Piero Bigongiari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Piero Bigongiari
Description de cette image, également commentée ci-après

Piero Bigongiari à Venise

Naissance
Navacchio, une frazione de Cascina
Décès
Florence
Nationalité Drapeau de l'Italie Italie
Profession

Piero Bigongiari (né le à Navacchio, une frazione de Cascina, et mort le à Florence) est un poète italien du XXe siècle. Il faisait partie du groupe des hermétiques florentins, avec Mario Luzi et Oreste Macrì.

Biographie[modifier | modifier le code]

Piero Bigongiari a obtenu une laurea auprès de l'université de Florence, une thèse sur Giacomo Leopardi débattue avec Attilio Momigliano. Il a enseigné l'histoire de la littérature italienne moderne et contemporaine et a rejoint le groupe des « hermétiques florentins » comportant entre autres Mario Luzi et Oreste Macrì.

Piero Bigongiari a collaboré avec de nombreuses revues littéraires, dont Campo di Marte et Letteratura.

Après sa mort, son épouse, Elena Ajazzi Mancini, a fait don de sa bibliothèque comportant plus de 6 000 volumes à la Biblioteca San Giorgio de Pistoia[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La figlia di Babilonia, Florence, 1942
  • Studi (Essais), Florence, 1946
  • L'elaborazione della lirica leopardiana (Essais), Florence, 1947
  • Rogo, Milan, 1952
  • Il senso della lirica italiana e altri studi (Essais), Florence, 1952
  • Testimone in Grecia, en collaboration de Giovanni Battista Angioletti (prose), Turin, 1954
  • Il corvo bianco, Milan, 1955
  • Le mura di Pistoia (1955-1958), Milan, 1958
  • Vento d'ottobre (traduction), Milan, 1961
  • Leopardi (Essai), Florence, 1962
  • Dove finiscono le tracce (1984-1996), Florence, 1996

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) S. Ramat, Invito alla lettura di Bigongiari, Milan, Mursia,
  • (it) Donati, L'invito e il divieto. Piero Bigongiari e l'ermeneutica d'arte, Florence, Società Editrice Fiorentina, (ISBN 88-87048-40-1)
  • (it) A. Noferi, Piero Bigongiari: l'interrogazione infinita. Una lettura di Dove finiscono le tracce, Rome, Bulzoni, (ISBN 978-88-8319-866-3)
  • (it) C. Pirozzi, Incontrando B. lungo il nastro di Möebius. Dialoghi con Piero Bigongiari, Rome, Bulzoni, (ISBN 978-88-7870-231-8)
  • (it) C. Pirozzi, Piero Bigongiari, Piazza Cavalleggeri 2, Florence, Società Editrice Fiorentina, (ISBN 88-87048-32-0)

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Fondo Piero e Elena Bigongiari », sur Sangiorgio.comune.pistoia.it

Liens externes[modifier | modifier le code]