Pierre François Nicolas Plet-Beauprey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre François Nicolas Plet-Beauprey
Fonction
Membre du Conseil des Cinq-Cents
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
SéesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de

Pierre François Nicolas Plet-Beauprey, né à Sées (Orne), le - mort à Sées, le ) est un homme politique français, député à la Convention nationale et au Conseil des Cinq-Cents.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était aubergiste à Sées dans l'Orne. Entré dans les ordres, Pierre François Nicolas Plet-Beauprey était abbé à Sées en 1789. Acquis aux idées de la révolution, il devint en 1791 administrateur du département de l'Orne et le , il fut élu par le même département député à la Convention nationale, le cinquième sur dix, où il devint membre du comité de l'examen des comptes.

Lors du procès de Louis XVI, il vota la culpabilité, la ratification du jugement du peuple, la mort avec sursis jusqu'à ce que la Convention ait pris des mesures pour que la famille des Bourbons ne puisse nuire à l'établissement de la République et le sursis à l'exécution du jugement.

Étant en mission dans l'Orne et dans le Loiret, il ne participa pas au scrutin du relatif à la mise en accusation de Marat, ni à celui du concernant le rapport du décret qui avait cassé la Commission des Douze ni, plus tard, à la mise en accusation des Girondins.

Après le 9 thermidor an II (), il fit partie de la commission chargée d'inventorier les papiers de Maximilien de Robespierre.

Le 24 nivôse an III, il fut envoyé dans le Calvados, l’Eure, la Manche, l’Orne, la Sarthe et la Seine-Inférieure pour surveiller les haras. Il ne rentra à Paris qu'après septembre 1795.

Le 22 vendémiaire an IV, il fut élu par le département de l'Orne au Conseil des Cinq-Cents où il siégea jusqu'en l'an VII, puis, sans emploi, il vécut de ses revenus (3000 francs).

En 1813, il fut nommé inspecteur des postes, fonctions qu'il occupa jusqu'à sa révocation par la Première Restauration. Il reprit ses fonctions aux Cent-Jours, puis, à la Seconde Restauration, fut frappé par la loi du 12 janvier 1816 qui exilait les régicides. Il se réfugia à La Haye. Amnistié le , à cause de son vote sur le sursis à l'exécution de Louis XVI, il rentra à Sées le , où il demeura jusqu'à sa mort.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]