Piero Bigongiari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un écrivain italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Piero Bigongiari
Description de cette image, également commentée ci-après

Piero Bigongiari à Venise

Naissance
Navacchio, une frazione de Cascina
Décès
Florence
Nationalité Drapeau de l'Italie Italie
Profession

Piero Bigongiari (né le à Navacchio, une frazione de Cascina, et mort le à Florence) est un poète italien du XXe siècle. Il faisait partie du groupe des hermétiques florentins, avec Mario Luzi et Oreste Macrì.

Biographie[modifier | modifier le code]

Piero Bigongiari a obtenu une laurea auprès de l'université de Florence, une thèse sur Giacomo Leopardi débattue avec Attilio Momigliano. Il a enseigné l'histoire de la littérature italienne moderne et contemporaine et a rejoint le groupe des « hermétiques florentins » comportant entre autres Mario Luzi et Oreste Macrì.

Piero Bigongiari a collaboré avec de nombreuses revues littéraires, dont Campo di Marte et Letteratura.

Après sa mort, son épouse, Elena Ajazzi Mancini, a fait don de sa bibliothèque comportant plus de 6 000 volumes à la Biblioteca San Giorgio de Pistoia[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La figlia di Babilonia, Florence, 1942
  • Studi (Essais), Florence, 1946
  • L'elaborazione della lirica leopardiana (Essais), Florence, 1947
  • Rogo, Milan, 1952
  • Il senso della lirica italiana e altri studi (Essais), Florence, 1952
  • Testimone in Grecia, en collaboration de Giovanni Battista Angioletti (prose), Turin, 1954
  • Il corvo bianco, Milan, 1955
  • Le mura di Pistoia (1955-1958), Milan, 1958
  • Vento d'ottobre (traduction), Milan, 1961
  • Leopardi (Essai), Florence, 1962
  • Dove finiscono le tracce (1984-1996), Florence, 1996

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) S. Ramat, Invito alla lettura di Bigongiari, Milan, Mursia,
  • (it) Donati, L'invito e il divieto. Piero Bigongiari e l'ermeneutica d'arte, Florence, Società Editrice Fiorentina, (ISBN 88-87048-40-1)
  • (it) A. Noferi, Piero Bigongiari: l'interrogazione infinita. Una lettura di Dove finiscono le tracce, Rome, Bulzoni, (ISBN 978-88-8319-866-3)
  • (it) C. Pirozzi, Incontrando B. lungo il nastro di Möebius. Dialoghi con Piero Bigongiari, Rome, Bulzoni, (ISBN 978-88-7870-231-8)
  • (it) C. Pirozzi, Piero Bigongiari, Piazza Cavalleggeri 2, Florence, Società Editrice Fiorentina, (ISBN 88-87048-32-0)

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Fondo Piero e Elena Bigongiari », sur Sangiorgio.comune.pistoia.it

Liens externes[modifier | modifier le code]