une manière de cadrer un personnage ou un groupe de personnages à mi-cuisse, au cinéma comme en photographie.

Il est parfois appelé plan trois-quarts[1], notamment en photographie[2], comme le manteau « trois-quarts », qui couvre jusqu'à la même hauteur.

Historique[modifier | modifier le code]

Les cinéastes et historiens français l'ont nommé ainsi parce que c'est un plan typique des films américains des années 1910 à 1940 : « ainsi nommé en Europe parce que son emploi fut caractéristique des films de Thomas H. Ince et très remarqué par les cinéastes français »[3]. En 1916, le réalisateur français Léonce Perret mentionne le plan américain comme un cadrage « de la tête au buste » utilisé dans de petites comédies filmées distribuées par la Vitagraph et permettant de limiter l'usage de décors[4].

Les films de l'époque étaient généralement tournés dans leur intégralité en utilisant un objectif de focale dite « normale »[5].

Anecdotiquement, dans les westerns, il permettait de voir entièrement le pistolet à la ceinture des acteurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Benjamin Diemert, Marie-Helene Abel, Claude Moulin. Modèle termino-ontologique pour la collaboration entre communautés hétérogènes. IC 2011, 22`emes Journées francophones d’Ingénierie des Connaissances, May 2011, Chambéry, France. pp.623-638, 2011 (|https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00746728/document lire en ligne] sur halshs.archives-ouvertes.fr, page consultée le 15 décembre 2015.
  2. Damien Roué, « MP #154 : les différents cadrages et plans en photo », sur phototrend.fr, (consulté le 15 décembre 2015).
  3. Roger Boussinot, l'Encyclopédie du cinéma, Bordas, 1967, réédité (ISBN 978-2-0402-7051-3)
  4. Léonce Perret et al., « D'où vient cette crise de l'industrie cinématographique et quels problèmes soulève-t-elle ? », La Renaissance : politique, littéraire et artistique,‎ , p. 17-18 (lire en ligne)
  5. La focale normale est de dimension proche de la diagonale de l'image dans le format utilisé (René Bouillot, Cours de photographie, Paris, Paul Montel, , 4e éd., p. 26), soit 50 mm pour la photographie 24 × 36 mm, et pour le cinéma 35 mm, 28 mm. Il faut éventuellement multiplier cette focale par le coefficient d'anamorphose pour que « La focale normale [procure] à un spectateur placé à une distance raisonnable de l'écran une perspective similaire à celle sous laquelle la caméra observe la scène », Jean-Loup Passek (dir.), Dictionnaire du cinéma : Nouvelle édition, Paris, Larousse, (lire en ligne), p. 950.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :