Piero Portaluppi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Piero Portaluppi
Image illustrative de l’article Piero Portaluppi
Piero Portaluppi en 1955
Présentation
Naissance
Milan (Italie)
Décès (à 79 ans)
Milan (Italie)
Nationalité Drapeau d'Italie Italien
Activités Architecte, Professeur d'Architecture
Formation École Polytechnique de Milan
Œuvre
Réalisations Villa Necchi-Campiglio, Villa Crespi, Maison de l'Italie à la Cité Internationale Universitaire de Paris

Piero Portaluppi (Milan, - Milan, ) est un architecte italien de style art déco et rationaliste[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Piero Portaluppi est né à Milan, fils d'un ingénieur en bâtiment.

Il est diplômé de l'École polytechnique de Milan en 1910, dans la section architecture, médaille d'or du collège des ingénieurs et architectes de Milan (major de promotion). Parallèlement à ses études, il se consacre à la caricature et collabore avec différents journaux satiriques milanais[2].

Il est engagé dès 1912, par Ettore Conti (son beau-père), pour dessiner des centrales électriques. Il a ainsi réalisé, en qualité d'architecte, les centrales électriques du Val Formazza, dans le Piémont, et notamment les centrales de Verampio (1912-1917) et Crevoladossola (1923-1924).

Pour l'Azienda Electrica Municipale di Milano, il a construit l'usine de Grosio (1918-1920).

Pendant la Première Guerre mondiale, Portaluppi effectue son service militaire en tant qu'officier de génie, en Vénétie et dans le Frioul.

À la fin de la guerre, il reprend son activité d'architecte, participant à la reconstruction de la Pinacothèque de Brera, de la villa Fossati et de la casa degli Atellani (résidence de Conti, sur le Corso Magenta, à Milan). Il commence peu avant la fin de la guerre une activité de professeur d'architecture[2].

Par le biais d'Ettore Conti et à partir de l'après-guerre, Portaluppi développe une importante activité auprès de la haute bourgeoisie milanaise de l'entre-deux-guerres, travaillant pour les familles Conti, Borletti (propriétaires du grand magasin milanais La Rinascente), Fossati, Venti Crespi (propriétaires du journal Corriere della Sera), Necchi-Campiglio[réf. nécessaire].

En 1920, Portaluppi dessina deux projets architecturaux importants, le gratte-ciel S.K.N.E. (prévu pour New York, projet non réalisé) et la ville utopique de Hellytown.

Le siège de Banco Ambrosiano à Milan, restauré et conçu en 1960-66 par Piero Portaluppi & Gualtiero Galmanini
Maison et atelier Portaluppi

Il participe à l'élaboration du plan régulateur de Milan (1926)[réf. nécessaire].

Il est inscrit dès 1926 au Sindacato Nazionale Fascista Architetti et travaille pour les autorités fascistes jusqu'en 1935[réf. nécessaire].

Entre 1934 et 1938, il travaille à la restauration de l'église Santa Maria delle Grazie de Milan.

Piero Portaluppi est nommé en 1939 doyen de la faculté d’architecture, il est suspendu de ses fonctions à la fin de la guerre en raison de ses activités auprès des autorités fascistes[2][réf. nécessaire].

Acquitté de toutes charges dans le cadre de deux procédures d'épuration entre 1945 et 1946, il est de nouveau nommé doyen de la faculté d'architecture de Milan de 1948 à 1963[réf. nécessaire].

À la fin de la guerre, il participe à la reconstruction des principaux monuments milanais détruits ou endommagés par les bombardements alliés, comme le Palazzo del Capitano di Giustizia, sur la Piazza Fontana à Milan. Outre ses activités d'architecte (notamment collaboration avec Gio Ponti pour la construction de l'immeuble RAS à Milan (1956–1962)), il se consacre activement à ses fonctions d'enseignant et de dirigeant de l'Ordre des architectes de Milan[3].

Pendant les années 1950, il a travaillé avec Gualtiero Galmanini pour divers projets et conceptions[4].

Il est président de l'association des architectes (1952-1963), membre du conseil gouvernemental des beaux-arts et antiquités et de la commission papale pour les œuvres d'art religieuses, et président du comité technique de La Scala[réf. nécessaire].

À la fin de son activité, Portaluppi aura effectué plus de mille réalisations dans la ville de Milan.

Il meurt le 6 juillet 1967 dans sa maison de Milan sur le Corso Magenta[2].

Depuis 1999, la fondation Piero Portaluppi est chargée de la recherche et de la diffusion de l’œuvre de Portaluppi, elle est installée à Milan dans l'ancien appartement et studio de l'architecte construit par ce dernier, via Morozzo della Rocca à Milan[réf. nécessaire].

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

  • 1920 : tour S.K.N.E., New York (projet non réalisé)
  • 1920-1922: transformation de la Casa degli Attelani (propriété de Ettore Conti, anciennes vignes de Léonard de Vinci), Milan
  • 1925-1928 : pavillons Alfa Romeo, AGIP et Pirelli, Fiera Milano
  • 1926 : Diurno de la Porta Venezia
  • 1927-1930 : Maison Crespi, Milan
  • 1928-1932 : Palazzo Crespi, Milan, avec Cesare Chiodi
  • 1928-1932 : Banca Commerciale Italiana office building
  • 1929-1930 : Planétarium Hoepli à Milan
  • 1929 : Pavillon italien à l'Exposition internationale de 1929, Barcelone
  • 1932-1935 : Villa Necchi Campiglio, Milan
  • 1949 : Ospedale Maggiore (restauration)
  • 1947-1953 : transformation du monastère de San Vittore en musée des sciences et techniques
  • 1949-1955 : Piccola Scala
  • 1964 : pavage de la Piazza del Duomo, Milan
  • 1952-1958 : Maison de l'Italie, Cité internationale universitaire de Paris[5]
  • 1960-1966 : transformation de Banco Ambrosianom Piazza Ferrari, avec Gualtiero Galmanini[6]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a épousé Lia Bagila, de cette union sont nés deux enfants : Luisa et Oreste.

Il a été collectionneur de timbres et de cadrans solaires[7].

Liens[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Fondazione Piero Portaluppi », sur Fondazione Piero Portaluppi (consulté le 22 février 2017)
  2. a b c et d (it) « Portaluppi, Piero in "Dizionario Biografico" », sur treccani.it (consulté le 22 février 2017).
  3. « Piero Portaluppi - itinerari - Ordine degli architetti, P.P.C della provincia di Milano », sur www.ordinearchitetti.mi.it (consulté le 22 février 2017)
  4. [1], The Journal of Architecture, Triennial story: VIII edition, 1947, February 4, 2016
  5. (it) « Storia | Maison de l'Italie », sur maison-italie.org (consulté le 22 février 2017)
  6. [2], Piero Portaluppi Fondazione con il contributo di Mediobanca
  7. AD Magazine, « Balade: dans les pas de Piero Portaluppi à Milan », AD Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2017)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Paolo Mezzanotte, “Aedilitia” di Piero Portaluppi, in “Architettura e Arti Decorative”, 9, maggio 1925, pp. 391–409.
  • (it) Ermanno Ranzani, Piero Portaluppi. Villa Del Dosso, Skira, Milano 2014.
  • (it) Piero Portaluppi, La casa degli Atellani in Milano, Bestetti et Tumminelli, Milano1922;
  • (it) Luca Molinari (a cura di), Piero Portaluppi. Linea errante nell'architettura del Novecento (Cat. mostra: Milano Triennale, settembre 2003-gennaio 2004), Skira, Milano 2003.
  • (it) Piero Portaluppi, Aedilitia I, Bestetti e Tumminelli, Milano-Roma 1924.
  • (it) Piero Portaluppi, Aedilitia II, Bestetti e Tumminelli, Milano-Roma 1930.
  • (it) Armando Melis, L’architetto Piero Portaluppi, in “L’Architettura Italiana”, 8, 1 agosto 1926, pp. 91–92, tavv. XXIX-XXX.
  • (it) Piero Portaluppi, Marco Semenza, Milano com'è ora come sarà, Bestetti e Tumminelli, Milano-Roma 1927.
  • (it) Guglielmo Bilancioni, Aedilitia di Piero Portaluppi, Città Studi, Milano 1993.

Liens externes[modifier | modifier le code]