Pierre de Rozières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre de Rozières
Nom de naissance Pierre-Fourier de Rozières
Naissance
Mirecourt
Décès Près de Souchez
(à 28 ans)
Activité principale
Poète, écrivain
Distinctions
Prix Stanislas de Guaita
Chevalier de la Légion d'honneur

Pierre de Rozières est un écrivain et officier français né à Mirecourt le et mort au front près de Souchez le , à l'âge de 28 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Antoine de Rozières, conseiller général des Vosges, Pierre de Rozières est éduqué chez les jésuites, à Dijon puis Florennes. Il étudie ensuite à l'école Saint-Sigisbert de Nancy (1906-1907[1]) et à l'Institut catholique de Paris (1910-1911[2]).

Un premier recueil de poèmes, Glas et Carillons, parait en 1908, suivi en 1910 des Pavots gris, qui lui valent le prix Stanislas de Guaita. Après sa mort sont publiées en deux volumes Les Reliques, qui incluent poèmes et ébauches d'œuvres romanesques[3].

Mobilisé en 1914 comme sous-lieutenant de réserve au 360e régiment d'infanterie, il est blessé une première fois le 7 septembre 1914, puis à nouveau le 27 mai 1915. Le 9 juin, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur après la conquête du cimetière d'Ablain-Saint-Nazaire. Il meurt le 1er octobre, touché par un éclat d'obus lors d'une mission de reconnaissance[4]. D'abord enterré à Petit-Servins, il repose au cimetière de Mirecourt depuis le 20 novembre 1920[5].

Hommages[modifier | modifier le code]

Maurice Barrès lui rend un long hommage dans Les Diverses familles spirituelles de la France[6]. Son nom figure au Panthéon de Paris parmi ceux des 560 écrivains morts pour la France de 1914 à 1918[7]. Le 14 novembre 2015, une plaque à son honneur est dévoilée à Ablain-Saint-Nazaire[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Glas et Carillons (1908)
  • Les Pavots gris (1910)
  • Les Reliques (1917)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Livre d'Or de la Grande Guerre, Nancy, Institution de la Malgrange, , p. 191-192.
  2. Livre d'or des anciens élèves et professeurs morts pour la France, Paris, Institut catholique de Paris, , p. 551-553.
  3. Louis de Mondadon, « Pierre de Rozières », Études publiées par des Pères de la Compagnie de Jésus, vol. 158,‎ , p. 557-565.
  4. « Ablain-Saint-Nazaire: bientôt une rue au nom de Pierre de Rozières, poète libérateur en 1915 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  5. Éric Nurdin, « Mirecourt : hommage à Pierre de Rozières, poète héros mort au front en 1915 », Vosges Matin,‎ (lire en ligne).
  6. Maurice Barrès, Les Diverses familles spirituelles de la France, Paris, Émile-Paul frères, , p. 140-154.
  7. « Les 560 », sur Les Écrivains Combattants.
  8. « Ablain-Saint-Nazaire: «La fraternité de la Grande Guerre doit être un exemple aujourd’hui» », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]